Entre post-rock, gothique, électro, krautrock et post-rock, le duo Eraas débarque avec un album d’une force incroyable, noir et efficace. Un véritable coup de cœur.


Eraas est né de la séparation du groupe Apse, formation de post-rock de Nouvelle Angleterre. Si leur premier album “Spirit” avait emballé les critiques à l’époque, les deux suivants, “Climb Up” et “Eras” n’avaient pas fait l’unanimité. En 2011 le groupe se dissout : Robert Toher et Austin Stawiar décident alors de monter Eraas, un projet qui renoue avec le dark ambient initié par Spirit.
Plus sombre et radical que leur précédent groupe, plus ambitieux aussi, Eraas réussit à imposer une atmosphère particulière obtenue par l’association d’une rythmique hypnotique, d’une basse omniprésente et d’un chant à la limite de la scansion, tribal, renforcé par des effets électro (delay, reverb…) très old school.

À la première écoute ce sont les deux titres At Heart et Skinning qui sortent du lot : voix fantomatiques, répétition du phrasé musicale jusqu’à épuisement, les deux morceaux envoûtent tout de suite. Le reste de l’album, plus mystérieux et dans un sens plus âpre, se dévoile au fil des écoutes.

 

Un groupe à suivre, assurément.Eraas – “Eraas” (Felte, 2012)

 

A propos de Alban Orsini

Laisser un commentaire