Les deux nouvelles créations de la Dairakudakan à la MCJP

Pour les habitués de Takeshi Kitano, Sono Sion ou Seijun Suzuki (ou même de Tarantino, puisqu’il apparaît dans Kill Bill 2) , le visage très expressif d’Akaji Maro n’est pas inconnu. Mais outre son métier d’acteur, il est l’un des plus grands danseurs de Butō comme l’avait été l’ahurissant Tatsumi Hijikata (vu notamment dans Horrors of Malformed Men de Teruo Ishii).

Il dirige la compagnie Dairakudakan dont il est le créateur depuis 1972 et dont la Maison de la culture du Japon à Paris accueille régulièrement les fabuleux spectacles. Ce sont des moments hypnotiques nous plongeant à la fois dans la relecture métaphorique du monde et de ses traumas et le rêve éveillé. Une fois n’est pas coutume, la MCJP nous propose de découvrir le Dairakudakan sur scène à travers deux spectacles.

 


Du jeudi 14 au samedi 16 novembre 2013
Takuya Muramatsu, membre de Dairakudakan depuis 1994 présentera sa dernière création Oublie tout, et souviens-toi , réflexion sur la mémoire et la vie, dont il confie l’interprétation aux danseurs masculins de la compagnie.

Du samedi 30 nov 2013Symphonie M est quant à elle la dernière pièce d’Akaji Maro, extrêmement proche du registre du solo qui s’inspire du « Livre des morts tibétain » et  "décrit les états de conscience et les perceptions se succédant pendant la période qui s’étend de la mort à la renaissance". Avec la Symphonie n° 5 de Mahler comme illustration sonore, Symphonie M  promet d’être un impressionnant spectacle, quelque part entre la vie et l’au-delà.

Pour tous renseignements : www.mcjp.fr

A propos de Culturopoing

Laisser un commentaire