Peter Von Poehl – "May Day"

Sagesse pour un dandy

En voilà un qui est passé en trois ans de la pop orchestrée et soignée à la pop quasi-épurée et boisée, et cette évolution vers la spontanéité n’est pas pour nous déplaire. Nous avions laissé ce dandy blond suédois et son allure dégingandée à l’ombre des arbres à thé. Rêveur, un brin mélancolique voire fataliste, il nous avait touchés grâce à la finesse de ses métaphores poétiques approchant les hautes sphères du lyrisme moderne. A grand renfort de chœurs, violons et cuivres, il ravissait les plus torturés – mais dignes – d’entre nous.

Comme quoi, chaque chose en son temps, voici venue l’ère du May Day. Bien sûr, il joue sur les mots, puisqu’il a échangé le frisson des grands espaces contre la chaleur d’une terrasse de campagne où il pleut parfois, certes. Mais on le sent avancer d’un pas plus assuré, bien plus positif. S’il reste assez nostalgique dans l’âme et si cela fait bel et bien partie de sa patte, ses nouvelles chansons sont teintées d’une confiance en l’avenir et possiblement d’une foi en un monde meilleur, May Day en tête pour le prouver. On apprécie sur ce deuxième disque la pureté et la force tranquille de la guitare acoustique avec Wombara et Silent as Gold, tout autant que quelques ballades entraînantes croisant des cuivres bien plus enlevés que précédemment, comme Parliament ou Moonshot Falls. L’espoir l’aura emporté sur la mélancolie, comme en témoigne l’envolée progressive d’Elisabeth.

Outre sa collaboration avec Marie Modiano pour une partie des textes de May Day, il est difficile, toutefois, de lui prêter des influences ou des liens de parenté musicale tant son univers est personnel et singulier. S’il se rapprochait vaguement de la fibre éthérée de sn compatriote Jay Jay Johanson avec son précédent album Going Where The Tea Trees Are, il ferait par exemple aujourd’hui un camarade parfait pour le solitaire et tout aussi rêveur Peter Adams, à qui il pourrait éventuellement transmettre sa récente maîtrise de l’ampleur ensoleillée.

Cela promet en tout cas une meilleure transposition musicale sur scène, et nous sommes impatients de le voir taper du pied dans des salles de concerts à échelle humaine où nous l’écouterons, respectueusement et amusés, raconter entre deux chansons ses petites anecdotes mi-tendres, mi-absurdes.

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Sarah DESPOISSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.