La rentrée littéraire 2011 de la jeunesse : palmarès sélectif

Les chiffres du Centre National du Livre sont parlants : les ouvrages jeunesse ont représenté 21% des exemplaires vendus par les éditeurs en France en 2009 (tous genres confondus), contre 24% pour les romans. C’est donc le deuxième pôle d’activité le plus important pour ces maisons qui, de ce fait, soignent leur jeune lectorat. Outre cet aspect économique, la littérature jeunesse est un secteur fourmillant de créativité, c’est pourquoi elle occupe une place importante dans les pages de Culturopoing.Nous vous proposons aujourd’hui un palmarès sélectif de la rentrée littéraire jeunesse :

saltimbanques marie desplechin thierry magnier editions10/10 – Le plus FASCINANT
“Saltimbanques” (à partir de 7 ans)
Marie Desplechin (texte) – Emmanuelle Houdart (illustrations)
Paru le 28 août 2011 aux Editions Thierry Magnier
21,50€

Le très grand format de cet album est à la hauteur de son contenu : onze récits au ton contemporain sur le monde du cirque et autant d’illustrations magnifiques, à la fois rétro et modernes, truffées de détails absorbants. D’une rare complémentarité, les textes et les dessins présentent un à un des personnages hors-normes ou inadaptés, pleins de fantaisie, qui ont trouvé leur place sous le chapiteau : les sœurs siamoises Consolacion et Esperanza, Pavel l’homme-tronc, Gerda la femme à barbe, Alex le géant (en couverture), Odette la diseuse de bonne aventure… A chacun sa fable et sa leçon de vie narrées par Adrien Soie, un jeune homme conquis par cet univers aux attraits atemporels. L’incontournable de la rentrée, sans limite d’âge ! 

six hommes david mckee editions kaleidoscope10/10 – Le plus ENGAGÉ
“Six hommes” (à partir de 5 ans)
David McKee (texte et illustrations)
Paru le 25 août 2011 aux Editions Kaléidoscope
13 €

Coup de coeur pour ce petit album au format paysage sur l’absurdité de la guerre. Par petites quantités, le texte s’intègre discrètement parmi les dessins au trait créatif qui parle quasiment de lui-même, pour expliquer aux petits de façon basique l’origine des conflits, la cupidité, la défense et l’attaque. Fort et marquant même pour les adultes qui en accompagneront la lecture, c’est un ouvrage à l’audace hors normes qui reste ludique grâce à la naïveté et à la liberté des illustrations. Parfait pour aborder tout un tas de sujets liés à l’actualité.
l'enfant colas gutman l'école des loisirs10/10 – Le plus FAVORI
“L’enfant” (7-10 ans)

Colas Gutman (texte) – Delphine Perret (illustrations)
Paru le 8 septembre 2011
à L’école des loisirs

7€


Un petit garçon qui s’ennuie à la campagne et qui dit qu’“admirer c’est pareil que s’ennuyer mais avec les yeux grand ouverts”, c’est le ton inimitable de Colas Gutman. Il serait vraisemblable que les parents s’arrachent ses livres avant leurs enfants, tant ses histoires sont drôles et spirituelles. Cette nouveauté ne manque pas à l’appel, tendre et maline, illustrée avec le même soin du détail amusant. Le style est franc, direct, sans dissimulation et quand même poétique. Le chouchou de la rentrée !

soixante choses impossibles à faire avant le dejeuner

10/10 – Le plus SURRÉALISTE
“Soixante choses impossibles à faire avant le déjeuner”
(4-10 ans)

Harriet Russell (texte et illustrations)
Paru le 25 août 2011 aux Editions Les Grandes Personnes
16€


L’originalité est au rendez-vous avec ce recueil d’anecdotes, expressions et illusions d’optiques sur le thème de l’absurde. Chercher une aiguille dans une botte de foin, planter un crayon pour obtenir le dessin d’un arbre, distinguer un tatou invisible, arrêter le temps : soixante prétextes pour réfléchir, observer, s’éveiller et apprendre en s’amusant. Le graphisme est inventif et saugrenu, de quoi ravir tous les petits malins avides d’énigmes poétiques et les initier aux jeux d’esprit.


il se peut qu'on s'évade cathy Ytak editions thierry magnier9/10 – Le plus CULTUREL
“Il se peut qu’on s’évade” (à partir de 14 ans)

Cathy Ytak (texte) – Gérard Rondeau (photos)

Paru le 21 septembre 2011
aux Editions Thierry Magnier

9€


Le concept de la collection est déjà séduisant en lui-même : une série de photos est soumise à un auteur qui doit construire son récit autour de cette base iconographique. Ce photo-roman sur le syndrome de Stendhal (étourdissement suscité par l’art) remporte le grand défi culturel d’intéresser les ados à la peinture, à la photographie et à la littérature d’une seule traite. Un gardien de musée, fasciné par l’art, voit son univers perturbé par une période de travaux qui bouscule la tranquillité des œuvres d’art qu’il a pour charge de surveiller. Suite à un mystérieux délit commis sur son lieu de travail, une enquête s’ouvre et le jeune homme est interrogé. Passionnant mais un peu intello, ce récit exigeant va même jusqu’à aborder la philosophie de l’image.

 

la femme-nuage jean-françois chabas l'école des loisirs9/10 – Le plus POÉTIQUE
“La femme-nuage” (12-16 ans)

Jean-François Chabas (texte)
Paru le 8 septembre 2011
à L’école des loisirs
8€

Ces trois nouvelles sont de véritables petits bijoux de littérature pré-adolescente, très travaillés dans l’écriture. Leur dénominateur commun est l’émotion, incontrôlable pour Vâ la femme-nuage qui s’évapore au gré de son ressenti, rugissante pour le Dévorateur qui a soif de vengeance devant un monde trop laid, contradictoire pour Glas le géant du lac bleu qui adopte une orpheline égarée. De vrais récits pour entretenir l’amour des mots, des contes et de la poésie, un véritable podium universel. 


la nuit des mis bémols manueal draeger l'école des loisirs9/10 – Le plus FOU
“La nuit des mis-bémols” (12-16 ans)

Manuela Draeger (texte)
Paru le 8 septembre 2011
à L’école des loisirs8€

Coup de foudre pour l’univers de Manuela Draeger qui mêle investigation et poésie dans ce récit aux accents absurdes. Les mis bémols ont disparu, les clafoutis mordillent et le temps s’écoule beaucoup trop vite dans l’immeuble de Bobby Potemkine, chargé de l’enquête avec ses amies Lili Nebraska et Lalika Gul. Drôlement spirituel, ce court roman invite à la fantaisie et décrit joliment un drôle de monde où chacun tente de trouver son rythme. A éviter toutefois pour les jeunes lecteurs en quête de vraisemblance. 

 

à la rencontre claudine morel éditions didier jeunesse8/10 Le plus RIGOLO
“A la rencontre” (jusqu’à 5 ans)

Claudine Morel (illustrations)
Paru le 14 septembre aux Editions Didier Jeunesse
12,90€

343 combinaisons différentes sont permises par ce méli-mélo bicolore très inventif et drôle. Seul fait établi, deux personnages se rencontrent, quels que soient la tête ou le corps qu’on leur choisit. Sans texte, cet album tout en largeur promet de grands éclats de rire devant ces associations incongrues, humaines et animales. Au choix : un pépé moustachu au corps de poulet, poursuivi par des poussins tricoteurs fait face à une poule au corps d’escargot dont la queue est couronnée d’un collier de perles. Pour le plaisir simple du cocasse.
 

le dico des bêtises et autres cacastrophes élisabeth brami éditions casterman8/10 – Le plus LOUFOQUE
“Le dico des bêtises et autres cacastrophes” (jusqu’à 5 ans)

Elisabeth Brami (texte) / Emile Jaoul (illustrations)
Paru le 7 septembre 2011 aux Editions Casterman
14,95€

Ce répertoire de toutes les bêtises possibles et imaginables fera de vos bambins des enfants avertis qui ne pourront pas dire qu’ils n’ont pas été prévenus. Loin d’être menaçant, le ton est drôle et malicieux tout en étant pédagogique dans le concept. Tour à tour, deux compères garçon et fille illustrent une bêtise par lettre, suivis de près par une mouche joueuse. Le trait noir coloré de crayon et pastel imite un style enfantin et brouillon qui se distingue d’autres livres pour enfants un peu lisses. Une bible préventive qui ouvre aussi à la discussion. 

amour, brouille et calin soledad bravi vincent malone l'école des loisirs7/10 – Le plus APAISANT
“Amour, Brouille et Câlin” (2-4 ans)

Vincent Malone (texte) – Soledad Bravi (illustrations)
Paru le 22 septembre 2011
à L’école des loisirs
9,50€

Pour tranquilliser les tout-petits, cet abécédaire prend le pli original des chamailleries de Papa et Maman. Travers de caractère, taquineries et petites manies sont prétexte à l’apprentissage des lettres sur un ton qui n’est jamais nunuche, bien ancré dans le quotidien. Les dessins sont drôles et l’ensemble, basé sur des jeux de sonorités, évite le paternalisme. Chose curieuse et un peu regrettable, Papa en prend largement plus pour son grade que Maman, mais ce petit album carré a le mérite de prendre un peu de liberté avec les classiques.

pêcheurs de couleurs michel piquemal eric battut didier jeunesse

7/10 – Le plus JOLI
“Pêcheur de couleurs” (à partir de 3 ans)

Michel Piquemal (texte) –
Eric Battut (illustrations)
Réédité le 1er septembre 2011 aux Editions Didier Jeunesse
5,30€


On adhère immédiatement à ce petit livre carré dont les illustrations à la peinture sont tout simplement ravissantes. C’est l’histoire d’une vache nommée Dandine qui, lassée du vert, décide de parcourir le monde à la rencontre d’autres couleurs. Les textes
ne manquent pas de poésie, un effort est à noter sur la mise en page et la typographie qui ne cèdent pas à la facilité. L’histoire est jolie, notamment l’issue poétique, mais le tout est un peu court et la limitation aux couleurs primaires est un peu décevante.


le phare de l'oubli fabian grégoire l'école des loisirs7/10 – Le plus RÉTRO
“Le Phare de l’Oubli” (7-10 ans)


Fabian Grégoire (
texte et illustrations)
Paru le 8 septembre 2011 à L’école des loisirs
12,50€

Le charme un peu désuet de cet album tient énormément à l’éclatante beauté des couleurs, dessinées au pastel et à la gouache sur papier Canson dont on aperçoit le grammage. Les illustrations des scènes de nuit sont particulièrement réussies, contrastant avec la rigueur d’un texte qui occupe sa place traditionnelle aux contours de l’image. Ce traitement talentueux de la lumière est bien à propos dans cette histoire de phare, propice à développer les valeurs de l’amitié et du respect. Les visages des personnages sont toutefois un peu durs et l’ensemble résolument sage. Quelques pages à la fin retracent l’histoire des phares, leur fonctionnement et leur sauvegarde, sans oublier les Papous qui jouent dans l’histoire un rôle secondaire.

personne ne bouge olivier adam l'école des loisirs5/10 – Le plus CONSENSUEL
“Personne ne bouge” (9-12 ans)

Olivier Adam (texte)
Paru le 15 septembre 2011 à L’école des loisirs

9,80€

L’emploi du mot “frousse” à la première ligne de ce roman jeunesse présage d’un certain manque de naturel dans le ton du récit. Sans coller au langage plus familier des pré-ados ni proposer un style plus littéraire, l’auteur signe ici ce qui pourrait s’apparenter à une obligation de contrat. Un jeune garçon s’aperçoit un jour que le temps s’arrête autour de lui, il vit en bord de mer, il est amoureux de la grande sœur de son meilleur ami, celle-ci se moque de lui jusqu’à vivre avec lui la même expérience insolite, ils deviennent amis et l’espoir est permis. Correct, sans prise de risque. 

l'incroyable histoire de l'homme qui avait trouvé un petit pois dans une huitre4/10 – Le plus PEOPLE
“L’incroyable histoire de l’homme
qui avait trouvé un petit pois dans une huître” (3-6 ans)

Philippe Ciamous (texte) – Thomas Baas (illustrations)
Paru le 7 septembre 2011 aux Editions Père Castor/Flammarion
10€

Toutes les chances étaient réunies au départ pour faire de cet album au titre à rallonge un favori de la rentrée : une découverte saugrenue, un personnage obstiné nommé Monsieur Monsieur, des illustrations rigolotes au charme rétro. Mais voilà, face au désintérêt des musées devant ce fameux petit pois, c’est auprès des médias que Monsieur Monsieur rencontre la gloire. Et parce que cette morale est un peu limite pour cette tranche d’âge un peu jeune pour le second degré, c’est non sans regret que l’on déclasse froidement cette histoire de médiatisation.



Redécouvrez ici tous nos coups de cœur de littérature jeunesse.

A propos de Sarah DESPOISSE

Laisser un commentaire