"La Saga des Masques", m. en sc. par Bernard Pigot – Théâtre du Petit St Martin

Derrière mon loup, je fais ce qui me plaît, me plaît.

Hier j’ai fait un Drôle de Rêve. Ca se passait sur les planches d’un théâtre, il y avait des accessoires colorés, un ballon géant, une poupée de son, un pantin, du tulle, du taffetas et du lycra, une fée rock n’roll, une diva entêtée, une soubrette en révolte. Ca parlait d’espoirs, d’accomplissement, de destinée et du métier d’artiste qui colle à la peau.
Onze comédiens et autant de « sagas » sur le thème de la scène. Des personnages qui rêvent d’être en haut de l’affiche, des qui en souffrent, des qui ne se prennent pas pour la moitié d’une mandarine, certains sont prêts à tout, d’autres ont simplement eu de la chance ou les encouragements d’un proche. L’idée qu’avec un nom, un cœur, un corps et l’envie, le rêve est à deux pas de la réalité.
La Compagnie Drôle de Rêve, constituée d’élèves de la promotion 2008 de l’école Charles Dullin, a monté de toutes pièces cette Saga des Masques à partir d’un atelier d’improvisation, en collaboration avec leur professeur Marc Delaruelle qui a écrit ensuite un rôle pour chacun d’eux. Avec une créativité débordante et l’énergie incomparable des débuts, ils transmettent leur passion du jeu à travers ce spectacle frais, touchant et pétillant d’humour, délicatement mis en scène et en lumière par Bernard Pigot.
Rien que les noms dénichés pour leurs personnages en disent long sur le ton de la représentation et l’univers qu’ils ont créé : Calibre Corneflexe, Barnum Colt, Venus Caddy, Fauvette Pipistrelle, Lila Lila, Mirette Cassis, Passiflore Jane, Cubitus Flash, Cartoon Rivers, Sibylline Drama. C’est imagé, connoté et réfléchi, on s’interroge, on se projette tout en détente, sourires et émotion kaléidoscopiques.
Qui n’a jamais rêvé d’être un artiste ?
A voir au Théâtre du Petit Saint Martin jusqu’au 30 avril.
Le site du spectacle.

A propos de Sarah DESPOISSE

Laisser un commentaire