Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, la sortie en salles de Inside Llewyn Davis, dernier-né des Coen Brothers, coïncide avec celle en librairies de Oh Brothers! (sur la piste des frères Coen), l’ouvrage que Marc Cerisuelo et Claire Debru consacrent aux cinéastes, chez Capricci. Et c’est aujourd’hui!
Les auteurs ont choisi de présenter, film par film, l’œuvre des frères Coen comme radicalement américaine, la «piste» du sous-titre étant à la fois le territoire des Etats-Unis (jamais quitté, ou presque, par leurs films) et la culture américaine, notamment les grands classiques de la comédie hollywoodienne dont ces pages démontrent assez brillamment qu’ils sont les héritiers.
L’autre choix très marqué ici est plus étonnant: il est très peu question dans ce livre de mise en scène, Cerisuelo l’universitaire et Debru la spécialiste de littérature anglo-saxonne préférant explicitement s’attacher aux scénarios et surtout à l’art du récit -un choix déconcertant mais qui fait sens tant l’importance de l’écriture chez ces cinéastes (y compris celle du montage) est ici rappelée.
Chaque film fait l’objet, en un chapitre, d’une étude reserrée sur un ou deux axes (ainsi The Big Lebowski, après une très éclairante récapitulation de ses influences, est-il étudié essentiellement à travers la question des langages). Les amateurs de la filmographie coenienne dénicheront à la fois matière à se réjouir et à contester, les néophytes y trouveront une belle entrée en matière -et les uns comme les autres seront pris d’une soudaine envie d’aller revoir qui Le Grand Saut, qui Barton Fink.
Oh Brothers!, s’intéressant à la totalité du corpus, ne fait donc pas l’impossible tour thématique d’une filmographie appelant régulièrement (et souvent malicieusement) à l’exégèse échevelée, mais choisit d’en faire une lecture, lecture faite de plus avec une voix singulière. Au final cet ouvrage n’est absolument pas le précis d’abstraction qu’on aurait pu attendre, confirmation de la loi qui veut qu’on soit toujours surpris avec les Coen (et avec Capricci). Et n’oubliez pas que vous pouvez toujours gagner Oh Brothers! ici.

A propos de Culturopoing

Laisser un commentaire