Quatre ans déjà se sont écoulés depuis la sortie du roman “Touriste” de Julien Blanc-Gras, adapté cette année en bande-dessinée avec la collaboration de Mademoiselle Caroline. La valeur ajoutée d’un tel exercice est souvent inégale d’une parution à l’autre, mais il faut reconnaître que le rapprochement fonctionne ici intelligemment. Le point commun entre l’auteur et l’illustratrice, c’est une impertinence mêlée de bon sens, particulièrement à sa place pour ce carnet de voyage décalé qui prend des couleurs vives.

Quand on découvre le texte de Julien Blanc-Gras via la bande-dessinée, c’est peut-être l’humour qui prendra le dessus. Si l’on connaît déjà le roman, on pourra trouver que l’illustration met en valeur la tonalité poétique du texte : il n’est pas question ici de vanter l’exotisme façon “couleurs, visages, lumières, sourires”, mais plutôt de s’identifier à cet habitant de la Terre qui part à la rencontre de son prochain (plus ou moins approchable). Et de partager le temps de la lecture une philosophie de l’instant. De ce point de vue, le lecteur prend ses distances avec le rythme cadencé des anecdotes qui est plus dilué dans cette version dessinée. Les pleines pages muettes offrent des temps de respiration particulièrement plaisants.

Au-delà de l’aspect lifestyle, le texte de Julien Blanc-Gras contient bon nombre d’observations relatives à la sociologie, à l’économie et parfois à la politique. Amenées comme des points de vue personnels et d’un ton modeste, un peu à la façon de Guy Delisle, ces remarques n’engagent que lui et n’ont pas vocation à faire tribune. Dans la version dessinée, cela prend forme différemment : en s’illustrant, le pragmatisme trouve une nouvelle force et mine de rien, tend très discrètement vers une forme de dénonciation plus affirmée. “Les termes “authentique” et “pauvre” sont souvent interchangeables. Problème : le miséreux est potentiellement affamé, donc dangereux.”

Paru le 18/03/15 aux Éditions Delcourt / Mirages.

“In Utero”, le nouveau roman de Julien Blanc-Gras, paraîtra le 3 septembre 2015 aux Éditions Au Diable Vauvert.
touriste-planches
bandeau-dialogues-blanc

A propos de Sarah DESPOISSE

Laisser un commentaire