Richard Barrett – “Music for Cello and Electronics”

Par-delà les murs du son

   Si la musique contemporaine s’enracine dans une longue et paradoxale tradition, le son est au cœur des recherches qui la traversent. Matériau organique, support d’une question sans réponse dans l’œuvre de Richard Barrett, le son est au coeur d’une matière figurée puis défigurée, métamorphosée. Imprégnée de lettres et de sciences, elle ouvre des perspectives dans un passé décomposé, à l’image des sons qui structurent des partitions ouvertes et multiples.

Oui, le violoncelle occupe une place majeure chez Barrett ; mais elle est à chaque fois différente. L’instrument sert de vecteur à la recherche d’une musique où son et pensée coïncideraient parfaitement. « Emblème de l’humanité souffrante » d’après Barrett, la « boîte résonante à quatre cordes » fait ici l’objet d’une exploration aussi complexe que déroutante. Elle pose sans cesse la question du ravissement et de son origine possible, dans un univers sonore dépouillé des ressorts sinon traditionnels, du moins familiers, de l’émotion esthétique.
Life-form propose ainsi des bruitages surprenants à l’oreille qui n’y est pas habituée. Les cordes du violoncelle sont par ailleurs régulièrement ré-accordées, ajoutant aux turbulences qui, pour paraphraser Varèse, viennent ordonner la matière sonore.
Nacht und Träume, dont l’inspiration est empruntée à Beckett, fait ainsi du violoncelle l’instrument et le sujet d’un dialogue à trois dimensions. L’échange piano-violoncelle se déploie dans le cadre d’un trio composite, de cordes et de sons électroniques. L’interprète prend pleinement part à la composition à la faveur d’une oeuvre ouverte, et de laquelle peuvent toujours être tirés des enseignements.

En fait, l’art de Richard Barrett s’apparente, par sa recherche, à celui d’un Deleuze écrivant sur la musique pour en cerner la substantifique moelle, à travers la coalescence du moyen de l’expression et de l’expression-même. A cette fin, la relation qui unit musicien et compositeur est essentielle, puisqu’elle engage le sens de l’oeuvre. Mais l’auditeur est également impliqué dans le processus d’une écoute active avant d’être contemplative.

 

Richard Barrett: Music for Cello and Electronics , Richard Barrett, Electronics, Arne Deforce, violoncelle, Yutaka Oya, Piano. CD édité par AEON

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Axelle GIRARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.