"Les Fiancés de Loches", m.en sc. par J-L Martinelli – Théâtre des Amandiers (jusqu’au 11 avril)

Venus à Paris pour trouver l’âme soeur, trois Lochois (deux frères et une soeur) se trouvent par erreur dans un bureau de placement pour gens de maison, pensant se trouver dans une agence matrimoniale. Ils sont engagés comme domestiques par le fringant docteur Saint-Galmier, directeur d’une clinique psychiatrique, sa soeur, une vierge avancée, et sa fiancée, une veuve fin de race. Persuadés que leurs employeurs sont leurs prétendants, ils vivent une série de quiproquos cocasses et inattendus, et finissent même internés dans un asile qu’ils confondent avec la mairie. S’ajoutent une cocotte encombrante, des employés gaffeurs et une ambiance survoltée.

Un spectacle rythmé et distrayant, un dépoussiérage efficace où les allées et venues, gestuelles et gesticulations prennent l’avantage sur le texte. Immersion de Feydeau dans un décor contemporain, de l’agence d’intérim au piano-aquarium, en passant par la fontaine d’intérieur, eux-mêmes tournés en dérision. Le fil rouge de la mise en scène : la subjectivité de la folie, est révélé au mieux à travers cet environnement moderne.

A voir au Théâtre des Amandiers jusqu’au 11 avril.

Crédits photo : (c) Pascal Béjean & Florence Lebert

A propos de Sarah DESPOISSE

Laisser un commentaire