Ruka, jeune lycéenne, vit avec sa mère. Elle se consacre à sa passion, le handball. Hélas, elle se fait injustement exclure de son équipe le premier jour des vacances. Furieuse, elle décide de rendre visite à son père à l’aquarium où il travaille. Elle y rencontre Umi, qui semble avoir le don de communiquer avec les animaux marins. Ruka est fascinée. Un soir, des événements surnaturels se produisent.

Le mangaka Daisuke Igarashi vit actuellement une période faste en voyant presque simultanément sortir en France deux productions adaptées de ses mangas, le film coréen live Petite forêt et Les Enfants de la mer sous forme de film d’animation. Ce format se prête particulièrement bien à cette œuvre foisonnante pour laquelle le Studio 4°C met les talents et moyens conséquents. Le réalisateur Ayumu Watanabe depuis ses débuts en 1991 passe ainsi de storyboarder à directeur de l’animation avant de se faire remarquer à la mise en scène de séries populaires comme Doraemon, Ace Attorney, ou plus complexes avec le récent After the Rain. Ces précisions sont importantes dans la manière dont elles jouent dans l’approche de Watanabe pour adapter le manga d’Igarashi. La complexité du propos passe essentiellement par la recherche visuelle pour laquelle le réalisateur s’est notamment entouré de Kenichi Konishi, fameux directeur de l’animation féru d’expérimentation dans des classiques du studio Ghibli (Princesse Mononoké, 1997 ; Mes voisins les Yamada, 1999 ; Le Voyage de Chihiro, 2001) ou de Satoshi Kon (Millenium Actress en 2001 et Tokyo Godfathers en 2003).

Ayumu Watanabe simplifie ainsi grandement le propos du manga en terme narratif pour le retranscrire au mieux par l’expérimentation formelle. Cela fonctionne souvent, mais n’est pas dénué d’écueils dommageables. Le point de vue se réduit essentiellement à celui de la jeune héroïne Ruka et fait du film un « coming of age » où l’énigme à résoudre correspond également celle de son passage à la maturité. Le trouble amoureux et charnel est ainsi plus appuyé dans le film à travers son lien avec Umi et Sora, rendant certaines situations plus ambiguës, mais réduit aussi en termes de caractérisation la fascination que suscitent les deux enfants de la mer. Ayumu Watanabe mise avant tout sur l’étrangeté qu’ils dégagent (le « chara-design » respecte brillamment le trait de Igarashi dans ces visages et regards à mi-chemin entre vide et grande expressivité), mais uniquement dans leur lien à Ruka. On peut regretter l’absence des flashbacks du manga qui définissent Umi et Sora (et leurs semblables) comme de véritables légendes maritimes ayant traversé le temps et bouleversé la vie de ceux qui ont pu croiser leur route. Cela élevait le propos en les plaçant dans un ensemble plus vaste et servait donc de judicieuse transition avant la bascule plus métaphysique du récit. De même les rapports filiaux et/ou d’amitiés contrariées entre les personnages océanographes d’Anglade et Jim disparaissent complètement, ce qui simplifie encore l’arrière-plan et les sous-intrigues du manga.

L’adaptation possède ses nécessités de condensation bien évidemment (il manque peut-être un quart d’heure qui aurait rendu l’ensemble plus fluide), mais ce sont des petits manques qui rendent finalement la narration assez répétitive, boiteuse et simplifiée. Heureusement les émois existentiels (notamment la séparation de ses parents) de Ruka sont magnifiquement traduits. Ayumu Watanabe joue tout d’abord d’un habile équilibre entre étrangeté et photoréalisme (et de saisissants effets « cell-shading ») dans les déambulations urbaines de Ruka, dans le rendu des multiples créatures sous-marines rencontrées… Si la grande question du mystère de la vie au cœur du manga est laborieusement amenée dans la dramaturgie, le vertige des sens est absolument stupéfiant sur le plan formel. Les jeux de lumières, la bascule brillante entre différentes techniques d’animations et une intégration parfaite des effets numériques se mettent au service d’une impressionnante séquence psychédélique qui rappelle 2001, A Space Odyssey et dont le foisonnement n’éloigne jamais des enjeux à l’échelle plus intimes liés à Ruka. L’onirisme ambiant ne s’égare pas, mais trouble de bout en bout sur une musique où Joe Hisaishi s’éloigne des grandes mélopées symphoniques à la Ghibli pour un travail où il accompagne plus qu’il ne cherche à sublimer la sidération du spectateur face au spectacle. Malgré quelques réserves donc, Les Enfants de la mer reste un splendide et hypnotique livre d’images.

Les Enfants de la mer
(Japon – 2019 – 111min)
Réalisation : Ayumu Watanabe
Scénario : Daisuke Igarashi d’après son propre manga.
Musique : Joe Hisaishi
En salles, le 10 juillet 2019.

 

©️2019 Daisuke Igarashi, Shogakukan/”Children of the Sea » Committee

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Justin Kwedi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.