Formé en 1987, Trashcan Sinatras est devenu un groupe culte de l’indie-pop. C’est à Irvine en Ecosse que Frank (Francis) Reader au chant et guitare, Paul Livingston et John Douglas aux guitares, Stephen Douglas à la batterie, Stevie Mulhearn au piano et claviers, Frank DiVanna et Grant Wilson à la basse, respectivement en tournée et en studio, se réunissent pour signer en 1990 le premier album qui marque illico les esprits, le fabuleux Cake, suivi du parfait I’ve Seen Everything en 1993 et du génial A Happy Pocket en 1996. Puis, en 2003, destinée aux fans, la double compilation Zebra of the Family comprenant des inédits parait sur la toile en libre téléchargement.

 

Ce pied de nez à l’industrie de la musique a effet d’un coup de poing et le groupe part en tournée aux USA pendant l’année 2004 où tous leurs concerts sont complets. C’est sur le territoire américain que les Trashcan Sinatras enregistrent pendant l’été le quatrième magnifique album Weightlifting. Une période passe, bien occupée de concerts, de collaborations et hommages divers comme l’album de reprises The Smiths is dead où le groupe chante I know it’s over et la reprise des Beatles en 2007 Got to get you into my life par Francis Reader, cette même année où il participe au grandiose The Unfairground de Kevin Ayers, au chant. En 2010, les Trashcan reviennent avec le somptueux et élégant In the Music enregistré à New-York comptant la précieuse présence d’Andy Chase du groupe Ivy, ainsi que Martha Vineyard et Carly Simon pour les voix.

 

Tandis que Frank et Paul tous deux mariés à leurs épouses américaines roucoulent sous le soleil californien, et que John lui marié à la soeur de Frank, la chanteuse Eddi Reader, vit à Glasgow, le groupe se réunit cette année pour nous offrir un tout nouvel album paru en mai 2016, nommé Wild Pendulum. En assurant des dates depuis février 2016 avec les deux singles Best days on earthet Ain’t that something, c’est la première fois depuis 2009 que les Trashcan Sinatras reviennent sur leurs terres écossaises en novembre pour plusieurs dates, avant Londres, Dublin puis de filer au Japon.
Trashcan-Sinatras
Wild Pendulum est un bijou dans lequel on entend toutes les belles influences allant des Smiths à Shack. Après presque trente années de création, de scènes, Frank Reader reste un compositeur hors normes. Les titres de l’album sont ornés d’orchestrations, d’harmonies pop, griffé du style Trashcan Sinatras qui resplendit. C’est un régal de plonger dans le Let me Inside (or let me out) avec ses cordes, ses cuivres, rythmés et vallonnés, jusqu’aux brillants Best Days on Earth et Ain’t that Something. Autumn, envoûtant, se savoure aussi langoureusement que l’amoureux I want to capture your Heart. L’envie de danser saisit sur la pop dansante des trompettes vigoureuses de All Night et l’émotion prend sur The Neighbours Place, comme sur The Family Way, captivants par la mélodie, l’interprétation et l’intention. Surgit un instant magique de nostalgie avec I’m not the Fella, perpétué avec What’s inside the Box où les envolées de guitares, de cuivres, puis les arrangements de l’ensemble de cordes de Waves (Sweep Away My Melancholy) montrent tout le talent de composition de Reader. Le mélancolique I see the Moon est revisité magnifiquement avant le surprenant et fort touchant Sign of Life qui boucle le chef d’oeuvre sur des notes sublimes et surtout une note positive. Wild Pendulum, aux non-initiés, est idéal pour entrer dans le Trashcanland et un moment de délice pour les amateurs. Happy Birthday Franck!

TrashcanSinatras

 

(Retrouvez d’autres chroniques de Marie-Agnès sur Piggledypop, son blog)

 

A propos de Marie-Agnès Hallé

Laisser un commentaire