Vive le cinoche populaire ce mois-ci chez Sidonis Calysta avec de la migale géante, du nazi sadique et de dangereux robots !

L’horrible invasion de John Bud Carlos
Verde Valley, une petite communauté rurale d’Arizona où la vie s’écoule paisiblement. Ou, du moins, s’écoulait jusqu’à que des animaux ne meurent dans des circonstances étranges, victimes de doses massives de poison dont le vétérinaire Rack Hansen ne parvient pas à trouver l’origine. Quand il y réussit, avec l’aide de l’entomologiste Diane Ashley, il est trop tard. Des dizaines de milliers de mygales déferlent déjà sur la ville, rendues plus agressives encore par les produits chimiques que le maire déverse sur elles.

Dans la série attaques animales, et plus particulièrement celles d’araignées à la taille démesurée, L’horrible invasion (1977) s’avère un specimen des plus efficaces. Evidemment, le sous-texte écolo est une forme de poncif obligé, mais le cinéaste s’inscrit surtout dans la tradition des films d’épouvante des années 50, ne sacrifiant jamais au spectacle, à la péripétie. L’horrible invasion ne porte pas son message pessimiste comme un William Girdler avec Day of the Animals, préférant avant tout satisfaire le spectateur avide de sensations fortes, et c’est réussi.

Passeur d’hommes de John Lee Thompson
La France occupée par le Troisième Reich, deux résistants demandent à un berger, d’escorter le professeur Bergson et sa famille jusqu’en Espagne. Appelé Le Basque, celui-ci accepte cette mission particulièrement périlleuse. Périlleuse parce qu’ils vont devoir franchir les Pyrénées en plein hiver, mais surtout échapper à Von Berkow, un officier SS de la pire espèce, prêt à mettre la région à feu et à sang pour les arrêter..

John Lee Thompson fait partie de ces excellents artisans du cinéma un peu méprisés et affiliés à la carrière de Bronson y compris dans ses moments les plus ambigus. Il serait pourtant bien temps de redécouvrir ses films, et de les analyser avec un plus d’attention pour s’apercevoir qu’il est bien plus intéressant que ça. Revoyons notamment son Moby Dick version western avec Le Bison blanc, son formidable film fantastique  The Reincarnation of Peter Proud ou encore l’un des fleurons du slasher, Happy Birthday to me. Passeur d’Hommes (1979) est un film d’aventures trépidant réalisé par un JL Thompson de 65 ans, avec quand même excusez du peu, outre le héros Anthony Queen, Christopher Lee, James Mason, Michael Lonsdale, Marcel Bozuffi et un Malcolm McDowell totalement déchainé en méchant démesuré. Une œuvre parfaitement rythmée à redécouvrir et dont la violence n’est pas sans évoquer parfois un certain pan du bis italien…

Les rescapés du futur de Richard T. Heffron
Après la catastrophe de “Mondwest”, il y a plusieurs années, la station de Delos est prête à ouvrir ses portes avec un nouveau “monde”, Futureworld. Pourtant Chuck Browning, grand reporter de la ville, n’est toujours pas convaincu du projet, depuis la mort d’un homme qui revenait de ce “nouveau Delos”. Chuck, accompagné d’une de ses collaboratrices, est décidé à enquêter sur les causes de cette mort suspecte…

Les rescapés du futur (1976) n’est rien d’autre que la suite – réussie – de Mondwest premier long métrage de Michael Crichton. Ne vous fiez pas aux apparences, Yul Brynner contrairement à la jaquette n’y apparaît que deux minutes. Pur argument commercial pour appâter le chaland !
Les rescapés du futur est un film à réhabiliter. Le duo formé par Henry Fonda et la magnifique Blythe Danner est particulièrement séduisant et si le film ne possède plus l’effet de surprise du premier opus, malgré ses baisses de tension, il n’en demeure peu avare en inventivité et en idées délirantes et saugrenues dans sa manière d’agencer ces dangereux jeux de rôles grandeur nature. Curieusement il présage parfois de deux autres films de Crichton qui mériteraient bien des rééditions : Runaway et Looker.

Nous sommes ravis de vous faire gagner un exemplaire d’un de ces trois films si vous répondez au questionnaire suivant avant le 18/01/2021 à 0h00.

 

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Olivier ROSSIGNOT

3 comments

  1. Huguenin

    Bonjour.
    Je participe avec grand plaisir à votre jeu concours.
    Les réponses sont :
    1- Tarantula
    2- Les nerfs à vif
    3- Blythe Danner est la mère de l’actrice Gwyneth Paltrow
    Avec 5679 de participants environ
    Cordialement

  2. henri BARDEL

    “culturopoing.com”,toujours à la pointe pour nous faire plaisir à nous tous !!! Merci et bonne continuation pour les jours à venir !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.