Initialement prévu pour David Gordon Green, le projet d’un remake du Suspiria de Dario Argento avait fait grincer des dents. Ayant traumatisé des générations entières de spectateurs lors de sa sortie en 1977, ce chef d’œuvre est le sixième film du rénovateur du thriller italien qui dérapait alors dans le fantastique.

La présence de l’auteur de l’excellent Call me by your name ( 2017 ) à la caméra, Luca Guadagnino, a de quoi surprendre tant les deux précédents longs métrages de l’auteur n’ont rien à voir avec le style baroque et la folie du maître italien. La bande annonce semble le confirmer : cette nouvelle version s’apparente bien plus à une relecture intégrale qu’à une pâle copie de l’original dont il reprend néanmoins la trame principale, celle d’une jeune américaine qui arrive dans une école de danse habitée autrefois par une sorcière maléfique.

Guadagnino cite volontiers Fassbinder comme influence et il faut bien avouer que cet intrigant teaser d’une minute trente nous emmène plutôt vers une ambiance Mitteleuropa à la photo verdâtre et maladive que vers les couleurs agressives et la démesure esthétique du premier du nom. En tout cas, au vu de certains plans absolument glaçants (le visage d’une femme dévorée par les vers, une fille en lévitation ou encore le cadavre d’une élève dans le placard ), nul doute que l’effroi sera au rendez vous ! Au casting, on retrouvera une des actrices préférées du réalisateur, Tilda Swinton, mais aussi Dakota Johnson, Chloé Grace Moretz et surtout l’héroïne du film originel, Jessica Harper. Pour compléter cette impressionnante équipe, Sayombhu Mukdeeprom, chef opérateur de Call me by your name – mais aussi en partie responsable des images du sublime Oncle Boonmee – revient à la photo, rejoint par Thom Yorke à la musique.

Avec tous ces atouts, le film sera t’il la hauteur de son trailer ? Saura t’il pour autant séduire les puristes et les détracteurs de toujours ? On attend religieusement le 7 novembre

A propos de Aïssa Deghilage

Laisser un commentaire