Goutte à goutte, comme on recueille un nectar précieux, Lucile Gautier a écouté parler sa grand-mère, Marthe, et a retranscrit fidèlement ses souvenirs. Une histoire de famille, une histoire individuelle, celle à la fois personnelle et commune d’une femme française dans un siècle chaotique.
Traversé de drames intimes dépeints avec une pudeur constante, le récit de Marthe (son enfance, sa vie familiale, le mariage et le passage à l’âge adulte…) est également accompagné de deux bandes parallèles qui lui font écho. En haut, la frise la plus épurée reprend la grande Histoire, celle des guerres et des “grands événements” évoqués en silhouettes ou en symboles, et qui rythme et dicte les jours de la famille Gautier. Sur la ligne du bas, un tout autre récit, que l’on devine autobiographique, suit les hésitations et les peines de cœur d’une jeune femme d’aujourd’hui, soulignant discrètement les similitudes comme les divergences de leurs trajectoires et de leurs époques.

Si les traumatismes du siècle impactent la vie de Marthe, l’histoire familiale se transmet comme un héritage et résonne encore sur l’existence de sa descendante, comme l’onde lointaine de la chute de ces gouttes d’eau. Le battement d’aile des bombardiers n’a rien à envier à ceux des papillons.
Du ciel vers la terre, les strates graphiques de Goutte à goutte révèlent aussi une sorte de cosmogonie inversée : du prosaïsme surplombant de la guerre au récit terrestre de Marthe, empreint de traditions et de religiosité, pour aboutir à un monde souterrain aux airs de fantaisie onirique à l’imaginaire patchwork réinventé, peuplé de filles matriochkas et de garçons cow-boys ou requins, chacun s’identifiant à ces costumes (trop étroits) tout en aspirant à la mue et à la métamorphose.
A l’image de cette contre-initiation underground, la bande-dessinée se clôt en toute logique par une ouverture, la possibilité d’une délivrance.

Pour sa première bande dessinée, Lucile Gautier fait preuve d’une maîtrise certaine de son art, et son trait serpente sans jamais trébucher de l’esquisse du quotidien à la solennité doloriste de l’icône religieuse (de superbes illustrations en pleine page qui justifient à elles seules de se pencher sur cet ouvrage). Le seul “reproche” que l’on pourra faire à cette première BD, c’est sa brièveté, une certaine sécheresse inhérente à cette pudeur qui est au centre du projet du livre, mais qui laisse au lecteur le désir insatisfait de suivre un peu plus ces personnages. L’histoire de Marthe forme le coeur du récit et prend bien sûr l’essentiel de l’espace, du moins en termes de surface sur la page. On aimerait voir l’autrice se plonger plus longuement, dans des oeuvres futures peut-être ? dans le récit historique, le documentaire ou l’autofiction, et bien sûr brouiller encore les genres… Cette légère frustration est donc également une promesse.
Une chose est sûre, ce qui se révèle et advient dans les pages de Goutte à goutte ne s’adresse pas uniquement aux amateurs pointus de bande-dessinée indépendante. Maîtriser ainsi un médium, utiliser librement ses possibilités afin de transmettre le plus intime comme le plus sacré, bref, tout ce qui échappe et résiste aux fers du langage : cela s’appelle simplement, toutes formes d’expression confondues, la poésie.

Editions Même pas mal, 40 pages, 12 euros. En librairie.

 

 

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Olivier MALOSSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.