Nine Inch Nails – And All That Could Have Been (Archives)

“You perfect little dream, the kind that hurts the most”

Cette ligne tirée de l’indescriptible “Gave up” résume parfaitement l’œuvre de Trent Reznor (l’âme et l’esprit de Nine nch Nails) dans son côté studio mais plus encore en live. Car si les albums respectifs du groupe ont gravi moult échelons critiques et commerciaux au cours des années 90 (jusqu’à la première place du billboard américain tout de même pour The Downward Spiral » sorti en 1994) c’est bel et bien sur scène que le mélange puissance/émotion la caractérisant trouve toute sa force et sa grandeur. Un rêve d’expression musicale, une musique qui cogne.

Ce disque live, enregistré lors de la tournée faisant suite au disque « The fragile » et qui s’est déroulée durant toute l’année 2000, représente en effet la quintessence même non seulement du groupe en question mais aussi et surtout de tout ce que le rock bruitiste peut nous offrir de profondeur émotionnelle et de beauté (presque) pure. On pourrait presque énumérer chaque morceau de ce live (simple ou double, selon les versions et votre porte-monnaie) à titre d’arguments mais on se contentera de parler des trois sommets de l’objet :

  • Un « Gave up » atomique et réduisant toute concurrence bruitiste passée, présente et future au rang de mouche errant dans un airbus A380.
  • Un « Head like a hole » magnifiée par une guitare plus présente qu’en studio et parfait mix entre la New wave sombre des années 80 et la tellurité industrielle (rien que ça)
  • Un « Hurt » magnifié par les cassures dans la voix de l’ami Trent et une chanson définitivement parmi les plus fortes jamais entendues par mes soins

Alors évidemment on me dira le sourcil froncé que « Johnny Cash a complètement sublimé la chanson « Hurt » de Trent Reznor sur l’un de ses disques produits par Rick Rubin, oulalala oui, c’est un sommet insurpassable et inépuisable… Sinon quelqu’un reprendra un peu de légumes ? Vous pouvez y aller hein ils sont cuits dans du Vittel ».

Je répondrai alors deux choses :

  • Oui la version de Johnny Cash est sublime, poignante et magnifiée qui-plus-est par un clip superbe. La preuve qu’avec une mélodie et une voix à tomber par terre on atteint des sommets.
  • Mais la version initiale (et encore plus la version live) vaut son pesant de cacahuètes aussi . La preuve que Trent Reznor n’a pas besoin de faire du bruit pour toucher au plus juste et au plus fort.

Trent Reznor n’a besoin de personne pour nous émouvoir jusqu’aux tréfonds. Que cela soit dit, lu et entendu. Ce qui ne retire rien à l’émotion suscitée par Johnny Cash chantant au soir de sa vie une chanson qui semble par moment n’avoir été écrit que pour lui (ou pour tous les junkies tout simplement). Que cela soit entendu aussi. Le live de NIN ou comment mettre les points sur les « i », avec un marteau-piqueur de préférence.

Nine inch Nails n’est en aucun cas un « groupe de plus » dans toute la scène rock (mouarf) d’hier comme d’aujourd’hui puisque les deux derniers albums studio du groupe sont de fort belle facture, c’est un groupe qu’il faut mettre en avant (et pourquoi pas sur un piédestal) pour avoir réuni en un esprit cafardeux et malade (même si ca va mieux maintenant, merci pour lui) quantité d’influences hybrides, histoire de créer une voie musicale pour le 3è millénaire: la bande-son d’un monde chaque jour un peu plus violent et chaque jour un peu plus vaincu par sa technologie. Une sorte de rock mutant préfigurant et inspirant à la fois un rock abrasif et lourd au cœur des charts et des grandes salles.

Un peu de la même manière que le succès (et la classe, l’inspiration et le talent) de Metallica en Heavy Metal apprivoisa l’oreille du public à des tonalités beaucoup plus violentes que les ritournelles des dinosaures du genre. Une inclinaison vers une musique plus dure mais aussi peut-être plus pure dans l’émotion, du moins pour ce qui est des premiers groupes à émerger à sa suite (avant donc les gimmicks, l’imagerie et le « positionnement » marketing). Ces deux groupes n’ont rien inventé (quoique cela se discute pour Trent Reznor, sorte de « génie » (dans le sens unique et singulier) traçant sa propre route) mais ils ont l’un et l’autre desaxé la majeure partie du public de base (l’un dans le rock agité, l’autre dans le heavy metal) vers un peu plus de rapidité, de violence et de puissance. Ajoutons toutefois que là où aujourd’hui Metallica cachetonne en débardeurs (et avec le photographe) volés à Depeche Mode, Trent Reznor continue à engrosser à intervales réguliers une discographie prenant pierre après pierre un aspect exemplaire. Un diamant de groupe, un bijou de disque. On ne dira jamais assez combien Trent Reznor est grand et combien il nous touche et nous émeut à travers les disques de Nine inch nails, journal de bord d’une âme belle et noire.

L’écoute de ce disque nous transporte, nous habite, nous bouleverse et nous enivre. Nous écoutons sa musique et nous frissonons, nous buvons ses paroles et nous sommes fin saouls. Il nous donne même envie de chantonner du Enrico Macias, une chanson du temps où le sort d’un enfant (sans papiers ou pas) était encore important à ses yeux.

Qu’il soit un démon, qu’il soit noir ou blanc
Il a le cœur pur il est toute innocence
Qu’il soit né d’amour ou par accident
Malheur à celui qui touche au mutant

Allez hop, youpla boum.


Impossible de départager en extrait audio/vidéo l’implacable « Gave up » et le sinueux « Head like a hole »

 

 

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Bruno Piszorowicz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.