Cinq années auront été nécessaires à Aisha Burns, dont on avait cependant croisé le violon sur le magnifique (et passé totalement inaperçu chez nous) Pearls To Swine d’Adam Torres en 2016, pour donner une suite à Life In The Midwater, son premier album. Né d’une période où le deuil a marché main dans la main avec le bonheur, Argonauta est annoncé pour la fin de ce mois ; un premier extrait, « Must Be A Way », a été dévoilé il y a quelques semaines, se plaçant à la fois dans la continuité de ce qui l’avait précédé tout en matérialisant un approfondissement sensible, tant du point de vue vocal que de l’écriture. Le second, « We Were Worn », s’il demeure dans le registre de la confidence, se déploie, entre autres grâce à la présence de percussions judicieusement dosées, dans un espace sonore élargi où semble s’élever une flamme à l’ardeur renouvelée, affirmation de la permanence, sous une forme différente, des vies enfuies. Si le reste de l’album à venir est de la même eau, il ne fait guère de doute qu’il n’a pas fini de nous hanter.

Argonauta paraîtra le 25 mai 2018 chez Western Vinyl

Photographie : Stephanie Larsen

A propos de Jean-Christophe PUCEK

Laisser un commentaire