Rosa Montero – “L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir”

Rosa Montero s’éloigne du roman pour proposer cet essai autour de la carrière de Marie Curie et plus largement sur le veuvage, le deuil et la place des femmes dans la société. Force est de constater que la romancière utilise à bon escient les codes de la fiction pour rendre agréable la lecture de ce nouveau livre. En mêlant avec habileté des éléments autobiographiques et biographiques, en ajoutant de l’humour et de la distance, elle signe un récit assez passionnant.

Sous la forme d’une discussion sensée et intéressante, l’auteur se penche sur la naissance de la créativité à partir d’une douleur, d’une contrainte, d’un contexte : “à l’origine de la créativité se trouve la souffrance, la sienne et celle des autres“. Malgré trois longs chapitres préparatoires, Rosa Montero suscite énormément de sympathie de la part du lecteur. Son écriture est vivante, enjouée et on y devine quelqu’un de combatif. Elle aurait pu aisément se passer des hashtags disséminés tout au long du livre, qui ponctuent maladroitement les mots-clés de son récit : #FaireCeQu’ilFaut, #PlaceDesFemmes, #PlaceDesHommes, #Ambition, #HonorerSesParents, etc.

Déjà fascinante, l’histoire de Marie Curie apparaît très impressionnante dans ce livre fort bien documenté. Ses origines, son parcours, ses difficultés, la perte de son mari, la maladie, tout est parcouru pour mettre en relief son dévouement scientifique et son désintéressement. Outre un fort aspect féministe et à ce titre, plutôt revendicateur, le récit de Rosa Montero propose aussi une réflexion sur l’amour à la fois profonde et sensible : “l’amour consiste à rencontrer quelqu’un avec qui partager vos bizarreries”. Qu’il soit sérieux ou surprenant, ce livre est un inclassable fort séduisant.

Paru le 22/01/15 aux Editions Métailié.
bandeau-dialogues-blanc

A propos de Sarah DESPOISSE

Laisser un commentaire