Hubert Cornfield – « The Night of the Following Day » (« La Nuit du lendemain ») (1969)

Starifié dès son deuxième long-métrage, Un Tramway nommé désir, Marlon Brando devient rapidement lun des acteurs les plus influents de sa génération. L’élève de Stella Adler passe en quelques années de sex-symbol rebelle bardé de cuir (L’Équipée sauvage) à légende vivante, personnification du glamour hollywoodien. Pourtant, durant les années 60, sa carrière semble peu à peu battre de laile. La faute incombe à des échecs publics ou critiques (son passage devant la caméra de Charlie Chaplin à loccasion de La Comtesse de Hong Kong en est le meilleur exemple) et à un premier et unique film en tant que réalisateur saboté par les studios (La Vengeance aux deux visages). Beaucoup parlent alors de la pire période pour le comédien qui retrouvera finalement de sa superbe en incarnant linoubliable Don Vito Corleone pour Francis Ford Coppola dans Le Parrain en 1972. Avant cela, ce dernier tourne pourtant sous la direction de John Huston (Reflets dans un œil dor), Arthur Penn (La Poursuite impitoyable) ou Michael Winner (Le Corrupteur, étrange prequel aux Innocents de Jack Clayton) mais ses frasques et son comportement imprévisible sur les plateaux entraîne une certaine méfiance de la part des cinéastes. En 1969, Hubert Cornfield, metteur en scène new-yorkais expatrié à Paris et déauteur, entre autres, de Pressure Point avec Sidney Poitier, décide de porter à l’écran un polar de Lionel White intitulé The Snatchers. Le roman avait dailleurs été un temps envisagé par Stanley Kubrick, qui avait finalement adapté LUltime razzia, autre livre de l’écrivain. Il en écrit donc le scénario, renommé The Night of the Following Day, en compagnie de Robert Phippeny tandis que Jerry Gershwin (Détective privé) et Elliott Kastner (Angel Heart, À la recherche de Garbo) se chargent de la production. On y suit trois individus qui enlèvent la fille dun riche homme daffaires dès son arrivée à l’aéroport dOrly et exigent une rançon en échange de la victime. Entre chantages, trahisons et mensonges, les choses s’enveniment rapidement... Pour interpréter le chef des ravisseurs, Cornfield engage Richard Boone mais, intéressé par le projet, Brando parvient à s’imposer auprès des financiers et écope du rôle. Le cinéaste ne le sait pas encore mais ce choix va savérer aussi bénéfique pour le long-métrage que dramatique pour son expérience personnelle. La nouvelle édition Blu-Ray proposée par les Britanniques dIndicator/Powerhouse est loccasion parfaite pour se pencher sur ce thriller déroutant.

(© Capture d’écran Blu-Ray – Powerhouse)

Dès son générique dintroduction, le film impose un rythme lancinant et une atmosphère quasiment onirique. La jeune héritière, dont on ne saura jamais le nom, campée par Pamela Franklin (Les Innocents, And Soon the Darkness) est en train de dormir, en surimpression apparaissent des images inquiétantes de ciel et de nuages rouges, comme survolés par un avion. Rêve ou prémonition ? Le reste du métrage ne lèvera jamais le mystère de cet instant et une ultime séquence viendra même renforcer toute son ambiguïté. Le but d’Hubert Cornfield nest pas de livrer un énième thriller divertissant, ni de suivre sa narration somme toute balisée, mais de retranscrire les tourments intérieurs de ses personnages. Celui qui assume de sinspirer du vent de liberté insufflé par la Nouvelle Vague, ne choisit pas par hasard d’ancrer son récit en France – plus précisément sur la Côte dOpal. Il sadjoint également les talents de Willy Kurant, chef opérateur des Créatures dAgnès Varda, de Sous le soleil de Satan, et surtout de Masculin féminin (Lionel White a dailleurs déjà été porté à l’écran par Jean-Luc Godard dans Pierrot le fou). Aussi, nombreux sont les audaces graphiques à tordre le réalisme ambiant, à linstar du visage fragmenté de Rita Moreno (inoubliable Anita de West Side Story) perçu à travers plusieurs miroirs, des nombreuses adresses à la caméra, ou encore de ce final hautement pictural inspiré de René Magritte. Sil sempare des codes classiques du polar, Cornfield nhésite pas à les tordre, à les moderniser. Film taiseux (les dialogues se font ici rares), récit dune attente doù émerge la prédominance du hasard et porté par des antihéros qui échouent (thématique récurrente de l’œuvre de White), The Night of the Following Day prend son public à rebrousse-poil. S’éloignant de la figure de la victime, pourtant protagoniste des premières minutes, quitte à rendre la résolution peut-être moins impactante, il préfère se pencher sur les relations entre les criminels, leurs secrets, leurs inimitiés, leurs failles, en un mot, leur humanité. Le long-métrage se construit ainsi autour dune dynamique de multiples oppositions, que ce soit au sein du couple Bud (Brando) / Vi (Moreno) – inspiré par la relation tumultueuse quont entretenue les deux comédiens – ou entre cette dernière et son frère Wally, interprété par Jess Hahn (acteur apparu dans Cartouche ou Triple Cross). Ici, tout nest quaffaire de non-dits ou de vieilles rancœurs à même de saborder le plan bien huilé. Huis-clos claustrophobique situé dans une maison isolée au bord de la mer près du Touquet, La Nuit du lendemain mise sur une atmosphère viciée et anxiogène, un suspense polanskien, qui bascule insidieusement le cauchemar éveillé jusqu’à une conclusion abrupte et inattendue.

(© Capture d’écran Blu-Ray – Powerhouse)

Le malaise suintant par tous les ports de cet étrange objet cinéphilique doit en grande partie à la présence magnétique de Marlon Brando. La première rencontre entre le ravisseur et sa victime, simple échange inaudible, leurs paroles étant couvertes par le tumulte ambiant de laéroport, préfigure leur relation future, pour le moins ambivalente. Les longues minutes qui voient le criminel filmé de dos en train de conduire, son regard cadré dans le rétroviseur, finissent de renforcer le sentiment de fascination mêlée de crainte ressenti par la jeune fille envers son bourreau, mais également par le réalisateur envers la star. La mésentente entre les deux hommes entraîna divers incidents et autant de rumeurs (lacteur aurait convoité la femme du metteur en scène pour lui prouver ses talents de séducteur), mais donne lieu à une performance hallucinée et troublante. Brando y incarne le véritable cerveau de lopération, monstre de charisme peroxydé tout de noir vêtu. Cest de lui que naît toute la tension sexuelle prégnante dans chaque plan. Il suffit quil surgisse à l’écran vêtu dun t-shirt moulant, le pantalon déboutonné, pour que l’érotisme ambiant se répercute sur lensemble des personnages, et génère désir et jalousie. Face à lui, celui qui devait initialement camper Bud, Richard Boone (Alamo, Le Seigneur de la guerre) donne vie à Leer, sociopathe en apparence bienveillant et grain de sable qui va faire dérailler la machine. Il demeure le véritable élément pernicieux et malsain, coupable dun dernier crime abject, dont nous ne verrons que le résultat et les conséquences. Une subtilité qui tranche avec la représentation grandiloquente de ce dernier faisant face aux flammes dans une lumière rougeoyante (écho au générique), juste avant son passage à lacte. Boone et Brando se sont dailleurs tellement bien entendus que linterprète dUn Tramway nommé désir à réussi à imposer son camarade derrière la caméra afin quil réalise la dernière séquence, après que Cornfield ait quitté le tournage, lassé de ses débordements. Curiosité portée par un acteur qui cannibalise l’écran et court-circuitée par un cinéaste sous influence, malheureusement trop impressionné par lombre écrasante de sa tête daffiche, The Night of the Following Day doit, in fine, autant à lun qu’à lautre, tous deux véritables auteurs dun film qui mérite amplement d’être redécouvert.

Suppléments : 

Indicator / Powerhouse propose une nouvelle édition limitée à 3000 exemplaires de La Nuit du lendemain, remasterisée en haute définition, et accompagnée, entre autres, dun commentaire audio dHubert Cornfield, dune interview de Rita Moreno enregistrée en 2014, ainsi que dun entretien avec Joe Dante et dun livret signé Jeff Billington.

Disponible en Blu-Ray chez Powerhouse

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Jean-François DICKELI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.