Les rencontres à l’American Cosmograph à Toulouse, le plus vieux cinéma du futur !, c’est reparti ! Pour leur Fanzine n°21, voici parmi tous leurs nombreux événements, voici les rencontres qui se déroulent avec une ou plusieurs personnes de l’équipe du film, et on commence par leur édito :

Jeudi 7 juin à 20H30 : projection unique du film Ces Liens invisibles, en présence de la réalisatrice Marine Billet et Caroline Lemonnier.

Afin de ne plus subir leurs vies, trois personnes partent à la recherche de leurs secrets de famille (transmis de générations en générations par l’inconscient). Ce film montre qu’il est essentiel de s’approprier sa juste place dans une famille pour trouver sa place dans la société et qu’il est possible, avec les bonnes clés, de reprendre son destin en main.

*

Dimanche 10 juin à 11H : projection unique du film Zones humides, un présent retrouvé, en présence des réalisateurs Boris Claret et Isabelle Dario et les intervenant-e-s du film : Pascal Cougoule (SATESE 82), Séverine Chauvin (Agence de l’Eau Adour Garonne) et Pierre-Emmanuel Rech (Conservatoire des Espaces Naturels).

Très peu de zones humides ont échappé à un siècle de drainage et de comblement, simplifiant à outrance les paysages. Ce film retrace la mobilisation, en Tarn et Garonne, de tout un réseau d’acteurs de terrain, techniciens de rivière, agriculteurs, chasseurs, botanistes, écologues, élus et propriétaires. Ensemble, ils engagent des coopérations pour redécouvrir, valoriser, restaurer et partager ce cadeau oublié qu’offrent les multiples fonctionnalités des zones humides.

*

Dimanche 10 juin à 20H30 : projection unique du film Wine Calling, suivie d’un échange avec le réalisateur Bruno Sauvard, les producteurs Nicolas Manuel et Alexandre Foks.

Depuis une dizaine d’années, le monde du vin est en pleine effervescence, bousculé par une contre-culture aussi forte qu’a pu l’être la scène rock par le punk en son temps. Un peu partout en France et dans le monde, de joyeux rebelles ont envahi nos terroirs pour inventer le vin qu’ils aiment : un vin naturel et sans artifices. Bien plus qu’un vin bio, le vin naturel est un vin d’émotion et de réaction, un vin contestataire qui aime marcher en dehors des clous. Bruno Sauvard est parti à la rencontre de quelques-uns des plus emblématiques représentants de cette nouvelle génération de vignerons, qui ont posé pioches et sécateurs au pied des Pyrénées-Orientales. En première ligne d’un mouvement global pour le renouvellement d’un système agricole à bout de souffle, ces hommes et ces femmes se réapproprient la terre et la vigne et réinventent notre rapport au vin et au vivant.

*

Jeudi 14 juin À 20H30 : projection unique du film Requiem pour le rêve américain en présence du réalisateur Kelly Nyks.

Dans les années 1950 et 1960, l’économie américaine a connu sa plus forte période de croissance. Les fruits en ont été bien répartis : les plus pauvres voyaient leur situation s’améliorer au même rythme que celles des plus riches, il y avait des mesures d’état-providence. L’ascension sociale était la réalisation du rêve américain : naître pauvre, travailler dur et devenir riche. Dès les années 1970, la transition néolibérale n’a cessé de creuser les inégalités : aujourd’hui elles sont plus grandes que jamais. La concentration des richesses entraîne la concentration du pouvoir – surtout lorsque les coûts des élections montent en flèche – et l’érosion de la démocratie.
Le linguiste, activiste et philosophe politique Noam Chomsky présente les mécanismes de la concentration de la richesse et du pouvoir en dix principes : réduire la démocratie, façonner l’idéologie, redessiner l’économie, transférer la charge, briser la solidarité, contrôler la régulation, orchestrer les élections, maîtriser la populace, fabriquer le consentement et marginaliser la population. Filmé entre 2011 et 2015, ce documentaire présente la vision économique et politique de Noam Chomsky, figure clé de la gauche américaine depuis plus de cinquante ans. De passionnantes archives en renforcent les arguments.

*

Mardi 26 juin À 20H30 : projection en avant-première du film Libre de Michel Toesca, en présence de Cédric Herrou. Sortie nationale le 26 septembre 2018.

La Roya, vallée du sud de la France frontalière avec l’Italie. Cédric Herrou, agriculteur, y cultive ses oliviers. Le jour où il croise la route des réfugiés, il décide, avec d’autres habitants de la vallée, de les accueillir. De leur offrir un refuge et de les aider à déposer leur demande d’asile.
Mais en agissant ainsi, il est considéré hors la loi… Michel Toesca, ami de longue date de Cédric et habitant aussi de la Roya, l’a suivi durant trois ans. Témoin concerné et sensibilisé, caméra en main, il a participé et filmé au jour le jour cette résistance citoyenne. Ce film est l’histoire du combat de Cédric et de tant d’autres.
Le film a été présenté en séance spéciale au Festival de Cannes 2018.

*

Mardi 10 juillet à 21H : projection unique suivie d’un échange avec les trois auteurs du film Bitchabé, le village des forgerons : Caroline Robion-Brunner, archéologue et ethnohistorienne, Marie-Pierre Coustures, archéomètre et géologue, et Zouhair Fartahi, monteur et réalisateur de courts-métrages.

BITCHABÉ, LE VILLAGE DES FORGERONS Image 1*

Dans le cadre de recherches archéologiques, des chercheurs ont proposé aux habitants de Bitchabé, petit village au nord du Togo, de travailler une masse de fer brut selon les techniques anciennes. Étape après étape, les gestes oubliés sont retrouvés, les outils du passé reprennent vie, les anciens se souviennent et transmettent aux plus jeunes. Généreux, ils acceptent la présence de l’équipe de tournage dans ce cheminement qui se révèle tout à la fois scientifique et identitaire. Le processus de création qui se déroule sous nos yeux est aussi technique que cinématographique puisque la présence permanente de la caméra est assumée et que les acteurs du film en ont pleinement conscience. Ce film à vocation ethnographique devient alors le témoignage d’une formidable aventure collective.

 

 

 

A propos de Carine TRENTEUN

Laisser un commentaire