esprit-positif

Édouard Sivière – « L’Esprit Positif : Histoire d’une revue de cinéma, 1952-2016 »

esprit-positif

Il existe sans doute beaucoup d’approches envisageables pour écrire l’histoire d’une revue.  Lorsqu’Antoine De Baecque consacre deux gros volumes à l’histoire des Cahiers du cinéma, il procède de manière classique pour un historien : récolte d’archives, entretiens avec des témoins privilégiés, travail sur des sources primaires et secondaires… Pour rédiger le premier véritable ouvrage consacré à Positif, Edouard Sivière opte pour un tout autre parti pris : mis à part quelques échanges informels avec des critiques actuels de la revue, il ne s’appuie ici que sur les seules sources primaires, à savoir la collection complète du prestigieux magazine. Ce choix se révèle particulièrement judicieux pour une revue comme Positif dont l’histoire, à l’inverse de celle de sa fière rivale (Les Cahiers du cinéma), se caractérise par une certaine linéarité, une évolution et un renouvellement sans grands remous (du moins, en apparence). Mise à part une lettre de rupture rédigée par Louis Seguin au milieu des années 70, on ne trouvera pas dans cette histoire de « putsch » pour renverser l’équipe en place (comme Rivette le fit pour évincer la « bande à Rohmer »)  ou de grandes ruptures idéologiques comme purent les connaître les Cahiers du cinéma (passé d’un certain « anarchisme de droite » au dogmatisme maoïste). Néanmoins, ce parti pris comportait quelques écueils, notamment celui de l’approche trop « universitaire » qui se serait contentée d’interpréter des chiffres (combien de couvertures ou d’entretiens pour tel ou tel cinéaste). Si Edouard Sivière s’en tire si bien, c’est que la rigueur de son travail n’empêche jamais une certaine subjectivité et la passion du simple lecteur/amateur de la revue.

C’est donc avec beaucoup de plaisir qu’on se plonge dans cette histoire que l’auteur scinde, de manière cohérente, en quatre parties. Dans un premier temps, il revient sur la naissance et les premières armes (1952-1965) d’une revue qui forge très rapidement son identité en s’inscrivant dans la pure tradition du surréalisme avec de fortes personnalités comme Ado Kyrou, Robert Benayoun, Raymond Borde ou encore l’éditeur Eric Losfeld qui publiait, à la même époque, le mythique Midi-Minuit Fantastique ; en défendant une approche « politique » du cinéma (très ancrée à gauche) et en s’opposant férocement aux Cahiers du cinéma et à une partie de la Nouvelle Vague. A ce propos, Edouard Sivière nuance très justement cette image d’une revue « anti Nouvelle Vague »  et montre qu’en dépit de quelques détestations tenaces (Godard en premier lieu), la revue a aussi défendu ce jeune cinéma (les premiers Truffaut, Kast, Resnais, Varda…).

La deuxième période qui court de 1966 à 1979 est celle de la maturité pour une revue dont la publication devient réellement mensuelle, qui voit de nouveaux collaborateurs intégrer son équipe (Michel Ciment en premier lieu) et qui accompagne le bouillonnement créatif de ces années-là, aussi bien du côté du cinéma américain que des filmographies les plus lointaines. Pour Edouard Sivière, il s’agit assurément de la période la plus stimulante de la revue, celle où cohabitent encore les grands « anciens » et de nouveaux rédacteurs, celle où la revue peut analyser le cinéma de manière politique sans se fourvoyer dans les impasses idéologiques de sa concurrente et celle où elle assoit définitivement sa réputation.

Les deux dernières périodes (1980-1996 puis 1997 à nos jours) marquent une certaine « institutionnalisation » du titre. Le mordant des grands polémistes d’antan laisse place à une ligne générale beaucoup plus académique incarnée par un Michel Ciment de plus en plus crispé sur la défense des grands « auteurs » (un paradoxe piquant pour celui qui n’a cessé de conspuer ladite « politique des auteurs » immortalisée par Truffaut). Edouard Sivière constate alors un certain affadissement de cet « esprit Positif »  qui préserve la revue d’erreurs manifestes mais qui la rend finalement plus « tiède » et sans audace. Ce constat n’est pas un simple « ressenti » de lecteur et l’auteur l’étaye en montrant très bien comment s’allonge la liste des auteurs défendus par la revue et la manière qu’elle a de ne quasiment jamais laisser la parole à une voix discordante. Si on ajoute à cela une équipe de rédaction et de collaborateurs qui ne cesse de s’agrandir, on comprend pourquoi « tout cela concourt au lissage du discours critique positiviste. L’identité de la revue devient vague, universitaire, institutionnelle. Elle n’est perceptible dans aucune défense particulière, que ce soit d’un groupe de cinéastes, ou d’un type de cinéma. »

Qu’on ne s’y méprenne pas : ce constat sévère sur l’évolution de la revue est toujours nuancé et Edouard Sivière sait aussi mettre en valeur les hautes qualités de certaines rubriques de la revue (notamment les dossiers finals toujours très riches) et le talent indéniable de certaines plumes « positivistes ». Il ne s’agit donc pas d’un procès à charge d’un lecteur déçu entonnant le traditionnel couplet du « c’était mieux avant ». Aucune nostalgie dans cet essai qui s’efforce (et parvient) de toujours argumenter lorsqu’il s’agit de donner des éléments plus « impressionnistes ».

Très complet  dans sa manière d’analyser les lignes directrices de la revue en s’appuyant sur un certain nombre de textes, de noms et titres défendus ou attaqués mais aussi sur des données statistiques assez parlantes, le livre devient encore plus passionnant lorsqu’Edouard Sivière synthétise toutes ces données et élabore sa propre réflexion sur l’évolution de Positif.

Par exemple, après avoir montré comment la première équipe de Positif est passée à côté d’un certain nombre de grands cinéastes aujourd’hui unanimement célébrés ou presque (Dreyer, le « poussah » Hitchcock, le « hanneton » Rossellini, Renoir, Bresson et même Lang, Hawks, Mankiewicz ou Ophüls), Edouard Sivière se demande si, pour une revue, «il faut toujours avoir raison ? » et souligne admirablement que le critère de « vérité » dans un domaine aussi subjectif que l’art en général et le cinéma en particulier n’est pas forcément primordial tant que la démarche reste argumentée et cohérente.

« Dès lors, cette hargne d’un autre siècle apparaît préférable à la tiédeur caractérisant l’écrasante majorité du monde critique actuel »

Dans le même ordre d’idée, et toujours en s’appuyant sur des preuves irréfutables, l’auteur montre comment Michel Ciment a entrepris depuis déjà de nombreuses années de réécrire à sa manière l’histoire de la revue au nom de la défense de sa propre « ligne » et que résume parfaitement un article récent intitulé « Un canon au bruit de plus en plus lointain ». Dans ce texte inséré dans un dossier sur la cinéphilie, Ciment prétend que Positif s’est toujours positionné auprès des « grands » auteurs contre le « relativisme » général et « populiste » consistant à porter au pinacle des films mineurs ou d’exploitation. Comme Bouyxou dans un récent numéro de Siné-Mensuel mais de manière beaucoup moins polémique, Edouard Sivière démolit ce discours d’une manière remarquable :

« Ainsi, le lecteur non averti pensera que la trentaine de pages noircies à propos de Roger Corman l’a été par un critique, Robert Benayoun, qui considérait en fait le réalisateur comme un artiste « mineur », que Mario Bava n’a été défendu que pour effrayer les bourgeois, que Fellini fut aussitôt indiscutable et que Lean, Powell et Lubitsch étaient des « auteurs Positif ». En revanche, si l’on sait que, dans la revue, Brève rencontre fut régulièrement donné comme l’exemple type du « mauvais film » et que les autres efforts de David Lean furent jugés plutôt ennuyeux (Le Pont de la rivière Kwaï) ou passés sous silence (Lawrence d’Arabie), que Michael Powell ne fut justement soutenu que pour Le Voyeur, l’un de ces films de genre « méprisés », et que les premières réflexions sur le cinéma d’Ernst Lubisch n’apparaissent qu’en 1971, cette sortie de Ciment apparaît plutôt comme le bouchon poussé un peu trop loin dans le sens du dogme de l’infaillibilité critique de Positif. »

La parfaite réussite de l’ouvrage tient donc dans ce subtil équilibre que l’auteur parvient à obtenir entre une nécessaire subjectivité et une rigueur qui lui permet de parfaitement argumenter tout ce que ses réflexions pourraient avoir d’ « impressionnistes ». Il existe donc beaucoup de manières d’envisager l’histoire d’une revue mais nul doute que celle d’Edouard Sivière constituera désormais un jalon incontournable de celle de Positif

***

L’Esprit Positif : Histoire d’une revue de cinéma 1952-2016

Edouard Sivière

Editions Eurédit

ISBN : 978-2-84830-215-7

31€

A propos de Vincent ROUSSEL

Laisser un commentaire