John Huston – "Gens de Dublin"

Bien sûr, il est toujours un peu facile de considérer l’opus ultime d’un cinéaste comme son “film-testament”. Mais il faut reconnaître qu’en portant à l’écran The Dead, John Huston ne nous écarte pas vraiment de l’hypothèse mortuaire. The Dead, donc, et non pas Dubliners comme pourrait l’indiquer le titre français, le film s’attachant uniquement à la dernière des nouvelles composant le célèbre recueil signé James Joyce.

Adapter Joyce: Huston, ce vieux pirate, était bien l’un des rares à pouvoir tenter le coup, lui qui s’était mesuré à Moby Dick, cassé les dents sur La Bible (quand même!) et sorti victorieux du maelström Au-dessous du volcan – l’exploit étant d’avoir tiré du chef-d’oeuvre ébouriffé de Lowry un film rectiligne et limpide, presque une épure. C’est le même Huston tardif, inspiré et resserré qui se penche sur la nouvelle irlandaise. Son intrigue, ténue, permet au cinéaste de creuser une atmosphère avec une infinie minutie – économie des décors (une salle de musique, une salle à manger, un escalier) et précision d’une mise en scène à la fois revenue de tout et cependant jamais lasse. Creuser une atmosphère: comme on creuse une tombe. Sans jamais se placer au-dessus de personnages dont on devine qu’il partage en partie une forme de nostalgie, Huston se montre pourtant implacable. Le contexte a beau être supposément festif (un repas de fêtes familial et somptueux entre notables mélomanes), les attitudes sont aussi amidonnées que les costumes, et les regards hospitaliers en surface se font promptement inquisiteurs (voir le mépris réservé au neveu “imbibé”). Les “bonnes valeurs” de la vieille Irlande louées autour de l’oie qu’on découpe semblent aussi vivantes que l’infortuné animal. C’est presque une inquiétante -et lugubre- étrangeté qui s’installe au sein d’une soirée des plus convenues, à laquelle nous avons la sensation de participer, bien plutôt que d’être invités à suivre une quelconque intrigue.

capture d’écran DVD © Elephant Films

Surtout, un malaise souterrain semble lointainement sourdre, bien plus profond que les aimables querelles de famille qui se font jour, et à l’ombre duquel les danses et les chants se révéleront, sinon dérisoires, du moins sombrement ironiques. Le dernier acte du film, enfin sorti de la vieille demeure et sublime sous son linceul de neige, exhumera la cause de la mélancolie de Gretta Conroy (impériale Angelica Huston), cause qui inspirera spontanément à son époux (Donal McCann, remarquable) un monologue intérieur autrement plus profond que le discours qu’il a passé la moitié du film à potasser.
C’est cette méditation crépusculaire et déchirante qui vient clore, donc, à la fois The Dead (faisant tout le prix du film) et toute la filmographie du cinéaste.
Sa ressortie en salles permet d’en admirer la réussite (à ranger aux côtés des meilleures adaptations de Huston comme le Volcan ou Reflets dans un oeil d’or) et d’en savourer le goût amer et persistant.

capture d’écran DVD © Elephant Films

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Rémi Boiteux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.