Ma jeune vie a une fin. Pièces de clavecin de Sweelinck par Sébastien Wonner

 

Ma première « rencontre » avec Sébastien Wonner date de mai 2013, à l’occasion d’un fort beau concert donné par l’Ensemble Consonance au Musée des Beaux-Arts de Tours qui m’avait donné le plaisir d’entendre, malgré un médiocre instrument, quelques pièces de Louis Couperin sonner sous ses doigts. Un peu plus d’une année plus tard, ce musicien, dont le nom n’est pas inconnu à ceux qui ont suivi la carrière d’ensembles comme la Chapelle Rhénane ou les Witches, nous offre son premier disque en soliste, entièrement consacré à Jan Pieterszoon Sweelinck.

Pour définir la destinée de celui que l’on nommait l’Orphée d’Amsterdam ou l’organistenmaker (le faiseur d’organistes) tant était grande sa renommée de compositeur et de pédagogue, on est tenté d’emprunter à L’Œuvre au Noir de Marguerite Yourcenar et de la nommer La vie immobile. En effet, si l’on excepte sa naissance à Deventer en 1562, toute son existence se déroula à Amsterdam, à l’ombre de la Oude Kerk (L’Église Vieille) dont son père tint l’orgue de 1564 à 1573 et à la tribune de laquelle Jan lui succéda, sans doute dès 1577 s’il faut en croire le témoignage de son élève et ami Cornelis Plemp, dédicataire des Cantiones sacræ publiées en 1619, qui déclare qu’il y exerça ses talents durant quarante-quatre ans, jusqu’à sa mort en 1621. Une aussi longue et brillante carrière peut surprendre lorsque l’on sait qu’une des conséquences de la conversion de la cité hollandaise au calvinisme en 1578, au moment même, donc, où Sweelinck entrait en fonctions, fut justement le rejet de l’usage de l’orgue, considéré comme profane, lors des offices. C’était sans compter sur le pragmatisme des autorités d’Amsterdam qui surent trouver d’autres biais pour valoriser des instruments dont ils étaient les fiers propriétaires, en particulier les deux de la Oude Kerk. Une des charges principales de Sweelinck fut donc d’y jouer de l’orgue deux heures par jour en dehors des offices, une le matin et une le soir, et si l’on en croit l’augmentation régulière de son salaire de 100 florins en 1580 à 360 en 1607, ses services donnèrent satisfaction ; c’est donc en toute confiance, d’autant que sa réputation d’expert en matière d’orgues était déjà grande et l’avait conduit à examiner ceux de Haarlem (1594) ou de Middelburg (1603), une activité qui se poursuivra jusqu’à la fin de sa carrière en le conduisant, entre autres, à Nijmegen (1605), Rotterdam, Delft (1610) ou Dordrecht (1614), que les édiles amstellodamois se tournèrent vers lui lorsqu’ils souhaitèrent acquérir un clavecin pour leur hôtel de ville. En 1604, Sweelinck fit donc le plus long voyage de sa vie pour commander cet instrument de prestige, dont le couvercle peint par Pieter Isaacz. est aujourd’hui conservé au Rijksmuseum, auprès des ateliers de Hans Ruckers le Jeune.

Cette existence à peu près dénuée d’événements saillants n’est pour autant synonyme ni d’ennui, ni de sclérose, bien au contraire. Les nombreux élèves de l’organistenmaker, parmi lesquels Samuel Scheidt, Jacob Praetorius et Heinrich Scheidemann, qui tous contribuèrent à fonder l’École d’orgue d’Allemagne du Nord qui, via Böhm et Buxtehude, conduit à Johann Sebastian Bach, ses contacts avec certains de ses confères tels Peter Philips et John Bull, et, bien entendu, Jan Harmensz Muller Jan Pieterszoon Sweelincksa musique témoignent de son ouverture aux multiples influences qui parvinrent jusqu’à lui et qu’il sut rassembler en une sorte de Kamer Europa, un « cabinet de l’Europe » où se concentrait tout ce qui avait su aiguiser son imagination et retenir sa curiosité. Ses pièces pour clavier, souvent jouées à l’orgue mais que l’on peut également supposer destinées à l’usage privé auquel le calvinisme cantonnait largement la pratique musicale, sont parfaitement représentatives de ce brassage. Demeurées manuscrites, elles se répartissent en trois groupes, celui des œuvres de forme libre (Fantasia et Toccata, dans ce disque) et ceux des variations sur un thème profane (tel Mein junges Leben hat ein Endt) ou sacré (comme Puer nobis nascitur). Toutes révèlent une indiscutable maîtrise contrapuntique et parfois le goût pour une vertigineuse mais, paradoxalement, jamais tapageuse virtuosité, mais ce qui frappe, dans les premières, est la rigueur de leur construction qui nous rappelle le pédagogue respecté et le polyphoniste subtil qu’était Sweelinck ; si cette exigence de cohérence est également présente dans les différentes variations, ces dernières se révèlent souvent plus colorées et plus « détendues » dans la mesure où elles accueillent volontiers des éléments populaires et des rythmes de danse. Ces pièces variées sont celles qui dévoilent de la plus éloquente façon l’inspiration européenne de leur auteur : Engelse Fortuijn nous entraîne en Angleterre, terre des virginalistes envers lesquels la dette de Sweelinck est patente, tout comme la Paduana Lachrymæ et la Pavan Philippi, hommages l’une à John Dowland, l’autre à l’exilé Peter Philips, la Pavana Hispanica est construite sur un thème d’Antonio de Cabezón, Mein junges Leben hat ein Endt regarde vers les contrées germaniques et on trouve même une Poolse almande — une Allemande polonaise. Si l’empreinte française, enfin, est à chercher du côté des Chansons et des Psaumes, les Toccate auraient été inenvisageables sans une solide connaissance, de la part du musicien amstellodamois, des apports de Claudio Merulo ou d’Andrea Gabrieli.

Sébastien Wonner aurait pu choisir, pour son premier récital soliste, de procéder comme certains de ses plus jeunes collègues en tentant d’attirer sur lui la lumière médiatique avec quelques poses étudiées et un répertoire rebattu. Cet élève d’Aline Zylberajch pour le clavecin et de Martin Gester pour la basse continue et la musique de chambre a préféré adopter une attitude résolument inverse, en mûrissant sans hâte son projet et en arpentant des terres moins exposées. Je le dis tout net, son Sweelinck est un des meilleurs disques de clavecin qu’il m’ait été donné d’écouter cette année, avec les Bach de Christophe Rousset et de Pierre Hantaï. Il n’y a absolument rien d’ostentatoire dans l’approche de Sébastien Wonner, mais sa concentration, sa maîtrise de la polyphonie, la fluidité et l’autorité de sa conduite du discours valent toutes les paillettes dérisoires que d’aucuns nous balancent à pleines poignées. Le plus surprenant est qu’en proposant une lecture que l’on sent extrêmement pensée et construite, le musicien n’est jamais austère, pesant ou ennuyeux ; son Sweelinck déborde, au contraire, d’une vie palpitante, il ose être sensuel, danser, se troubler sans pour autant jamais perdre son fil conducteur. Touchant avec un raffinement sans préciosité qui n’obère ni la puissance, ni le brio, une fort belle copie d’un Ruckers de 1612, enregistrée de façon précise et chaleureuse par Jean-Michel Olivares, Sébastien Wonner démontre sa capacité à varier les climats, à insuffler énergie et souffle à la musique, mais aussi, ce qui n’est pas si fréquent dans ce répertoire, à la faire chanter. Au fond, ce récital, au-delà de l’intérêt et de la beauté des pièces choisies comme de l’interprétation proposée, est d’une indiscutable justesse, en ce qu’il nous restitue la pensée et la sensibilité de Sweelinck dans toutes leurs dimensions, à la croisée de la claire conscience de leur ancrage dans la tradition renaissante et du souci d’une ouverture la plus large possible aux différents langages d’une époque riche en mutations.

Je vous recommande donc sans hésiter ce disque de Sébastien Wonner que ses richesses sans cesse renouvelées pourraient bien vous attacher comme un fidèle compagnon. Il installe d’emblée son interprète, tout juste âgé de quarante ans, parmi les talents à suivre avec la plus grande attention. On espère qu’il va continuer à cultiver paisiblement sa différence et que sa probité attirera sur ce projet et ceux qu’il ne manque certainement pas de nourrir pour l’avenir toute la reconnaissance qu’ils méritent.

Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621), Ma jeune vie a une fin, pièces de clavecin

Sébastien Wonner, clavecin Émile Jobin d’après Ruckers, 1612 (Amiens, musée de Picardie)

1 CD K617 7247

A propos de Jean-Christophe PUCEK

Laisser un commentaire