Rebel Rebel du 7 au 13 février à Saint-Denis

Le cinéma gronde du 7 au 13 février lors des Journées Cinématographiques Dionysiennes de Saint-Denis. Partenaire de cette 18e édition, Culturopoing accompagne l’événement (animation de débats, places à gagner) et se réjouit de la richesse d’une programmation faisant la part belle aux empêcheurs de tourner en rond, personnages réels ou fictifs, militants, artistes.

« You’ve got your mother in a whirl
She’s not sure if you’re a boy or a girl »

Les premières strophes de l’une des chansons emblématiques de David Bowie, Rebel Rebel, dont le festival reprend le titre, illustrent le caractère trouble des œuvres et la quête de rébellion des auteurs présents, F.J. Ossang, J.P. Mocky, Tony Gatlif, le performeur Lech Kowalski ou l’invité d’honneur, Larry Clark.

Accompagnant la rétrospective de ses films, animant une master class, présentant la version director’s cut de The smell of Us et proposant Marfa Girl 2 en première mondiale, le cinéaste et photographe américain s’impose comme porte-étendard d’une manifestation qui entend mêler dans un même maelström toutes les voix se confrontant à la logique uniforme du monde.

Marfa Girl 2 – Larry Clark

 

Le festival propose ainsi plus de soixante-dix films, des rencontres, des performances et des expositions au cinéma L’Écran de Saint-Denis pendant une semaine. De mai 68 à Angela Davis en passant par Patricia Mazuy, Lionel Soukaz et Christophe Martet ou une programmation « Petits Rebelles », le foisonnant programme rend compte de la nécessité des choix discordants et des chemins de traverses, fussent-ils sans issue.

Accompagnant son dernier film 9 Doigts, Prix de la mise en scène à Locarno, F.J. Ossang profite de la carte blanche qui lui est confiée pour s’intéresser à Joe Strummer et proposer quelques raretés autour du leader de The Clash. Autre cinéaste de la marge, dont le très attendu Les garçons sauvages revient couvert des lauriers de nombreux festivals, Bertrand Mandico participe à une rencontre autour de ce premier long métrage en compagnie de ses actrices Pauline Lorillard et Vimala Pons.

9 doigts – F.J. Ossang

 

Alors que Paul Blain présente deux œuvres radicales de son père Gérard Blain, Jean-Pierre Mocky, artiste borderline par excellence, accompagne quatre de ses films les plus noirs et anarchistes (dont le magnifique Solo), autant de regards sur les révoltes d’hier faisant écho à celles d’aujourd’hui. En ligne et consultable via le site de ces Journées Dionysiennes, le programme s’enrichit de films rares, d’une table ronde intitulée « Filmer les mobilisations sociales sous l’état d’urgence (permanent) », de concerts et forcément, comme dans tout festival, de rencontres fortuites…

Solo – Jean-Pierre Mocky

 

Plus d’informations :
Le site
La page Facebook

Cinéma L’Écran
Place du Caquet, 93200 Saint-Denis
Tel. : 01 49 33 66 88

Tarifs : 21€ : (Pass festival), 7€ plein tarif, 6€ tarif réduit, 4,50€ abonnés, 4€ – 14 ans , 3,50€ jeune public / Ciné-goûter. Tarif Nuit : 13,50€ (4,50€ le film)

Accès : en métro (20 minutes de Place de Clichy) : Basilique de Saint Denis/ligne 13 (le cinéma est situé à la sortie du métro) ; en tramway (30 minutes de Bobigny) : Saint-Denis Basilique/T1 ; en voiture (10 minutes depuis la Porte de la Chapelle) : A1, sortie n° 3 (Saint-Denis).

A propos de Pierre Guiho

Laisser un commentaire