Arras Film Festival, 20ème édition, du 8 au 17 novembre à Arras

Le Arras Film Festival a 20 ans ! Quel plaisir d’écrire cette phrase, et de repenser à la magnifique évolution qu’a connue cette manifestation, qui a su grandir et mûrir tout en restant fidèle à ses idéaux originels que sont la convivialité, l’ouverture à tous les publics, l’exigence de la découverte. La passion et l’implication de Eric Miot et Nadia Paschetto sont aujourd’hui couronnées par ce très bel anniversaire, célébré par un public toujours plus nombreux, des invités toujours plus charmés par cette magnifique ville du Pas de Calais et un rayonnement cinéphile qui a depuis longtemps dépassé les frontières de la région des Hauts-de-France.

Comme Audrey Hepburn et Grégory Peck, grimpons sur notre Vespa et découvrons avec enthousiasme et étonnement les mille et une surprises que nous réserve la programmation de cette année. Parmi un foisonnant menu, on s’intéressera particulièrement à la compétition européenne, qui verra 9 films concourir pour l’Atlas d’Or. Prendre le pouls de l’Europe d’aujourd’hui, au travers de problématiques intimes et de tranches de vie saisies dans leur humanité et leur contemporanéité, telle est la trame que nous apprécions toujours dans cette sélection, avec ici des propositions venues de Roumanie (Carturan de Liviu Sandulescu), de Norvège (Disco de Jorunn Myklebust Syversen), d’Allemagne (Free Country de Christian Alvart), d’Italie (Dafne de Federico Bondi) ou encore de Géorgie (Negative Numbers de Uta Beria).

Copyright Malavida

La section des “Découvertes européennes” prolongera le voyage avec 10 films mettant en valeur les nouveaux talents du cinéma européen, entre drame, humour, film musical et road movie, tandis que la sélection “Visions de l’Est” nous emmènera en Europe centrale et orientale, histoire de voir comment va la vie en Slovénie, en Bulgarie ou encore en Serbie, avec en guise de cerise sur le gâteau un programme de 4 classiques restaurés dont Les amours d’une blonde de Milos Forman ou L’incinérateur de cadavres de Juraj Herz. La Tunisie aura quant à elle les honneurs d’un focus dans la section “Cinémas du monde”, avec 3 films témoins du renouveau apporté par une nouvelle génération de cinéastes et producteurs.

Toujours riches et variées, les rétrospectives proposeront un hommage à Nicole Garcia, en sa présence, avec la projection des 8 longs métrages qu’elle réalisa, dont Un week-end sur deux et L’Adversaire, ainsi que quelques-uns de ses plus beaux rôles (Mon Oncle d’Amérique, Péril en la Demeure).

Copyright 2019 Twentieth Century Fox

Côté avant-premières quelques films dont les premiers échos (ou les pitchs) sont pour le moins alléchants, dont le Notre Dame de Valérie Donzelli, le Gloria Mundi de Robert Guédiguian, Les Misérables de Ladj Ly, Proxima de Alice Winocour, J’accuse de Roman Polanski. On est très impatient de découvrir le premier film français de Hirokazu Kore-eda, La vérité, avec Catherine Deneuve. Laurent Heynemann (Les mois d’avril sont meurtriers) revient après 18 ans d’absence dans les salles, avec Je ne rêve que de vous avec Elsa Zilberstein et Hippolyte Girardot. Le dernier film de Dominik Moll, Seules Les Bêtes a l’air également bien alléchant. On est quant à nous très curieux du Jojo Rabbit de Taika Waititi, comédie visiblement déjantée avec Roman Griffin Davis, Scarlett Johansson et Sam Rockwell se déroulant pendant la seconde guerre mondiale.

Copyright Elephant Films

Pour finir, le festival nous proposent deux magnifiques et pertinentes rétrospectives, accompagnées de tables rondes. L’une concerne L’Italie de Mussolini dans laquelle nous pourrons redécouvrir des oeuvres aussi majeures qu’Une Journée particulière d’Ettore Scola, Vincere de Marco Bellocchio, Païsa de Roberto Rossellini, Le jardin des Finzi-Contini de Vittorio de Sica ou encore 1900 de Bernardo Bertolucci.  Quelques grands films également au programme du deuxième cycle, intitulé Peur sur les sixties : Psychose d’Alfred Hitchcock, Répulsion de Roman Polanski, Le Voyeur de Michael Powell, Meurtre par procuration de Freddie Francis, 6 femmes pour l’assassin de Mario Bava : bref, tout est à voir !

Allez-y, courez-y et nous vous y rejoignons.

Pour tous autres renseignements sur la programmation, les horaires, etc., connectez-vous directement sur le site du festival

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Olivier ROSSIGNOT

A propos de Audrey JEAMART

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.