Concours Culturopoing/Wild Side – “La rumeur”

Amies depuis les bancs de la faculté, Karen et Martha ont réalisé leur rêve en ouvrant un pensionnat de jeunes filles. Avec l’aide de la tante de Martha, Lily, elles dirigent un établissement qui jouit d’une bonne réputation. Fiancé au charmant docteur Cardin, Karen culpabilise à l’idée de quitter l’école et diffère la date de son mariage. Malgré tout, la vie s’écoule paisiblement et l’avenir semble radieux. Mais cette promesse de bonheur va être anéantie par le machiavélisme de Mary, une écolière tourmentée. Ses mensonges seront le début d’un engrenage funeste…

Nous étions tombées amoureuses l’une de l’autre. Quand je pense à Audrey, à sa noblesse de cœur et à sa fantaisie, je suis toujours émue. Elle avait des qualités très rares et j’enviais son style et son goût. Je me sentais gauche et mal fagotée quand j’étais en sa compagnie. Je lui en ai fait part. Elle m’a dit de ne pas me tracasser : elle m’apprendrait à m’ habiller si je lui apprenais à jurer. Mais cela est resté un vœu pieux !

Cette déclaration de Shirley MacLaine donne à elle seule une idée de la beauté fragile et du trouble qui envahissent le très beau “La Rumeur” de William Wyler au-delà même du film. On relie bien trop souvent William Wyler au grand spectacle Ben-Hur (film au demeurant plus complexe qu’il n’en a l’air) en oubliant combien il est un magnifique cinéaste de l’intime, notamment avec les splendides Les Plus Belles Années de notre vie, L’héritière et l’incroyable The Collector avec son Terence Stamp magnétique et pervers. La rumeur appartient donc à cette veine du drame en chambre et reste une oeuvre passionnante pour de multiples raisons : son duo magistral et son sujet très très en avance sur son temps interrogeant à la fois le genre et l’intolérance.

Tiré d’une pièce de théâtre de Lillian Hellman elle même inspirée d’un fait divers qui eût lieu au XIXe,  La rumeur est en effet l’un des premiers films hollywoodiens à aborder frontalement l’homosexualité féminine, s’attaquant par l’intermédiaire d’une intrigue extrêmement tendue aux rouages du puritanisme américain.

Il est temps de redécouvrir le très beau film de Wyler, ce que nous permet l’éditeur Wild Side avec la sortie de cette somptueuse édition Collector. Nous sommes particulièrement heureux de vous en faire gagner 3 exemplaires, si vous répondez à ce questionnaire avant le 8 juillet, 0h00.

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Olivier ROSSIGNOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.