Steven Soderbergh – “Hors d’atteinte” (“Out of Sight”) (1998)

Auteur de romans à succès, dont l’œuvre s’étend sur cinq décennies – de son inaugural Les Chasseurs de prime, paru en 1953, à son ultime Raylan, publié en 2012, un an avant son décès -, Elmore Leonard attira très rapidement l’attention du monde du cinéma. Dès 1957, 3h10 pour Yuma de Delmer Daves transpose l’un de ses westerns à l’écran. Convoité par l’industrie, il sera même scénariste d’une histoire originale pour Joe Kidd, réalisé par John Sturges avec Clint Eastwood dans le rôle principal. Des cinéastes reconnus tels que Martin Ritt (Hombre), Richard Fleischer (Mr. Majestyk), Paul Schrader (Touch) ou encore John Frankenheimer (Paiement cash), portent à leur tour l’écrivain à l’écran avec plus ou moins de réussite. Les années 90 marquent une période faste pour les adaptations du romancier : Get Shorty de Barry Sonnenfeld et, évidemment, Jackie Brown réalisé par Quentin Tarantino sont des succès, poussant les studios à tenter de réitérer l’exploit. Danny DeVito, producteur du film de Sonnenfeld, achète les droits d’Out of Sight avec le projet de confier la mise en scène à ce dernier. Après l’abandon du réalisateur de Men in Black, Universal souffle le nom de Steven Soderbergh. Celui qui vient tout juste de signer le conceptuel Gray’s Anatomy (un monologue filmé du comédien Spalding Gray), accepte l’offre afin de se refaire une santé après de nombreuses déconvenues commerciales, voire critiques. Écrit par Scott Frank (plus tard à la plume sur Minority Report), Hors d’atteinte suit donc le parcours de Jack Foley (George Clooney), un gentleman cambrioleur incarcéré dans une prison de Louisiane qui, lors d’une tentative d’évasion, va faire la connaissance du marshal Karen Sisco (Jennifer Lopez). Contraint de prendre la jeune femme en otage, le criminel va rapidement tomber sous son charme, et réciproquement. Rimini Editions propose un nouveau master HD de ce long-métrage en digipack Blu-ray / DVD, et permet de se pencher (dans les meilleures conditions possibles) sur ce jalon essentiel de la carrière du cinéaste.

© MCA/Universal Pictures-all rights reserved)

Entré dans la légende en 1989 comme étant le plus jeune réalisateur à être couronné de la Palme d’or à Cannes pour son premier long-métrage, Sexe, mensonges et vidéo, alors qu’il n’avait que vingt-six ans, Steven Soderbergh est l’un des grands espoirs des 90’s. Fer de lance d’un cinéma indépendant en pleine émergence, aux côtés d’autres auteurs majeurs comme Quentin Tarantino ou Paul Thomas Anderson, il se rêve en électron libre, passant d’un biopic conceptuel de Franz Kafka, à un polar maniériste avec À fleur de peau. Malgré de salutaires prises de risque, il peine à retrouver le consensus de son premier film. Dans leur intéressante interview croisée présente en bonus, les critiques Mathieu Macheret et Frédéric Mercier comparent le cinéaste à Orson Welles, avec qui il partage la même difficulté pour rebondir après son choc fondateur. Dès 1998, il revêt donc la casquette d’exécutant, une place qu’il tiendra à la perfection durant près de dix ans, jonglant entre polar, science-fiction, drame politique et comédie. Des productions élégantes et efficaces, souvent portées par d’énormes stars, cumulant les prix (Erin Brockovich, Traffic) et les cartons au box-office (la trilogie Ocean’s), qui l’autorisent à signer çà et là, quelques projets plus personnels, à l’instar de Bubble. Si tous ne furent pas des succès (le remake inutile de Solaris), c’est l’échec de son diptyque Che (2008) qui viendra finalement rebattre les cartes. Le metteur en scène, toujours en quête de nouveaux défis, entame dès lors une nouvelle phase de sa carrière, toute aussi passionnante, faite d’expérimentations technologiques (Paranoïa, entièrement tourné à l’IPhone), de réussites inattendues (Magic Mike, l’actioner virtuose Piégée) et de fausses annonces de départ en retraite. Hors d’atteinte peut être considéré comme l’un des tournants décisifs de sa filmographie, en même temps que sa première tentative de mettre ses talents au service d’un projet de studio. S’il remplit son contrat en façonnant un divertissement follement élégant et glamour, à l’image de son couple principal, Soderbergh n’en oublie pas d’y mêler des aspirations personnelles, et une forme beaucoup plus retorse et créative.

(© MCA/Universal Pictures-all rights reserved)

Pur plaisir immédiat, multipliant les climax – notamment dans sa première partie-, le film offre de prime abord tous les ingrédients du polar sexy, riche en gags et en situations ubuesques (les agents du FBI en « planque »). Dès le logo Universal accompagné d’une musique funky des Isley Brothers et non pas du thème habituel, il s’écarte pourtant de son simple cahier des charges. Dans le très amusant commentaire audio réunissant le réalisateur et son scénariste, ces derniers reviennent sur l’importance de ce détournement et son but profond : saisir le spectateur dans une ambiance, une atmosphère, dont il ne sortira que deux heures plus tard. Aidé par la bande originale de David Holmes, inspirée par les compositions de Lalo Schifrin et Quincy Jones, le cinéaste se pose en véritable jazzman, comme le stipule Macheret. Il crée son propre tempo, accélère le rythme, le décélère quand il le faut, laisse la place à ses comédiens pour livrer leurs solos… Exemple frappant de son dispositif, les nombreux zooms dans le cadre, venant brusquement mettre l’accent sur certains détails sans ralentir la scène, ou les arrêts sur image, figeant un mouvement, une attitude. Ces partis pris, qui se démarquent du tout venant de la production hollywoodienne, sont à mettre au crédit de Soderbergh, prêt à travailler pour une major sans restreindre ses ambitions graphiques pour autant. En pleine possession de sa maîtrise du langage cinématographique, il poussera son style encore plus loin dans l’excellent L’Anglais, qu’il signe l’année suivante. Formellement, Hors d’atteinte se change en cheval de Troie, offrant aux studios les gages d’un spectacle enlevé et jouissif, pour mieux le pirater de l’intérieur. L’auteur de Contagion ajoute une scène onirique absente du livre de Leonard, fait d’un braquage tout en décontraction, une véritable illustration du travail de metteur en scène; Foley devenant le chef d’orchestre de son méfait, improvisant, s’inspirant de son environnement. En ce sens, le montage est un élément primordial de son travail de « flibustier ». Il déconstruit la narration, éclate la temporalité, ne laisse que des indices visuels pour se repérer (la couleur des uniformes de prisonniers). Summum de cette logique de fragmentation, ces plans de drague, de séduction suave entre Foley et Sisco, entrecoupés de leurs futurs ébats, mêlés dans un tout presque éthéré, hommage explicite à Ne vous retournez pas de Nicolas Roeg. Visuellement, la lumière a également une importance capitale. L’opposition entre couleurs chaudes et teintes plus froides se matérialise lorsque le récit se délocalise de Miami à Detroit. Le chef op Elliot Davis (déjà à l’œuvre sur Gray’s Anatomy) préfigure ainsi le travail du réalisateur lorsqu’il se chargera lui-même de la photographie de Traffic. Long-métrage duel, presque schizophrène et pourtant cohérent dans sa volonté de mixer le grand public et une approche plus arty, Out of Sight peut également compter sur un atout majeur : son couple vedette.

(© MCA/Universal Pictures-all rights reserved)

Un long dialogue entre un homme et une femme enfermés dans l’espace réduit d’un coffre de voiture; il n’en faut pas plus pour que Steven Soderbergh parvienne à créer une alchimie entre ses deux personnages. Ce segment, qui fut également l’extrait que les comédiens durent jouer lors de leurs castings, était à la base pensé comme un plan-séquence (une version longue est d’ailleurs présente dans les scènes coupées). Finalement morcelé, il résume à lui seul toute l’ambition du film : façonner un divertissement à la fois populaire et exigeant, pétri de références cinéphiles. Grand moment de tension sexuelle, notamment grâce à ses inserts qui mettent l’accent sur des gestes, des caresses, la scène renvoie à l’inoubliable partie d’échecs de L’Affaire Thomas Crown (Faye Dunaway est évoquée au détours de plusieurs répliques). Le long-métrage se joue par la suite de l’attente du spectateur qui n’espère qu’une chose : voir le duo réuni une nouvelle fois. Conscient du potentiel érotique des interprètes, le cinéaste iconise George Clooney en charmeur cabotin, un peu loser mais tout en décontraction (pas si éloigné du rôle de Danny Ocean qu’il lui offrira quelques années plus tard, voire de son double animé dans Fantastic Mr. Fox), registre qui deviendra sa marque de fabrique. Si Jack Foley était dans le roman, un homme d’une cinquantaine d’années (Elmore Leonard souhaitait Sean Connery ou Jack Nicholson pour l’interpréter), le réalisateur fait le choix de le rajeunir. Il le confie ainsi à l’acteur issu de la télévision, tout juste sorti du marasme Batman et Robin, ainsi que du neurasthénique Le Pacificateur, qui tentaient tous deux de l’imposer en héros d’action. Bonne pioche pour ce dernier qui excelle dans ce registre de néo-Cary Grant, et entame par là-même, la partie la plus excitante de sa carrière en enchaînant sur O’Brother des frères Coen ou encore Les Rois du désert de David O. Russell. Si Urgences a fait de lui une star, il n’est pas hors sujet de penser qu’Out of Sight a fait de lui une figure respectée et courtisée. Jennifer Lopez, quant à elle, a rarement été aussi convaincante qu’en Karen Sisco, à la fois séductrice rêveuse et professionnelle ambitieuse. Celle qui enchaînait jusqu’alors les seconds rôles anecdotiques (Money Train) et les nanars grotesques (Anaconda), s’était faite remarquée l’année précédente dans le très bon U-Turn, qu’elle embrase à chaque apparition, en femme fatale torride et manipulatrice. Alors qu’elle entame en parallèle une carrière de chanteuse, elle est préférée à Sandra Bullock (premier choix du studio), et se glisse parfaitement dans la peau de celle qui est d’ailleurs le point de départ du roman. En effet, l’écrivain, après avoir découvert la photo d’une policière braquant un fusil à pompe sur un criminel, avait décidé d’en faire l’héroïne d’un polar. La jeune femme est d’ailleurs introduite par un cadeau reçu de la main de son père : un pistolet enfermé dans un écrin, image amusante de la violence comme présent familial et héréditaire. Personnage fort, qui découvre dans un repris de justice une possibilité d’ailleurs romanesque, Sisco se montre également calculatrice et froide, dimension accentuée par certaines séquences coupées, ici en bonus. Glamour, son couple en devient finalement tragique, et le divertissement suave gagne une dimension beaucoup plus profonde. Foncièrement romantique, le film oppose ainsi son idylle hors-la-loi, à un quotidien corseté composé d’une figure paternelle, flic à la retraite, et d’un petit ami, agent du FBI, incarné par Michael Keaton. L’interprète de Beetlejuice retrouve son rôle de Ray Nicolet qu’il tenait dans Jackie Brown de Tarantino et gonfle une galerie d’excellents seconds couteaux. De Catherine Keener en assistante de magicien, à Luis Guzmán, comédien préféré du réalisateur selon ses propres dires, tous sont au diapason. Pur film de mise en scène, tirant le meilleur d’un script solide et d’un casting parfait, Hors d’atteinte demeure un exemple de divertissement de qualité, imposant, pour quelque temps, Soderbergh au sommet d’Hollywood. Et s’il était grand temps de considérer son œuvre, non plus comme simplement insaisissable et hétéroclite, mais comme l’une des plus riches et fascinantes du cinéma américain contemporain ?

Disponible en Blu-Ray / DVD chez Rimini Editions. 

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Jean-François DICKELI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.