"Théâtres au Cinéma" : un festival en danger à Bobigny

Ayant été partenaire de cette belle manifestation ces deux dernières années, Culturopoing ne peut que s’associer au communiqué de l’équipe “Théâtres au Cinéma” que nous vous invitons à diffuser et à relayer le plus possible.

Le Festival Théâtres au Cinéma :
Vers un autre
«Procès de Bobigny » ?…

 

 

«Trop élitiste, trop patrimonial, asséché et trop éloigné de la politique des publics du département », ainsi ont qualifié, le festival «Théâtres au Cinéma », nos interlocuteurs du Conseil Général de la Seine-Saint-Denis, un de nos partenaires historiques, pour accompagner leur décision de ne plus soutenir notre festival. Ainsi, il aura donc fallu attendre presque un quart de siècle dexistence pour que cette sentence tombe, tel un couperet ! Estimant que le festival a  assez vécu et quil « vaut mieux penser à une autre manifestation car « attention de ne pas sengager sur des cycles éternels ». 24 ans, cest une belle vie !

 

Et en guise destocade finale, largument qui, sans doute, se voudrait ultime : « Un festival en 2013 ne correspond plus aux attentes du public ». Et aussitôt nous pensons à ces jeunes de Bobigny et de tout le département qui avaient, au terme dun travail en atelier, offert un des spectacles les plus prenants que «Théâtres au Cinéma » ait engendré : «Kafka chez les rappeurs », au cours duquel de jeunes talents, une cinquantaine, en hip et hop et en rap ont été révélés au public !

 

Fait étrange, le Conseil général na pas attendu le bilan 2014 du 24e festival (et quil nous avait pourtant commandé) pour prendre une décision aussi injuste quinique. A nos yeux, du moins, mais pour ceux qui ont encore en mémoire, les promesses de la campagne présidentielle, de permettre aux zones précarisées par la crise, davoir accès à ce droit élémentaire : la culture ! Pourtant quelle belle édition que celle de 2013 qui, grâce à Philippe Garrel, Bernadette Lafont , Luis Rego, Jean-Pierre Léaud, a permis de faire venir dans nos salles un public dont la jeunesse a été relevée par tous les participants !

 


Bobigny a
été une destination, 24 années durant, dartistes illustres que les balbyniens, entre autres, ont eu le plaisir de croiser ? Des créateurs qui sont venus parler de leur art : Peter Brook, invité cardinal du 1er festival, Manoël de Oliveira, Harold Pinter, Andrzej Wajda, Théo Angelopoulos, Margarethe Von Trotta, Patrice Chéreau, Alain Robbe-Grillet, Raoul Ruiz, Alain Tanner, Marco Bellocchio, Barbet Schroeder, etc.

 

Et aussi toutes ces comédiennes et tous ces comédiens : Jeanne Moreau, Claudia Cardinale, Hanna Schygulla, Aurore Clément, Laurent Terzieff, Sami Frey, Omar Sharif, Michel Piccoli, Bulle Ogier et tous les autres (la liste est bien longue) qui sont venus rencontrer le public, à Bobigny.Sans parler des rencontres avec les écrivains, comme celles, mémorables, avec Harold Pinter et John Berger.

 


Aucune consid
ération, non plus, pour louvrage édité, chaque année, sur le réalisateur choisi. Un livre qui rencontre un large plébiscite. Et que nombre de bibliothèques (en France, en Europe, mais aussi un peu partout dans le reste du monde), sans parler des journalistes, n’ont jamais manqué d’en souligner la haute tenue. D’en faire une référence !
Le Conseil Général affirme refonder sa politique cinématographique « en sappuyant sur des acquis historiques, avec des salles de cinéma qualifiées, avec une politique des publics plus importante et des réseaux plus ambitieux ». C’était du moins lessentiel de son intention électorale. Mais qui risque de n’être qu’«électoraliste », sans plus ! Un amer constat, quimpose ce véritable fait du Prince, à lencontre du Magic et qui écarte, ainsi, demblée, un cinéma classé« Art & Essai, Recherche, Patrimoine et Jeune Public », qui sest évertué, sans compter, à créer et organiser chaque année, et avec passion, ce festival !

 


De m
ême, cela pourrait sapparenter à lexpression dune certaine forme de mépris à lendroit des citoyens de la Seine-Saint-Denis, qui ne seraient pas à même dapprécier un programme ambitieux, exigeant qui fait découvrir à chaque festival un pan de la cinématographie mondiale. Et pour lequel ils ont manifesté une adhésion sans cesse croissante. Cela a, apparemment, échappéà la sagacité de ceux qui ont décrété« élitiste» ce festival quils nont pas forcément côtoyé, comme leurs charges le leur dicteraient, histoire de vérifier comment sont utilisés les deniers publics ! Ils auraient pu, pourtant, relever la présence, sans cesse croissante, du public du Département Et de toutes conditions. Et même des plus défavorisées, à limage de ces SDF, qui dissimulaient leurs effets dans les fourrés avoisinants et de se glisser discrètement dans les salles du Magic Cinéma. Pendant plus de vingt ans, ces laissés-pour-compte, ont tenus à payer leur place, histoire, sans doute, de ne pas se sentir amoindris par rapport au reste du public.

 


Ceux la m
ême qui doivent, comme le reste de notre fidèle public, dailleurs, cet accès à la culture à la Ville de Bobigny, avec à ses côtés la Région et la DRAC Ile-de-France, qui apporte un soutien indéfectible au festival. Et bien sûr, jusqu’à la précédente édition, au Conseil Général. Sauf que maintenant, cest cette même structure départementale qui risque, paradoxalement, de contribuer à la réduction drastique de ces moyens daccès à la culture. Un droit qui nest pas une faveur !

 


Aujourd
hui, lheure est grave, cest pour cela que nous sollicitons le soutien de tous, pour que le festival puisse, se poursuivre et souffler ses 25 bougies en accueillant la réalisatrice, Chantal Akerman, qui a, dores et déjà, répondu, avec enthousiasme, à notre invitation pour la prochaine édition de «Théâtres au cinéma », en avril 2014 !

 

L’Association Ciné-Festivals, Bobigny, 29 juin 2013

 

 

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Culturopoing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.