"Le sort du dedans", Baro d’Evel Cirk Cie – Espace Cirque d’Antony

L’entrée dans le petit chapiteau de la Baro d’Evel Cirk Cie se fait par une allée circulaire où l’on progresse à travers quatre étapes de rideaux : le bois lourd qui s’entrechoque, le métal creux et tintant, la corde un peu rêche, puis les plumes, un peu trop vite franchies. Ce parcours de quelques mètres seulement suffit pour installer l’atmosphère, chaleureuse et intrigante. Au centre du cocon tamisé, une piste ronde patiente, bordée de gradins en quarts de cercle séparés par des allées qui rejoignent un chemin de ronde parallèle à celui emprunté à l’arrivée, promettant entrées et sorties à volonté.Une femme, deux hommes, un cheval et une contrebasse occupent cet espace labyrinthique en jouant effectivement avec les perspectives offertes : au centre de la piste, une découpe tournante concentre l’attention, tandis que l’allée qui entoure les gradins autorise la course au galop. Entre boîte à musique et toupie, cette scène démultipliée offre des allées et venues dévergondées tout autant qu’une véritable douceur poétique, pour un hymne au mouvement propre et figuré. L’intime est au cœur du propos qui traite de l’instinct, de l’hésitation à l’impulsion dans le respect de leur spontanéité commune.

Apparemment inapte à la danse, un couple se met aux acrobaties suite à de drôles d’accidents : vont-ils finir par réussir une valse et est-ce le but ultime de cette rencontre ? C’est là le fil d’Ariane de ce spectacle aussi drôle qu’émouvant, où le basculement survient toujours à l’improviste et où chacun finit par sortir de lui-même, à force d’essayer. Sur les bancs, on s’esclaffe et on pleure, l’oreille frétille au son des onomatopées, la peau frissonne sous la pureté d’un chant haletant et l’intensité culmine pendant l’interprétation des textes écrits par chacun des artistes sur le thème du dépassement de soi.

Blaï Mateu Trias : “Dégager assez, pour pouvoir plus, comprendre moins, oui, la faisabilitude de l’impossibilité est faisable.
Tibaud Soulas : “Mozart !!! Il a cherché Mozart ? La note, la note juste, la note qui fait danser, la note qui fait penser, la note qui met de la lumière dans la tête, voilà, ça vient, on y va, on n’a pas peur.”
Camille Decourtye : “Alors tu prends ta maison, t’ouvres les fenêtres, tu mets ta robe, tu mets tes talons et tu sautes dans la vie.”

Et tandis que la contrebasse virevolte, le cheval souffle, mais il n’est pas forcément celui qu’on croit… Petit bijou à la frontière du rêve et de la réalité, “Le sort du dedans” donne vie à l’expression personnelle et à la compatibilité des individualités. Magnifique.
A voir à l’Espace Cirque d’Antony jusqu’au 3 avril

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Sarah DESPOISSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.