Concours France Télévisions / Culturopoing : “Mademoiselle de Joncquières” d’Emmanuel Mouret

Les films d’Emmanuel Mouret sont lumineux, et pas seulement parce-qu’ils sont placés dès Promène-toi donc tout nu ! ( 1998) sous le soleil de Marseille puisqu’à partir de Changement d’adresse (2006) le cinéaste tourne à Paris. La lumière vient à la fois d’une beauté singulière et de récits qui donnent de l’air. Son neuvième long-métrage, Mademoiselle de Joncquières, en tient à nouveau la plus belle promesse. Cette libre adaptation d’un texte de Jacques le fataliste et son maître de Diderot invite avec une évidence déconcertante à s’émerveiller de la langue du XVIIIe siècle et à s’interroger sur son chant autant que sur ses contradictions, ses paradoxes et ses fantaisies. Madame de la Pommeraye (magnifique Cécile de France), meurtrie par le désamour du marquis des Arcis, libre penseur et espiègle séducteur à la douce obstination,  décide de se venger. Et pour autant aucun cynisme. Ce récit cruel donne malgré tout raison à l’amour…par un heureux hasard. Ce qui est tellement beau et vivifiant dans ce film est aussi la forme dans laquelle tous les personnages se déplacent, se questionnent et désirent. Une forme classique, mais qui, loin d’être un manque d’audace, est le contrepoint des troubles  que traversent ces amoureux à l’esprit vif et brillant, profondément impertinents . Classicisme qui fait enfin de Mademoiselle de Joncquières un film  «  contemporain de tous les âges », un film merveilleux et plein de grâce.

En partenariat avec France Télévision Distribution, nous sommes ravis de vous en faire gagnez un exemplaire si vous répondez à ce questionnaire avant le 02 février, 0h00.

A propos de Maryline Alligier

Laisser un commentaire