Les éditions Powerhouse – Indicator récidivent le 27 septembre avec le quatrième coffret consacré aux films noirs Columbia.
Le mensonge peut-il être à l’origine de bons films ? Vaste débat, mais pour commencer, deux sacrées curiosités qui fournissent la preuve qu’il existait des films de propagande réussis. Avant l’arrivée de Mc Carthy, pendant qu’Edgar J. Hoover dirigeait le FBI dans toute son action anticommuniste, il commandait des films en ce sens montrant au public où était l’ennemi : Gordon Douglas réalisa ce Walk a crooked mile (1948) évoquant les exploits de deux valeureux agents de Scotland Yard et du FBI faisant équipe contre pour démanteler  un dangereux réseau d’espionnage de méchants rouges. On se veut presque d’apprécier un film de cette trempe mais force est de reconnaître qu’il tient parfaitement en haleine.
En 1952, en pleine chasse aux sorcières, continue d’être au service du FBI avec ce Walk east on beacon! dans lequel un savant est soumis aux chantage monstrueux d’agents retenant son fils de l’autre côté du rideau de fer. Mais la justice vaincra ! Il est évidemment indispensables de (re) découvrir des telles œuvres historiquement essentielles pour mieux comprendre les liaisons régulières du cinéma et du pouvoir.
Le formidable Pushover (1954) signe la rencontre de Richard Quine et de sa muse Kim Novak quatre avant la superbe comédie fantastique L’adorable voisine. Elle endosse le rôle de la maitresse d’un gangster qu’un inspecteur doit surveiller et dont il tombe amoureux. Voici un beau film noir singulier, échappant aux stéréotypes, notamment parce qu’il n’offre pas de personnage de méchant mais privilégie le spectacle amère d’une relation amoureuse où le rôle officiel attribué par chacun se fissure lentement lorsque naissent les sentiments.
D’après son titre et son cadre, A Bullet is Waiting (1954) laisserait présager d’un Western, mais le film de John Farrow décline les codes du film noir dans le décor de l’Utah. C’est in fine le psychologique qui l’emporte ici. Après le crash de leur avion, le shérif Munson et son prisonnier Ed Stone sont accueillis dans la ferme des Canham. La fille du fermier se rapproche du hors-la-loi. Dans A bullet is waiting les sentiments semblent imiter la tempête qui fait rage au dehors. Mais finalement plus que d’amour, c’est de pulsion sexuelle que nous parle A Bullet is waiting.
Dans Chicago Syndicate (1955), Dennis O’Keefe incarne Barry Amsterdam, un ex-héros de guerre et comptable devant infiltrer le syndicat du crime d’Arnold Valent pour mettre à jour une entreprise de racket à l’assurance. Mais deux femmes vont se mettre sur son chemin, entre rivalité, danger et amour.  Voici, comme on dit, un divertissement, plein de romance, de suspense et de rebondissements avec notamment de superbes séquences extérieures donnant à voir les rues de Chicago de l’époque.
Réalisé par Phil Karlson (Behind The Mask, Kansas City Confidential, The Phenix city story), cinéaste admiré par Scorsese, Les frères Rico  (1957) a la particularité d’être une des rares adaptations US de Simenon. Un ex-truand (Richard Conte) recherche ses frères gangsters ayant trahi l’organisation, pour les protéger. Bien qu’assez infidèle à l’esprit de l’écrivain Les Frères Rico n’en demeure pas moi une drame policier tendu, porté par l’interprétation douloureuse de Richard Conte, une œuvre aux complexités psychologiques évidentes qui flirte avec le tragique.

Tous restaurés en 2K, les six films sont inédits en blu-ray. Limitée à 6000 exemplaires numérotés, avec de nombreux suppléments, cette superbe édition propose également un livre de 120 pages. Les films possèdent tous des sous-titres anglais et sont complétés de nombreux bonus, avec notamment pour chacun des sketches de 3 Stooges et des galeries photos et promotionnelles.

 

Walk a crooked mile
  • Routine Job: A Story of Scotland Yard (1946, 23 mins): court métrage retraçant le travail quotidien d’un détective de Scotland Yard autour d’une affaire
  • The March of Time: ‘Policeman’s Holiday’ (1949, 20 mins): cet épisode fictionnalisé de The March of time met en vedette un détective américain qui assiste Scotland Yard au Royaume-Uni inspiré de Crooked Mile mais en inversant l’intrigue
  • Dunked in the Deep (1949, 17 mins): les Trois Stooges se retrouvent mêlés à un réseau d’espionnage étranger et à la contrebande d’un matériel top secret
Walk east on beacon!
  • Commentaire audio de Frank Krutnik auteur de In a Lonely Street: Film Noir, Genre, Masculinity author and academic (2021, 69 mins)
  • The March of Time: ‘G-Men Combat Saboteurs’ (1941, 21 mins): court-métrage documentaire tiré de la série produite par Louis de Rochemont, producteur de Walk East on Beacon!
  • The March of Time: ‘G-Men at War’ (1942, 20 mins): ce court-métrage s’intéresse aux efforts du FBI pour appréhender espions et journalistes de 5e colonne.
  • Commotion on the Ocean (1956, 17 mins): voici encore les 3 Stooges mêlés à une affaire d’espionnage.
Pushover
  • Commentaire audio des historiens du cinéma Alexandra Heller-Nicholas and Josh Nelson (2021)
  • Partners in Crime and Comedy (2021, 19 mins): l’auteur et critique Glenn Kenny évoque les collaborations de Richard Quine et Kim Novak
  • Blunder Boys (1955, 16 mins) : les 3 Stooges jouent trois détectives lancés sur une affaire de braqueur de banque
  • Bande annonce originale
A bullet is waiting
  • Commentaire audio des écrivains Barry Forshaw and Kim Newman (2021)
  • From Cricklewood to Hollywood (2021, 21 mins): l’archiviste et historienne Josephine Botting parle du début de carrière de Jean Simmons et de son passage du cinéma anglais au cinéma américain .
  • The Yoke’s on Me (1944, 16 mins): ici, le trio protège leur ferme isolée des invités indésirables
  • Bande annonce originale
Chicago Syndicate
  • Commentaire audio de l’historien Toby Roan (2021)
  • From Nurse to Worse (1940, 17 mins): les Trois Stooges tentent de gagner beaucoup d’argent grâce à une arnaque à l’assurance
The Brothers Rico
  • Commentaire audio du professeur et spécialiste du cinéma Jason A Ney (2021)
  • Introduction de Martin Scorsese (2010, 4 mins)
  • A Bracing Brutality (2021, 30 mins): l’auteur et critique Nick Pinkerton s’attarde sur le cinéma dur et frontal de Phil Karlson
  • A Merry Mix-Up (1957, 16 mins) : les Trois Stooges jouent trois fratries provoquant sur leur passage chaos, confusion et malentendus
  • Bande annonce originale

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Olivier ROSSIGNOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.