Billy Wilder – “Embrasse-moi, idiot” (1964)

Rimini Éditions a réédité le Blu-ray et le DVD d’Embrasse-moi, idiot en mars 2018. Le coffret comprend deux DVD (le DVD du film et le DVD de suppléments) ainsi qu’un livret explicatif.

 

Prenez une bourgade perdue en plein désert du Nevada, au doux nom de Climax. Aux alentours se trouve un cabaret appelé The Belly Button (Le Nombril Club), où officie Polly the Pistol (Kim Novak), sulfureuse serveuse au ventre à l’air, décoré d’un cache-nombril brillant. Alors que l’Église entend tenir la ville sous son œil austère et en assainir les mœurs, débarque par hasard Dino (Dean Martin), un crooner qui compile les titres et les aventures avec succès. Cette arrivée est tout à fait la bienvenue pour le pompiste et chanteur Millsap et son acolyte le pianiste Orville (Ray Walston), qui souhaitent vendre leurs titres musicaux à une célébrité qui pourrait leur permettre d’accéder à la notoriété. Mais c’est sans compter la jalousie maladive d’Orville Spooner qui craint que Dino ne mette la main sur sa femme.

Embrasse-moi, idiot : Photo

Copyright : DR

Cette comédie est formidable de stratagèmes qui, en échouant, réussissent à révéler à chacun sa vérité. Le mécanicien Millsap tend un piège à Dino pour qu’il passe la nuit chez Spooner et écoute leurs chansons. Or, Spooner sait que sa femme Zelda (Felicia Marr, épouse de Jack Lemmon à la ville) pourrait tomber sous le charme du crooner. Il l’éloigne donc du domicile conjugal avec cris et fracas, la forçant à trouver refuge chez ses parents. Par ailleurs, il substitue la prostituée Polly à Zelda, afin de pousser Dino dans ses bras et servir ses propres intérêts. La fin justifiant les moyens, le pianiste et le pompiste se rêvent une carrière à la Cole Porter et George Gershwin. Nous avons ainsi un schéma de comédie italienne qui peut même, à certains égards, emprunter des airs de marivaudage par les subterfuges mis en place. Les ingrédients sont presque les mêmes que ceux de La Garçonnière, Un, Deux, Trois, ou Certains l’aiment chaud : le comique de mœurs s’enrichit d’un comique de situation par l’exploitation des motifs versatiles – les substitutions d’identité, une chaussure qui sert de coupe à champagne, une alliance qui change de main, des billets de banque qui sont adressés à la mauvaise personne, etc. – et les retournements de situation.

 

Embrasse-moi, idiot : Photo

Copyright : DR

 

Embrasse-moi, idiot : Photo

Copyright : DR

 

D’emblée, les pulsions sexuelles sont présentées comme un ferment de désordre. L’ouverture affiche une scène de cabaret de Las Vegas, où Dino chante accompagné de danseuses en tenue légère. Les paroles des chansons sont suggestives et Dino ne cache pas sa frivolité, confondant les prénoms de deux danseuses et prenant l’une pour l’autre. Le thème du double et de la tromperie est ainsi amené et la métaphore sexuelle filée à travers les noms des villes où Dino roule avant d’arriver à Climax. Là, des cactus géants bordent les maisons et les symboles phalliques et équivoques sexuelles laissent entendre que le véritable sujet de la comédie est moins la musique que la sexualité. Embrasse-moi, idiot est une comédie du renversement des places, la prostituée endossant le rôle de l’épouse modèle et l’épouse se retrouvant à son insu dans le lit de la prostituée. Ainsi, ce qui ne devait surtout pas s’accomplir se réalise, Wilder s’évertuant à mettre au jour la puissance du désir et la subversion de l’ordre moral. Alors que le plan de Spooner était conçu pour sauver les apparences, le pianiste se retrouve cocufié et corrigé. Le succès de l’intrigue tient ainsi à la mise en place d’un appareil répressif et de sa contestation par les pulsions. Cela passe par l’irruption de caricaturaux paroissiens pour faire signer au couple une pétition demandant la fermeture du Belly Button, mais aussi par l’inhibition sexuelle de Spooner alors que sa femme déborde de désir pour lui. Car de refoulement, il en est surtout question dans la figure du mari jaloux, frôlant la paranoïa. C’est donc hors conjugalité et hors-champ que les pulsions se fraient une voie : dans une scène de contemplation voyeuriste à travers les jalousies d’une fenêtre, ou à la faveur d’ellipses qui recouvrent la consommation de l’acte sexuel.

 

Embrasse-moi, idiot : Photo

Copyright : DR

À noter que pour une comédie où figurent des grandes stars américaines, telles que Kim Novak et Dean Martin, ce sont les seconds rôles qui mènent l’intrigue. Au départ, le rôle de Spooner devait être confié à Peter Sellers et d’aucuns ont déploré le remplacement de l’acteur à succès, victime d’une crise cardiaque lors du tournage, par Ray Walston, que l’on avait déjà vu dans La Garçonnière. Même si le fils de I.A.L. Diamond le regrette encore et jure que la comédie aurait été une franche réussite avec Sellers, il faut reconnaître que Ray Walston ne démérite pas et joue de ses maladresses et de son air grincheux comme de faire-valoir efficient à une Felicia Marr impeccable. L’actrice n’est pas éclipsée par la plantureuse Kim Novak, quand bien même le numéro de danse de Polly, pieds nus dans le salon de Spooner, ou exhibant un ventre crachant le bijou à nombril, restent mémorables. Il n’en reste pas moins que c’est à Felicia Marr que revient l’aphorisme qui clôt le film : « Kiss me, stupid ». Mais d’ailleurs, dans leur interchangeabilité, tous ces personnages sont mis sur le même plan, comme s’ils ne servaient que de révélateurs au désir. Peut-être convient-il de comprendre ainsi le choix d’avoir planté l’action dans une bourgade excentrée et inconnue, qui symbolise le détour qu’on emprunte pour arriver à soi-même.

Si Embrasse-moi, idiot s’inscrit dans la lignée des films satiriques de Wilder contre l’Amérique puritaine, c’est finalement pour réhabiliter le mariage. Comme dans Irma la Douce, dont l’action se déroule à Paris, la figure de la prostituée sert de levier à la critique du couple et du modèle du foyer. À sa sortie, le film s’est attiré les foudres de la Ligue Catholique de la Vertu et d’associations religieuses qui ont obtenu de Wilder qu’il en présente une version expurgée. Bravant le Code Hays et dynamitant la représentation de la famille que l’Amérique de l’après-guerre s’efforce de construire, Embrasse-moi, idiotest assurément un film en avance sur son temps, mais pas tellement surprenant au regard de la filmographie de Wilder. Le goût de la provocation et l’impertinence du réalisateur sont poussés plus loin que dans Sabrina, Ariane, Certains l’aiment chaud et La Garçonnière, pourtant, à bien y regarder, le film est une parfaite comédie de remariage, dont la morale est de ne pas s’aveugler sur les pulsions qui nous animent. Dans lignée des screwball comedies,il rappelle le loufoque Preston Sturges, Madame et ses flirts (1942). Et la chanson entêtante de Spooner et Millsap, Sophia, sonne comme un écho à Farewell Amanda, le thème du film de George Cukor, Madame porte la culotte (1949).

Durée du film : 2h05

Suppléments :

  • Conversations avec Mathieu Macheret et Frédéric Mercier, journalistes(34 min.) : où il est question des liens du film avec la comédie italienne, de la construction d’un récit emmené par les seconds rôles et de l’organisation de l’espace et de la représentation du foyer américain.
  • Billy Wilder, la perfection hollywoodienne, de Julia et Klara Kuperberg (54 min.) : où il est question du parcours de Wilder, scénariste puis réalisateur, passé de la Paramount à la Mirsch Compagny. Retour sur le tournage d’Embrasse-moi, idiot, et sur la réception du film en 1964 et sur les difficultés qu’il valut à Wilder et à son équipe.
  • Billy Wilder / I.A. L. Diamond, écrire à quatre mains (20 min.): retour sur la collaboration avec I.A.L. Diamond, qui participa à des succès tels que Fedora, Irma la Douce, Un, Deux, Trois, La Grande Combineet Avanti !
  • Film annonce

Livret : Celui par qui le scandale arrive (28 pages).

 

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Miriem MÉGHAÏZEROU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.