Eric Fernandez – "Verdine Tempo"

Le monde en roulotte
Ne me demandez pas la différence entre une roulotte et une verdine, je n’ai pas saisi la subtilité ! Tout ce que je peux vous dire, c’est que le terme « verdine » désigne une sorte de roulotte gitane…

Quoi qu’il en soit, dans la verdine d’Eric Fernandez, il y a du monde à bord. A commencer par un ancrage politique et social, puisque l’album est dédié au combat du sous-commandant Marcos en faveur des « sans-terre », autrement dit le bas peuple mexicain sans voix ni visage pour personne. Le premier morceau de l’album reprend d’ailleurs des extraits du discours de la commandante Esther, porte-parole du mouvement zapatiste, qui nous parle ici de la lutte des femmes. Cet engagement ne laisse pas insensible, d’autant que la cause est universelle.

Ca tombe bien, parce que par essence, ça voyage une verdine. Certains parlent de flamenco fusion, d’autres de transe voyageuse, tout ce que l’on sait c’est que l’inspiration est gitane, qu’elle part de la Méditerranée, traverse l’Amérique du Sud et dédaigne les frontières. Le flamenco esquisse des pas de tango, remue les hanches de la salsa, rassemble les genres autour de la même flamme authentique.

C’est donc Eric Fernandez qui tient les rênes, guitariste à en frémir. Inspiré très tôt par Paco de Lucia, dont il reprend le fameux morceau « Entre dos aguas » à la piste 4, c’est lui qui donne l’impulsion et le mot d’ordre : liberté, fraternité, créativité. A ses côtés s’est assis Alexandre Léauthaud, à l’accordéon, bien déterminé à faire pleurer d’émotion tous ceux qui réduisent encore ce fabuleux instrument à la musette et aux interludes de rames de métro. Autour de ce duo magique on rencontre encore un pianiste, un bassiste, un percussionniste, une chanteuse, d’autres guitares et autant de palmas.

Avec un peu de chance, la verdine croise votre chemin et tout le monde débarque pour une soirée musicale d’exception. Eric a d’emblée posé ses fesses au bord d’une chaise et commencé à jouer avec passion, Alex qui a revêtu pour l’occasion un costume en velours violet lui répond en toute sincérité, la danseuse Isabel apparaît dans un claquement de talons. Et là, roulotte ou verdine, notre âme voyage…

Eric Fernandez sera au Réservoir le 27 décembre.

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Sarah DESPOISSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.