Chris Peckover – “Watch Out”

Le plus grand service que l’on peut rendre aux futurs spectateurs de Watch Out, ce serait sans doute c’est d’en dire le moins possible tant il déjoue les attentes de manière astucieuse. Chris Peckover plante un décor délibérément familier et conventionnel : une petite zone pavillonnaire où vivent tranquillement des familles américaines blanches et privilégiées ; une nuit en pleine période de fêtes de fin d’année avec la neige, les guirlandes, et les chants de Noël dehors ; une charmante baby-sitter doit garder un garçon de 12 ans secrètement amoureux d’elle. Comme dans Halloween et des dizaines d’autres classiques du genre, les parents partent diner ailleurs, laissant les enfants seuls, et la menace s’installer. La soirée passe, l’atmosphère se tend lorsque nos deux protagonistes se sentent épiés et se rendent à l’évidence : quelqu’un guette dehors … à moins que ce soit à l’intérieur ? Aucune surprise pour l’habitué, me direz-vous ? Pas si vite. De multiples références nous assaillent, laissant présager un gentil slasher, un thriller home invasion mâtiné de Maman J’ai raté l’avion, ou un conte de Noël pour jeunes adolescents entre épouvante et féérie façon Gremlins, avec un petit arrière plan satirique à la Edward aux mains d’Argent. Mais non, c’est tout à fait ailleurs que le cinéaste nous entraine, jouant joyeusement avec le trompe l’œil. Si l’ombre du Wes Craven  méta de Scream n’est effectivement pas loin, ironiquement, on pourrait presque affirmer que Watch Out est symptomatique d’une nouvelle génération de cinéma de genre, une oeuvre méta-méta – qui joue avec les références de films déjà référentiels et se targue de jouer avec les classiques de l’épouvante afin de les emmêler pour mieux nous induire en erreur. En jonglant avec les codes et en mimant l’atmosphère d’un climat enfantin et féérique, un peu comme avait pu le faire Curtis Harrington avec Tante Roo, Watch Out fait preuve d’une perversité jouissive. Voilà, je crois que j’en ai trop dit.

 WATCH OUT

A propos de Olivier ROSSIGNOT

Laisser un commentaire