14e Marathon des Mots de Toulouse, du 28 juin au 1er juillet 2018

La 14e édition du Marathon des Mots, festival international de littérature, se tiendra du 28 juin au 1er juillet à Toulouse et dans ses alentours. Encore une fois, le programme concocté par Serge Roué et Dalia Hassan est riche et varié, avec la lusophonie – entre autres thématiques – mise à l’honneur. Quatre concerts exceptionnels qui vous mèneront du Québec (Pierre Lapointe) au Cap-Vert (Lucibela), en passant par le Portugal (Cristina Branco, Antonio Zambujo), la création « Fleurs du mal » de François Atlas… vous serez surpris de page en page.

Afin que le Marathon des Mots se déroule au mieux, quelques conseils pratiques :

Le programme, tu liras.
Un Marathon des Mots, ça se prépare. Avez-vous déjà vu quelqu’un participer à un marathon sans préparation ? Non. Donc, il est vivement conseillé de bien lire le programme en entier. Il se trouve dans tous les lieux culturels de la ville, il est téléchargeable sur leur site.

Ton emploi du temps, tu feras.
Une fois lu en son entier, vient le temps des choix. Avec autant d’événements qui se déroulent simultanément, il est évident que le marathonien ne peut pas tout voir. Il faut donc choisir, et là, c’est dur, râlant, très râlant même parfois.

La possibilité de ton emploi du temps, tu vérifieras.
Le Marathon, ce n’est pas que des mots, c’est aussi des nombres. Il faut en effet pratiquer quelques additions ou soustractions pour vérifier que les événements choisis sont compatibles entre eux. Pour rappel, chaque lecture dure 45 minutes, les rencontres littéraires 1 heure, les débats 1h30.
Pour les séances gratuites, les billets peuvent être retirés une heure avant le début du spectacle sur le lieu de la représentation ou réservés à l’avance pour certaines lectures gratuites. Ces cartes d’accès à imprimer chez soi sont disponibles en se connectant sur le site internet du Marathon des mots. Elles sont nominatives et garantissent une entrée à la lecture sous réserve de retirer son billet sur le lieu de la lecture 15 minutes avant le début de la séance (tous les détails ici).
Pour les séances payantes, les billets peuvent être achetés sur place, une heure avant le spectacle. Une vente en ligne, des points de vente existent aussi.
Toutes les infos pages 98 et 99 du programme ou ici.

Pensez à réserver !
Certaines lectures vont bientôt être complètes.
Et puis il y a aussi la capacité d’accueil de la salle à prendre en compte. Tout est pages page 96 du programme.

Les trajets les plus courts, tu choisiras.
Passer d’une salle à une autre, c’est aussi trouver l’itinéraire le plus rapide. Pour info, une année, en partant du Théâtre Sorano, j’ai mis moins de 11 minutes pour rejoindre le Cloître des Jacobins (21 minutes selon Mappy). J’avoue ce soir-là ne pas avoir prédéfini mon itinéraire : je suivais Serge ROUE qui faisait exactement le même parcours que moi. Ce qui est bien pratique et rassurant étant donné qu’il présentait le spectacle que je convoitais, la lecture ne pouvait pas commencer sans lui. Mais on ne peut pas toujours avoir un Serge ROUE comme guide, donc, un itinéraire, ça se prépare.

Un plan B, tu prépareras.
Les durées des lectures sont données à titre indicatif. Elles peuvent être plus longues. Comme tout événement culturel, un retard peut arriver. Si des spectacles peuvent être annulés, ils sont indiqués sur le site. Donc, il se peut que l’emploi du temps qui a nécessité 3 heures de préparation,cogitation, vérification ne soit plus possible. Et là, tu ne râles pas et tu gardes ta bonne humeur de marathonien car tu as préparé un plan B, rusé que tu es.

Ton équipement, tu porteras.
Des talons aiguilles pour galoper d’une salle à l’autre, ce n’est pas l’idée du siècle. Donc, chaussures pratiques pour la marche, lunettes de soleil pour la file d’attente, éventail en coup de chaud, « petite laine » pour le soir « au cas où », une bouteille d’eau, un petit truc à grignoter (mais pas pendant la lecture, entre 2 spectacles).

Le savoir-vivre, tu arboreras.
La fatigue du marathon se fait sentir, la chaleur aussi durant l’attente avant que les portes s’ouvrent, et une fois ouvertes, c’est la bousculade. Il ne manquerait plus qu’un voisin tienne des propos douteux…. Et c’est là que le savoir-vivre fait toute la différence : on ne râle pas sur son voisin (ce serait lui faire trop d’honneur) et on râle encore moins sur les bénévoles, qui eux aussi n’y sont pour rien.

Et tant qu’on est dans le savoir-vivre, le téléphone portable s’éteint durant un spectacle. Le mode avion, d’accord, mais pas sur silencieux, non non non, car ce n’est pas compatible avec les micros, et enceintes.

Le hasard, tu tenteras.
Je viens de dire pendant 7 points qu’une bonne préparation était nécessaire. C’est vrai. Mais parfois, l’inattendu touche autant au cœur que la lecture tant espérée. La gratuité des lectures (elles le sont majoritairement) permet d’accéder à un monde inattendu, une découverte bouleversante. Je l’ai vécu sur les éditions précédentes. C’est rare, précieux. Je vous le souhaite !

Bon Marathon des Mots à tous !
Le site du Marathon des Mots
Le programme téléchargeable
Page facebook du Marathon des Mots

A propos de Carine TRENTEUN

Laisser un commentaire