C’est bientôt reparti pour L’Étrange Festival, vingt-quatrième du nom ! Comme chaque année il s’établira au Forum des Images pour donner le « la » de la rentrée cinématographique, dans tout ce qu’elle aura de plus bizarre, surprenant, gore, décoiffant.

On attend toujours avec impatience la Compétition Internationale, riche en découvertes et en assouvissement de curiosité. Vingt et un longs métrages seront au coude-à-coude pour remporter le Grand Prix Nouveau Genre ainsi que le Prix du Public. Si l’occasion nous sera donnée de découvrir le dernier opus de Lars von Trier, The House that Jack built, avant sa sortie nationale, on arpentera bien d’autres pays et d’autres genres en plongeant dans ces salles obscures-là. La proposition française de cette édition s’intitule L’Heure de la sortie, de Sébastien Marnier, et l’on est curieux de passer ce moment avec d’inquiétants élèves surdoués. La Corée donnera dans l’espionnage avec The spy gone north de Yoon Jong-bin, où l’on escompte un sens du récit et de la mise en scène comme cette cinématographie sait si bien le faire.

 

Vous connaissez notre profonde affection pour le fantastique, qui fera se braquer nos yeux sur Mandy de Panos Cosmatos, à qui l’on accordera le bénéfice du doute après un Beyond the black rainbow plus accrocheur sur le papier qu’à l’écran, et qui nous promet un Nicolas Cage… sanglant. L’argument semble plus gore et vengeur que fantastique, mais laissant sa chance à l’atmosphère promise par le réalisateur. The Nightshifter du brésilien Dennison Ramalho bénéficiera-t-il quant à lui d’une aura sombre et envoûtante ? Le héros y est capable de parler aux morts. Que nous diront-ils ? Notre coup de cœur brésilien de l’année dernière, Les Bonnes manières de Juliana Rojas et Marco Dutra y trouvera-t-il une relève ? Finalement, c’est peut-être The Dark, de l’autrichien Justin P. Lange, qui titille le plus notre fibre fantastique. Une sombre forêt, une jeune fille assassinée revenue à la vie, un héros aveugle… on demande à voir !

Peut-être un peu frileux, tant les propositions du festival en matière de science-fiction nous ont rarement convaincus, on se laissera tenter par Life Guidance de l’autrichienne Ruth Mader et Perfect de l’américain Eddie Alcazar, deux explorations des excès de notre société. À noter également la présence d’un film à segments, The field guide to evil, qui peut se targuer de réunir une belle brochette de réalisateurs et réalisatrices : Ashim Ahluwalia, Can Evrenol, chouchou du festival qui jusqu’à présent nous a laissés sur notre faim, Veronika Franz et Severin Fiala à qui l’on doit le glaçant Goodnight Mommy, Katrin Gebbe, Calvin Lee Reeder, Agnieszka Smoczynska, qui nous avait régalés avec The Lure, Peter Strickland, qui divise même les plus soudés d’entre nous, et Yannis Veslemes. Tous se pencheront sur le Mal et les différentes formes qu’il peut prendre. D’autres contrées, d’autres surprises (horreur, thriller, chambara, drame) seront également au programme. Que le plus audacieux gagne !

Sans oublier que les adeptes du format court pourront quant à eux mirer sept programmes de courts métrages. Il y sera question de dingos, d’animaux, de sexe, de créatures et de chaos, de tous horizons.

Les fidèles sections Mondovision, Nouveaux Talents et Documentaires seront bien sûr au rendez-vous. C’est sur leurs terres que l’on pourra notamment voir l’intrigant Upgrade de l’australien Leigh Whannel, connu pour son travail de scénariste sur Saw, Insidious, Cooties ou Dead Silence. Le réalisateur de Insidious : Chapitre 3 retrouve Jason Blum dans cette histoire de vengeance secondée par une puce électronique transformant notre héros en surhomme. Alerte à l’absurde, également, avec la projection de la série Coincoin et les z’inhumains, suite du P’tit Quinquin de Bruno Dumont. Ou l’improbable rencontre entre le Mal et les zygomatiques. Gaspar Noé sera aussi de la partie avec Climax. Son titre tiendra-t-il ses promesses ? Si le ramage de Lifechanger se rapporte à son plumage, on tiendra là un envoûtant film fantastique. La créature imaginée par le canadien Justin McConnell laisse augurer de jolis moments en lévitation. La section documentaire semble moins attrayante que les années précédentes (pas de Giger, pas de groupes de rock ou de musique industrielle), mais l’on y croisera le sympathique Fabrice du Welz, avec Des Cowboys et des indiens, parti à la rencontre de Vincent Patar et Stéphane Aubier.

Du côté des focus, le festival a tenu cette année à mettre en lumière le jeune réalisateur kazakh Adilkhan Yerzhanov, auteur d’un cinéma intrigant et peu consensuel (on avait pu découvrir The Plague at the Karatas Village en 2016). L’occasion cette fois d’approfondir son œuvre. L’iranien Shahram Mokri démontrera quant à lui son habileté pour le plan-séquence avec Fish & Cat ainsi que son tout nouveau film, Invasion.

Les cartes blanches, toujours d’excellentes occasions de découvrir ou redécouvrir des œuvres, par le prisme du choix des invités, seront celles de Jackie Berroyer (qui a choisi du Bouchitey, du Egoyan, du Imamura…) et Pakito Bolino, fondateur du collectif Le Dernier Cri. Ce sera iconoclaste, expérimental et assurément underground.

Bien présente ces dernières années au festival, la Nikkatsu, célébrissime société de production nippone, aura cette fois les honneurs d’une programmation spéciale avec notamment des opus de Teruo Ishii (Blind Woman’s curse)et Yasuharu Hasebe (Les tueuses en collants noirs) ou encore la trilogie des Woman Gambler de Haruyasu Noguchi. Avec, en bonus et pour rester au pays du Soleil Levant, une anthologie de onze films réalisés dans les années 70 et 80 en 8mm (admirateurs de Sono Sion, c’est là qu’il a élu domicile pour cette édition !).

Si avec tout cela vous ne savez plus où donner de la tête, c’est tout à fait normal. Tout ce que nous vous souhaitons est de la garder bien alerte sur vos épaules pour profiter au maximum de toutes ces projections étranges, drôles, saisissantes. Rendez-vous au Forum des Images et à toutes et tous un bon festival !

Et pour toutes les informations pratiques du festival ainsi que les fiches détaillées des films vous pouvez vous rendre sur le site officiel.

A propos de Culturonews

Laisser un commentaire