Festival Cinéma Méditerranéen 2019 – 41ème Cinémed

Le 41ème festival méditerranéen ouvre ses portes à partir du vendredi 18 octobre jusqu’au 26 octobre inclus. Fondé en 1979 par l’équipe du cinéclub Jean Vigo, le festival avait à l’époque pour ambition première de promouvoir le cinéma italien de patrimoine et contemporain, multipliant alors les rétrospectives et les découvertes. Au fil des années cette manifestation –si l’on peut dire – a élargi son champ géographique, accueillant tous les cinémas du contour méditerranéen, permettant ainsi de découvrir des œuvres difficilement distribuées en France, signe d’un véritable engagement pour un cinéma d’auteur, traitant souvent de thématiques sociales et politiques. Ce n’est donc pas une surprise, si cette année, le festival frappe un grand coup, du moins symboliquement,  en octroyant la présidence au maire de Palerme, Leoluca Orlando, défenseur sans réserve de l’accueil des migrants en méditerranée. Qualifié par le maire de Montpellier, Philippe Saurel, de « grand monsieur de la politique, de l’humanisme et de l’art », Leoluca Orlando est une personnalité engagée connue pour son combat contre la mafia sicilienne et contre les dispositions du décret « sécurité et immigration » de l’ex-ministre de l’Intérieur de la Ligue Matteo Salvini. Son positionnement clair se retrouve dans la programmation de la cuvée 2019 du festival. La soirée d’ouverture annonce sans ambiguïté ce positionnement avec l’avant-première du nouveau film de Costa Gavras, Adults in the room, grand retour du cinéaste dans son pays natal, la Grèce, avec une tragédie humaine doublée d’une réflexion politique sur la crise qui a frappé de plein fouet le pays il y a 4 ans. Un film inspiré des écrits de l’ex-ministre grec des Finances Yanis Varoufakis sur la crise  de 2015.

Copyright Jessica Forde

Parmi les avant-premières alléchantes, on pourra découvrir quelques films magnifiques, déjà vu à Cannes ou à Venise, comme Le traitre de Marco Bellochio ou Gloria Mundi de Robert Guédiguian parmi les plus connus mais aussi quelques découvertes singulières comme le nouveau film d’animation de Jean François Laguionie Le voyage du prince ou encore le très attendu Terminal sud de Rabah Meur-Zaîmeche avec Ramzy Bedia.

Les longs métrages en compétition ont la particularité d’être souvent porté par des cinéastes inconnus ou méconnus en France permettant ainsi d’assouvir la soif de curiosité des cinéphiles et aussi d’un public plus large. Parmi la sélection officielle, on guettera avec une attention particulière le Madre de l’espagnol Rodrigo Sorogoyen, Red Field le nouveau film de l’israélienne Keren Yedaya, auteur du très beau Mon trésor ou encore Sole de Carlo Sironi, laissant présager un nouveau souffle d’un cinéma italien en difficulté depuis de nombreuses années.

Copyright Manolo Pavón

Le cinémed rendra hommage à Paolo Virzi, héritier d’une certaine tradition de la comédie italienne et à André Téchiné, l’occasion de redécouvrir quelques-uns de ses plus beaux films comme Souvenirs d’en France, Les voleurs ou le très mésestimé Les égarés.

Le festival continue  de promouvoir  les courts métrages, très nombreux cette année, et n’oublie pas d’accueillir le jeune public avec quelques classiques indémodables dont Le château des singes et le splendide Le chien le général et les oiseaux.

Un hommage est également rendu à Anna Magnani, icône du cinéma italien, permettant de redécouvrir une quinzaine de chefs-d’œuvre du septième art comme Rome ville ouverte de Roberto Rossellini ou Le carrosse d’or  de Jean Renoir.

Il est difficile de faire le tour complet d’un festival très varié et risqué, fruit d’un travail sérieux mené depuis 2015 par le directeur du festival Christophe Le Parc et son équipe. On n’oubliera pas de mentionner les rendez-vous fantastique, en l’occurrence La nuit en enfer au Cinéma Utopia, soirée placée sous le signe de l’effroi et du délire, permettant de visionner en avant-première l’incroyable nouveau film de Peter Strickland, In fabric, une des grandes sensations de l’année. Pour terminer ce parcours du combattant, le festival se clôturera en présence du nouveau film du trop rare Dominique Moll, Seules les bêtes.

Les billets sont en vente sur le site  https://www.cinemed.tm.fr/ ou directement sur place au Corum.

 

 

 

 

 

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Emmanuel Le Gagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.