Qui est Micaela Feldman de Etchebehere dont Elsa Osorio se propose de retracer la vie méconnue? Argentine de naissance, exilée en Europe, guidée toute son existence par des idéaux de justice et de liberté, elle embrassera le destin de son siècle.

Ecrire sur sa vie nous ramène inévitablement dans les tourbillons politiques caractéristiques du siècle dernier, moment de l’histoire où les idéologies politiques prenaient en main le destin des hommes et des femmes. Elsa Osorio, écrivaine né à Buenos Aires, a longtemps tergiversé avant d’écrire ce récit. Valse-hésitation sur la forme littéraire mais séduite par le souffle de la vie de Micaela, elle composera un récit biographique dans lequel « l’imagination a du livrer un dur combat pour s’imposer à l’épuisante exigence de vérité » selon ses propres termes. Cette forme romanesque sied à merveille afin de retracer l’épique vie de Micaela et ressentir au plus près les émotions qui s’en dégagent.

Si, habituellement, les biographies supportent peu le suspense, a contrario Elsa Osorio va tenir en haleine le lecteur jusqu’au bout de son récit. Son talent de mise en scène doit être ici salué tant les fragments de vie désordonnés prennent tout leur sens au fur et à mesure de la lecture. L’écrivaine embarque le lecteur dans une biographie pour le moins originale pouvant s’analyser comme la reconstitution d’un puzzle en faisant fi du respect de la chronologie. Ecrit à plusieurs voix, elle s’autorise des digressions de ses impressions au vu des situations, perçues parfois comme l’écho lointain d’une amie assenant des conseils.

Peut-on parler d’une vie à l’égard de Micaela tant celle-ci fut émaillée d’événements ? Parfois même, un instant, une seule journée dans une tranchée de Cerro de Avila, par exemple, suscite davantage d’émotions que le temps d’une vie entière.

Malgré l’horloge incessante du temps qui passe, Micaela restera fidèle à ses convictions tout en vouant un indéfectible amour à son compagnon Hipolito. Au moment de sa disparition, Guy Prevan confirmera ces dires « Révolutionnaire de la première heure, antifasciste et antistalienne, elle a toujours vécu en suivant le chemin qu’elle s’était tracé encore enfant ». Après avoir passé un temps en Patagonie, le couple rejoindra l’Europe et Berlin. Soucieux de participer à la marche de l’Histoire, ils en deviennent les acteurs dans l’effervescence d’une ville au bord de l’implosion. Dans ce climat survolté où l’avenir du pays se construit sur les pavés de la ville, ils assisteront impuissants à l’incendie du Reichstag et la victoire des nazis aux élections conséquence d’une lutte d’influence préjudiciable entre les sociaux démocrates et les communistes. De retour à Paris, elle retrouve la capitale « comme un amour ancien, les ponts, les rues et les gens lui redonnent le moral et le calme qui semblent manquer » à son compagnon. Et puis les doutes, la maladie assaillent Hippolito. « Comment va-t-elle l’aimer s’il s’abandonne à l’angoisse, s’il continue de ruminer son poison, perdu, incapable de passer à l’action. Pour s’aimer, il faut s’admirer mutuellement, comme lui admire la trempe avec laquelle Mika affronte l’échec, son regard tourné vers l’avenir. » En 1936, l’avenir, justement, se dessine en Espagne où l’émoi suscité par la fronde de l’armée fait lever le peuple espagnol pour défendre la fragile République. La guerre d’Espagne sera véritablement un épicentre dans la vie de Micaela. Engagée dans les milices du Poum (d’inspiration marxiste mais antistalinien), adoubée par ses compagnons d’armes pour son courage, sa sollicitude dans les pires situations, elle accèdera de fait au rang de capitaine. Combattante acharnée, elle subira les affres de la répression communiste décidée à purger la gauche antistalinienne précipitant ainsi la victoire des nationalistes.

Récit biographique exaltant sur une femme passionnée par l’amour et la révolution, Elsa Osorio met en lumière, à travers Micaela, le combat inespéré de ces personnes contre les régimes fascistes mais également le communisme soviétique. 

La Capitana
d’Elsa Osario
Publié aux Editions Métailié

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Julien CASSEFIERES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.