25e édition du Festival Chéries Chéris du 16 au 26 novembre 2019

Référence incontournable de la visibilité queer, le Festival Chéries Chéris fête ses 25 ans avec la volonté intacte de proposer un cinéma aux représentations non normées, qui rend compte des fiertés et des luttes d’une communauté aussi disparate qu’unie. La démarche n’a plus à se justifier ni à conquérir sa légitimité : que celles et ceux qui ne la comprennent pas passent leur chemin.

La sélection propose comme chaque année un juste équilibre entre fictions et documentaires, formes longues ou courtes, avant-premières, séances spéciales… pour des films venus des quatre coins du monde, dont certains illustrent parfaitement la double portée cinématographique et militante du festival.

Victim – Basil Dearden © Elephant Films

 

En prise directe avec le réel ou expérimentant les genres, exaltant les corps et repoussant les morales, le cinéma LGBTQ jouit, par sa marginalité, d’une liberté d’exploration totale. Si tous les films produits ne saisissent pas cette opportunité, certains se contentant de singer le tout-venant, les festivals permettent bien souvent de découvrir des œuvres audacieuses, libres ou mal élevées. Cette édition 2019 réserve forcément son lot de surprises.

Parmi les différentes catégories, il faut noter, comme souvent, la présence de nombreux films sud américains, le Teddy Award de Berlin (Brève histoire de la planète verte de l’argentin Santiago Loza), le Queer d’Or de Venise (El Princípe du chilien Sebastián Muñoz), un long métrage brésilien co-écrit et interprété par des jeunes issus des favelas (Socrates d’Alexandre Moratto) ou le dernier film de l’habitué Marco Berger (Le Colocataire), de nombreuses propositions narratives ou documentaire sur la question transgenre, une promenade berlinoise de Vincent Dieutre (Berlin Based), la quête des origines d’Olivier Rousteing (Wonder Boy d’Anissa Bonnefont), un panorama de courts métrages lesbiens, transgenres, queers ou gays (parmi lesquels le nouveau projet de Benoît Duvette et du Collectif des Routes, Ruines) ou quelques raretés du patrimoine dont Victim (Basil Dearden) avec l’immense Dirk Bogarde… de quoi satisfaire toutes les curiosités !

Ruines – Benoît Duvette © Collectif des Routes

 

Le programme complet et toutes les informations pratiques sont disponibles sur le site du festival :

25e festival du film LGBTQ & +++ de Paris, du 16 au 26 novembre 2019

 

 

 

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Pierre Guiho

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.