Ray Harryhausen chez Sidonis Calysta

On ne présente plus le maître des effets spéciaux Ray Harryhausen, qui éleva la marionnette stop-motion au rang d’oeuvre d’art (avec quelques autres, tout de même, n’oublions pas Jiri Trnka ou Ladislas Starewitch) et distilla tant de poésie dans des oeuvres qui auraient sans doute été plus mineures sans son intervention.
Ray Harryhausen (1920, 2013) débuta dans l’ombre de Willis O’Brien avec Ernest B. Schoedsack avec Mighty Joe Young, mais c’est sa rencontre avec le producteur Charles H. Schneer en 1955 qui le lancera réellement, scellant une collaboration de plus de 25 ans qui trouve ses sommets dans la série des Sindbad et surtout dans le phénoménal Jason et les argonautes. Ses effets spéciaux magnifiques sur Le Choc des titans (1981) (et notamment sa fabuleuse tête de Meduse) sonne comme un chant du cygne, à l’heure où arrivent les effets spéciaux numériques.

Les 3 films présentés dans le coffret Ray HARRYHAUSEN  Le  géant des effets spéciaux sont fondamentaux car marquent les 3 premières collaborations avec Schneer, les coups d’essai. Successivement, Le Monstre Vient de la Mer (It Came from Beneath the Sea, 1955) de Robert Gordon, Les Soucoupes volantes attaquent (Earth vs. the flying saucers, 1956) de Fred Seas et A des millions de km de la terre (20 million miles to earth, 1957) de Nathan Juran constituent de fantastiques préludes à la révolution Harryhausen dans lesquels il donne déjà libre court à sa folle imagination de la stop motion à un éventail inouï d’effets optiques.

Enfin, Les premiers hommes dans la Lune (1964) est une perle absolue, une adaptation enthousiasmante de Wells, l’une des meilleures collaboration du duo Harryhausen / Juran, dont on ne se lasse pas, une parabole philosophique portée par son humour mordant, sa poésie et la superbe musique de Laurie Johnson (Chapeau melon et bottes de cuir). Ceux qui ont rencontré les sélénites d’Harryhausen ne les ont jamais oubliés !

Ray HARRYHAUSEN  Le  géant des effets spéciaux

Le Monstre vient de la mer (1955)
Découverte dans les grands fonds par un sous-marin chargé de torpilles nucléaires, une pieuvre géante sort de son territoire de chasse pour faire route vers San Francisco. Si l’armée tente de l’arrêter, la créature atteint bientôt la ville…

Les Soucoupes volantes attaquent (1956)
Surgis des profondeurs de l’espace, les vaisseaux spatiaux d’une civilisation technologiquement avancée apparaissent dans le ciel. Bien que d’abord pacifiques, les visiteurs se transforment vite en envahisseurs, causant des destructions massives sur toute la surface du globe…

À des millions de kilomètres de la Terre (1957)
De retour sur Terre au terme d’une expédition spatiale sur Vénus, une fusée sombre au large des côtes italiennes. À son bord, deux survivants et un cocon qui, bientôt, libère le Ymir, un alien dont la vitesse de croissance défie l’entendement et constitue une menace pour les populations.

Suppléments :
Entretien avec Joan Taylor –Bernard Gordon sur la liste noire – Documentaire Ray Harryhausen
Tim Burton face à Ray Harryhausen
David Schecker et la musique du film
La colorisation
Documentaire Ray Harryhausen
Bernard Gordon sur la liste noire
Documentaire Ray Harryhausen

Les premiers hommes dans la Lune (1964)

Un équipage américano-soviétique se pose sur la Lune. Alors que ses membres pensent être les premiers humains à fouler du pied le sol de la planète, ils y découvrent un drapeau britannique et un document qui prétend que, soixante-cinq ans plus tôt, des sujets de sa Gracieuse Majesté les ont précédés. Désormais très âgé, l’un d’eux raconte son exploit.

Suppléments :
Chroniques Ray Harryhausen (58mn)
Documentaire sur la technique de dynamation
Livret “Les Premiers Hommes dans la Lune : À perdre alien” rédigé par Marc Toullec (24 pages)

Nous sommes ravis de vous vous faire gagner 1 exemplaire du coffret Ray Harryhausen, Le  géant des effets spéciaux et 2 exemplaires des Premiers hommes dans la Lune, si vous répondez aux questions suivantes avant le 31/10/2020, 0h00

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Olivier ROSSIGNOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.