Dans une ville du Sud de la France dont le nom n’est jamais révélé (même si l’on croit reconnaître les paysages sétois de Mektoub my Love, dont Mes frères et moi partage le chef opérateur) Nour, 14 ans,  s’ennuie à mourir pendant les vacances d’été, cadet d’une fratrie conflictuelle, entre l’ainé extrêmement dur et les deux autres, une boule de haine et de désespoir ayant sombré dans la délinquance, et le plus attentionné des trois, entre la drague et la sagesse, qui se prostitue. Participant à des travaux d’intérêt général dans la cour de son collège, Nour croise la route d’une chanteuse lyrique qui va lui ouvrir la porte des cours d’été qu’elle anime.

Copyright David Koskas – Single Man Productions

Librement inspiré de la pièce de théâtre Pourquoi mes frères et moi on est parti… de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, le film de Yohan Manca, lui-même acteur de théâtre, propose une œuvre extrêmement juste, entre le réel et l’utopie, ne jugeant jamais ses personnages, entre leur coups de violence et leurs coups d’amour. L’interprétation sonne tellement juste, comme si chacun y jouait son propre rôle qu’on soupçonne des acteurs non professionnels. Or, la plupart  – tous meilleurs les uns que les autres, comme une petite famille faisant écho à celle du film – sont issus du théâtre, et pas seulement la formidable Judith Chemla dont nous ne connaissions pas les talent lyriques. Nous ne sommes pas près d’oublier le visage de Maël Rouin, d’une justesse incroyable, découvrant à travers la beauté du chant la beauté du monde, et développant graduellement un sourire radieux.

Copyright David Koskas – Single Man Productions

Les quelques réserves que l’on pourrait émettre font aussi la force du film : face à l’extrême violence du décor, de la vie, ce sont les portes du rêve qui semblent s’ouvrir parfois de façon un peu trop évidente. Loin de tout pathos, la beauté du film de Yohan Manca, ce qui le rend précieux, tient aussi à cette fragilité et à cette capacité d’évoquer des faits pouvant être a priori sordides (le marché du sexe auprès des touristes étrangers notamment) de manière dédramatisée, parfois presque légère, en rendant à chacun le droit d’assumer son choix de vie, sans culpabilité ni dramatisation. Malgré la violence des vies, l’injustice des destins, le cinéaste ne cède jamais à la tentation de la noirceur, immergeant Mes frères et moi dans une douceur entêtante, épousant le regard de son jeune héros en devenir.

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Audrey JEAMART

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.