Beatrice Alemagna – « Adieu Blanche Neige » (Éditions La Partie)

Les questions inutiles vont bon train. La dernière œuvre de Beatrice Alemagna doit-elle figurer ou non dans la section jeunesse ? Mille fois oui ! A l’heure où nous ne cessons de lutter contre l’édulcoré, le baptême permanent des enfants dans le coton pour les protéger de la vie et de la douleur du monde, ce livre arrive comme un miracle. Refuser la cruauté du conte – c’est devenu à la mode, son évolution allant de plus en plus vers la douceur moralisatrice, l’opportunisme et l’édifiant – ce c’est refuser l’essence même du conte. Les Contes de Grimm où la plupart des contes populaires à travers le monde n’ont jamais été écrits (ou racontés) pour soigner les âmes sensibles, mais plutôt pour métamorphoser le réel, le symboliser – ce qui peut être effrayant. Car le conte est souvent violent : ce n’est pas pour rien que la plupart des histoires d’épouvante en héritent. On pourra d’ailleurs citer la récente magnifique adaptation au cinéma de Hansel et Gretel de Oz Hopkins, qui en propose une nouvelle lecture, crépusculaire, féministe et terrifiante, renouant ainsi avec la saveur originelle du conte. S’échapper du manichéisme pur en donnant au Mal une âme, c’est ce que fait également Beatrice Alemagna.

Adieu Blanche Neige est un chef d’œuvre, dans lequel Beatrice Alemagna explore sa part sombre, sa part d’ombre. Nous ne sommes pas loin des complaintes sanglantes des chansons populaires, avec ses jeunes filles au cœur arraché et ses blanches biches. A sa lecture, on est tenté de se demander combien d’illustratrices se brident et s’adaptent, contraintes par les politiques éditoriales, s’empêchant de laisser libre court à leur imagination, s’empêchant de coucher sur le papier des angoisses qu’elles aimeraient libérer. Car Adieu Blanche Neige est véritablement une oeuvre hantée, hantée par la douleur et la mort. Un joyau presque dépressif dans lequel l’artiste, en faisant de l’ennemie – la sorcière – la protagoniste principale et narratrice, donne à cette variation du conte le ton d’une tragédie shakespearienne. La méchante reine raconte : celle qui ne peut plus avoir d’enfant et se languit de sa beauté qui se flétrit, nourrissant alors une haine incommensurable pour la vierge qui lui tend le miroir de ses années enfuies.

La Reine de Beatrice Alemagna est une Comtesse Bathory, qui, obsédée par sa jeunesse perdue cherche à tuer coûte que coûte la frêle beauté qui est son antithèse. En dehors de sa folie meurtrière qui utilise tous les subterfuges du conte connu, de l’appel au chasseur aux déguisements en vieilles marchandes bienveillantes, le « je » intradiégétique rend Adieu Blanche Neige bouleversant, car plus nous tournons les pages, plus nous éprouvons cette souffrance, jusqu’à ce que la violence se retourne contre la narratrice et la transforme à son tour en martyre. La Reine est une héroïne – Blanche Neige n’est ici qu’une silhouette muette – digne des maudites des plus beaux romans noirs. Parmi les partis pris du livre passionnants, celui de toujours raconter l’histoire sur quelques pages sans vis-à-vis immédiat des illustrations, avant d’enchainer par une succession de peintures visionnaires comme pour mieux épouser les fantasmes et les obsessions du mal.

Ce travail de Beatrice Alemagna est né de ses peintures, comme des toiles cathartiques qui révélaient enfin une vérité jusqu’à présent enfouie :

 

Il y a 3 ans, j’ai commencé à peindre.

Ce travail n’était pas destiné à être vu. C’était mon projet secret, car il répondait juste à un besoin viscéral de trouver un autre espace que celui destiné à ma création de livres pour enfants.
C’était une envie impérieuse de peindre, de ne plus me laisser porter par une narration précise, d’échapper à ma routine de dessinatrice, de me soustraire à ce monde parfois étriqué et contraignant du livre pour enfants. Peut-être même, à posteriori, une envie d’y retourner avec un nouveau bagage.
Pendant trois ans, j’ai peint à l’instinct d’un enfant qui aurait pillé son intérieur le plus noir. En m’arrachant les cheveux, en pleurant, en dansant même, par moments. Mais surtout en me demandant incessamment si je faisais de la peinture: si je ne fabriquais pas une illustration peinte ou plutôt une peinture illustrée. Et aussi, si ces images étaient pour adultes ou pour enfants. Je n’ai pas trouvé de réponse.Mais à sa place, j’ai trouvé Béatrice Vincent, éditrice assez téméraire pour décider de publier ces trois ans de travail. Mes peintures sont devenues les images du livre Adieu Blanche Neige.

De fait, nous sommes face à des peintures cauchemar, des peintures hantées, crépusculaires, parfois apocalyptiques. Des peintures délicieusement ténébreuses parcourues ici et là de roses-rouges plus phosphorescents que le sang de manoirs gothiques, de visages hurlant, grimaçant de douleur.   Voici donc un grand livre de monstres où même les plus bienveillants ressemblent à des spectres rodant, des âmes damnées, un monde grouillant aux saveurs du Jugement Dernier de Jérome Bosch. Beatrice Alemagna opère un retour à la catharsis, aux sources pulsionnelles et primitives, à ses origines latines, au point qu’il est même permis d’y déceler les traces de certains songes baroques de Dario Argento. Suspiria, sa danseuse et sa sorcière, n’est-il pas avant tout un magnifique conte horrifique ?  Comme si Beatrice Alemagna devenait cette Reine Sombre peignant des fresques hallucinées, la vision du monde entre dans cette perception de cérémonial funèbre, jusqu’au mariage final qui ne résonne plus comme le sacre du bonheur mais comme une fête sépulcrale. Adieu Blanche Neige est une merveille absolue qu’il sera impossible d’égaler cette année.

Nous sommes plus que jamais d’accord avec la citation de Rilke mise en exergue, « Le beau n’est que le premier degré du terrible ». Prodigieusement libre, Adieu Blanche Neige est également terriblement beau.

 

À l’occasion de la publication aux éditions La Partie de son livre « Adieu Blanche-Neige »
Exposition Beatrice Alemagna du 24 novembre au 24 décembre 2021
Vernissage le mardi 23 novembre de 16h à 21h
Arts factory
27 rue de charonne 75011 paris
métro : ledru-rollin / bastille
infos : +33 (0)6 22 85 35
www.artsfactory.net

du lundi au samedi de 12h30 à 19h30
les dimanches 5,12, et 19 décembre
de 14h à 19h

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Olivier ROSSIGNOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.