L’oeuvre la plus belle sur l’adolescence depuis Innocence de Lucile Hadzihalilovic. Comme le dit la cinéaste Céline Sciamma, dont c’est le premier long métrage, la pieuvre définit très bien cet état juvénile de métamorphose, entre la mollesse du corps et une torture intérieure tentaculaire. Naissance des pieuvres, est donc un conte cruel de la jeunesse, sur les premiers émois de filles, leurs doutes, leur recherche d’identité, leur révolte. La réalisatrice fait lentement glisser le réalisme de son sujet vers une atmosphère somnambulique, soulignée par une musique électro envoûtante. Porté par la grâce de trois jeunes actrices, Naissance des pieuvres est une rêverie désenchantée sur le vertige de la puberté et la douleur de grandir. Céline Sciamma utilise le décor d’une piscine comme un catalyseur de leurs tourments ; l’omniprésence de l’élément liquide entremêle la pureté transparente, la violence des sentiments, et les pulsions noyées.

Cette perle sort le 15 août.

A propos de Olivier ROSSIGNOT

Laisser un commentaire