À l’œuvre. Être(s) au travail – Du 4 avril au 1er juillet

Activité humaine essentielle, toujours perçu comme vecteur indispensable au positionnement de l’homme dans la société et tant de fois redéfini, aujourd’hui plus que jamais, le travail fournit depuis les frères Lumière l’une des matières principales du cinéma documentaire. Filmer le travail mais aussi réfléchir la création cinématographique comme travail revient toujours à mettre en perspective la relation aux autres, à ce qui est produit comme à ce qui permet de produire.

Entre nos mains – Mariana Otero

 

Pour la deuxième année consécutive, la BPI du Centre Pompidou organise, en association avec la Cinémathèque du Documentaire, un cycle composé de films et de rencontres : intitulé À L’ŒUVRE. Être(s) au travail, il propose cette fois une rétrospective de la représentation du travail au cinéma, de ses luttes, revendications, ou plus simplement ses gestes.

Volontairement non exhaustive, ce qui semblerait impossible, la manifestation explore différentes thématiques intitulées « Symphonies, désenchantements » avec de nombreux films de l’ancien bloc de l’Est, « 1967-68-78- : le cinéma au travail » incluant un focus autour de Besançon et Sochaux, « Être(s), lieux, utopies » avec notamment Wang Bing, Frederick Wiseman ou Nicolas Philibert et « Pour mémoire, à présent », croisement entre ce qui a disparu et ce qui apparaît.

The boot factory – Lech Kowalski

 

Le cycle court jusqu’au 1er juillet et démarre ce mercredi 4 avril avec en séance d’ouverture The boot factory de Lech Kowalski, film de 2008 qui suit un groupe de punks fondant à Cracovie une fabrique de robustes chaussures en cuir. Le projet relève de l’utopie et mêle vies et travail dans un même flux. Présents à la projection, le réalisateur et sa productrice ouvriront une longue série de rencontres entre spectateurs et cinéastes.

Le programme très complet illustre une représentation principalement européenne et occidentale au sein de laquelle se croisent des œuvres de Jurgen Böttcher, Petar Popzlatev, Sergeï Loznitsa, Jean-Pierre Thorn, Jacques Kebadian, Michel Andrieu, Jean-Louis Le Tacon, Marcel Hanoun, Harun Farocki, Antoine Boutet, Claire Simon, Marianna Otero et de bien d’autres…

L’homme sans nom – Wang Bing

 

Du 4 avril au 1er juillet 2018 au Centre Pompidou

Plus d’informations : Le programme en ligne

Lieu
Centre Georges Pompidou, place Georges Pompidou, Paris 4e
Cinémas 1 et 2

Accès
Métro Rambuteau (ligne 11), Hôtel de Ville (lignes 1 et 11), Châtelet (lignes 1, 4, 7, 11 et 14)
RER Châtelet-Les Halles (lignes A, B, D)
Bus 29, 38, 47, 75

Tarifs
Plein tarif 4€/2€ tarif réduit
Gratuit pour les adhérents du Centre Pompidou (dans la limite des places réservées et sauf séances spéciales)

Vente en ligne : https://billetterie.centrepompidou.fr

A propos de Pierre Guiho

Laisser un commentaire