Festival Fenêtres sur courts – 28e édition : du 11 au 18 novembre 2023

Cette année, la 28e édition du Festival Fenêtres sur courts de Dijon (Festival international du court-métrage de Dijon) se déroulera du 11 au 18 novembre prochain. Né en 2012 et organisé par Plan9 depuis maintenant onze ans, l’association de promotion et de diffusion du court-métrage, Fenêtres sur courts compose une sélection exclusivement dédiée aux courts-métrages, de la fiction au documentaire, en passant par l’animation, le stop-motion et la prise de vues réelles.

La soirée d’ouverture aura lieu le samedi 11 novembre, avec une sélection de deux programmes de courts récents en compétition francophone : « humour et comédie », séparés par un entracte musical avec un concert de The Gremmie et des Night Riders. Le premier florilège regroupera cinq courts-métrages avec Bonne soirée d’Antoine Giorgini, autour d’un canular délirant (23min) ; Ressources humaines, film en stop-motion de Trinidad Plass Caussade, Titouan Tillier et Isaac Wenzek, allégorie d’une fin de vie prenant la forme du recyclage (3min) ; R.I.P. Madame Joseph de Florence Fauquet et Marie Petiot, comédie de péripéties bureaucratiques (15min) ; Le syndrome de Zulma Rouge (8min), comédie sentimentale adaptée du sketch Les Accents de Sarah Suco et Joffrey Platel ; et 600 grammes de Nathalie Levy-Lang (14min), tragi-comédie burlesque autour d’une opération de chirurgie esthétique.

Le syndrome – Zulma Rouge

Entre absurde, quiproquos et second degré, cette sélection se complète d’un second programme avec Tondex 2000 de Jean-Baptiste Leonetti, récit d’une relation atypique (28min) ; Baltringue de Léa Rouaud, autour d’un personnage imaginaire personnifiant l’esprit de la protagoniste (6min) ; Boussa d’Azedine Kasri (19min), chronique d’une relation amoureuse entre un homme et une femme algériens soumise à l’interdit du baiser avant le mariage ; Un dernier été de Xavier Debeir Lacaille (16min), peinture nostalgique d’une amitié qui se délite ; et Piscine pro d’Alec Pronovost, récit teinté de burlesque d’une désillusion professionnelle (8min).

Un dernier été – Xavier Debeir Lacaille

Comme chaque année, le festival Fenêtres sur courts mettra à l’honneur, avec la compétition francophone « humour et comédie », une sélection pour la compétition européenne, la compétition internationale de films de genre (zombie, horreur et gore), la compétition régionale, ainsi que la compétition lycéens et étudiants.

Cette 28e édition proposera également quelques nouveautés pour le programme hors compétition  : une carte blanche à Courts Mais Trash sera présentée en présence de François Marache, fondateur de ce festival bruxellois underground, avec une sélection de neuf courts insolites, regorgeant de thématiques crues, décalées et déroutantes.

Fenêtres sur courts fêtera aussi le 40ème anniversaire de l’Agence du court-métrage lors d’une séance spéciale mettant à l’honneur les toutes premières réalisations de cinéastes français en pleine ascension, avec la projection de Maman de Maïmouna Doucouré (2015, 21min) ; Les Misérables de Ladj Ly (2017, 16min) ; Junior de Julia Ducournau (2011, 21min) ; et Avant que de tout perdre de Xavier Legrand (2012, 30min).

Maman – Maïmouna Doucouré

Partenaire du Musée des Beaux-Arts de Dijon et de son exposition A portée d’Asie, le festival organise une après-midi d’étude universitaire autour des cultures asiatiques et de leur influence sur l’art occidental, suivie d’une projection de quatre courts-métrages : Oyu de Atsushi Hirai (Japon, 21min) ; Before leaving de Kuano Yan (Chine, 16min) ; Little by little de Hongju Kang (Corée du Sud, 20min) ; et Will you look at me? de Shuli Huang (Chine, 20min).

Oyu – Atsushi Hirai

Cette édition du festival Fenêtres sur courts a également prévu une programmation spéciale jeune public, une séance de BD-Concert autour de Et si l’amour c’était d’aimer ? de Fabcaro, accompagné en musique par deux des membres du groupe de rock Totorro et le batteur-compositeur Pierre Marolleau.

Une belle occasion de (re)découvrir des œuvres éclectiques par leur genre que par leurs thématiques, dans ce format si souvent effacé qu’est le court-métrage. Le 28ème festival Fenêtres sur courts aura lieu du samedi 11 novembre au samedi 18 novembre prochains, dans une dizaine de lieux partenaires à Dijon.

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Eléonore VIGIER

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.