Concours Malavida / L’Atelier d’images/ Culturopoing : “Le Bateau Phare” de Jerzy Skolimowski

Quel bonheur de redécouvrir grâce à Malavida la quasi intégralité de la filmographie de Jerzy Skolimowski. Huis-clos à ciel – de tempête – ouvert, premier film américain du cinéaste, Le Bateau-Phare (voir ici la critique de Xanaé) constitue parmi ses plus belles réussites. Dans un détonant mélange des tons, il révèle une capacité à installer la tension tout en distillant un humour coupant d’autant plus génial qu’il paraît invisible. Et pourtant, le regard silencieux observant ses marionnettes s’ébattre et se débattre et bien là. Il y a chez le cinéaste un vrai désir de démythifier le suspense, de faire glisser le genre vers l’anti-spectaculaire, là où bon nombre de cinéastes américains ce seraient jetés dans l’action et le climax. Et puis quelle plus belle idée que d’utiliser le thriller pour évoquer la réconciliation d’un père et d’un fils ?

A travers son argument classique, c’est le tragique de la destinée humaine que trahit Le Bateau Phare. Dans la construction de ses méchants, Skolimovski feint d’illustrer des archétypes, mais in fine, aucun ne semble indestructible, comme logé à la même enseigne d’une humanité fragile. Dans ce navire qui ne vogue jamais, flotte un fascinant sens de l’absurde, qui fait du Bateau-Phare, le film de Skolimovski le plus proche de Polanski, avec cette capacité de l’humour pour braver la mort.

Après la ressortie salles en copie restaurée il y a quelques mois, Le Bateau-phare sort pour la première fois en dvd et blu-ray dans une co-édition L’Atelier d’images / Malavida . Nous sommes très heureux de vous faire gagner 3 exemplaires de cette oeuvre splendide si vous répondez à ce questionnaire avant le 18 juillet 2019, 0h00

 

A propos de Olivier ROSSIGNOT

Laisser un commentaire