Eric Senabre – "Sublutetia : la révolte de Hutan, tome 1" (11-13 ans)

C’est un premier roman pour l’auteur, Eric Senabre, mais aussi pour Didier Jeunesse, jusque là cantonné aux albums, et ce double enjeu est une réussite. De “Sub” comme souterrain et “Lutetia” comme Lutèce, l’ancêtre gauloise de la capitale, le titre révèle déjà l’association prometteuse de l’épopée et d’un ancrage historique. Car s’il fait se croiser l’aventure, la science-fiction et l’action pure, Eric Senabre prend le parti de l’utopie pour ficeler son ouvrage. Ainsi, en insérant de nombreuses références à notre monde réel passé et présent, l’histoire, la physique et tout simplement le bon sens composent un socle vraisemblable au récit qui devrait fédérer un bon nombre de jeunes lecteurs.
Un jour de sortie avec leur classe, Nathan et Keren ratent leur métro et se retrouvent embarqués dans une rame parallèle qui les mène tout droit à Sublutetia, un monde souterrain refuge d’une population déçue ou rejetée qui a décidé de quitter la surface. Mais cette communauté qui vit en marge des télécommunications, de la hiérarchie et des finances se voit menacée par un projet immobilier mettant en péril leur source de lumière et de ce fait la survie de Sublutetia. Ses habitants décident alors de kidnapper le promoteur pour préserver la cité et capturent en même temps les deux enfants égarés qui seront impliqués dans l’aventure.
Absorbant et fort en émotions, “Sublutetia” se dévore d’un bout à l’autre et suscite chez le lecteur la même fascination que celle qui entraine Nathan et Keren à épouser la cause des Sublutetiens. L’inventivité de l’auteur y contribue par un souci du détail qui marque la finesse de ses descriptions : noms tirés de personnages historiques, clins d’œil à la mythologie, escaliers mystérieux et passages secrets, costumes, champignons multi-saveurs, etc. Les scènes d’action sont plus vraies que nature, la construction est solide, les rebondissements bien tournés, la langue soignée et accessible. Pour ne rien gâter, les dialogues sont pleins d’humour, notamment les piques échangées par les deux enfants, et les valeurs de l’amitié, de l’entraide et du courage donnent du coffre à l’adrénaline. Si l’on ajoute une bande-annonce alléchante, un blog pour en savoir plus et un deuxième tome presque achevé, toutes les conditions sont réunies pour faire de “Sublutetia” un vrai phénomène.
Dans le même registre, retrouvez sur Culturopoing “Les carnets souterrains de Zénon“. 

A propos de Sarah DESPOISSE

Laisser un commentaire