Kinuyo Tanaka – « Lettre d’amour » (1953)

Kinuyo Tanaka (1909-1977) est une actrice majeure du cinéma japonais – périodes muette et parlante. Elle a tourné dans près de 250 films, pour des cinéastes mondialement reconnus, comme Kenji Mizoguchi, dont on dit qu’elle fut la « muse » et qu’ils auraient eu une relation amoureuse (15 films), Yasujirō Ozu (10 films), Keisuke Kinoshita (9 à 10 films), Mikio Naruse (6 films), ou pour des réalisateurs dont la notoriété n’a pas ou a plus difficilement passé les frontières, mais qui furent prolifiques et appréciés en leur pays. Parmi eux, Heinosuke Gosho, qui est le premier à lui avoir donné un rôle principal, en 1927, et qui l’a fait jouer dans le premier film sonore japonais (autour de 25 films), et Hiroshi Shimizu, avec qui elle a été mariée (20 à 21 films).

Entre 1953 et 1962, Kinuyo Tanaka met en scène six longs métrages de fiction. Lettre d’amour (1953), La Lune s’est levée (1955), Maternité éternelle (1955), La Princesse errante (1960), La Nuit des femmes (1961), Mademoiselle Ogin (1962). L’action du quatrième film commence en 1937. Celle du sixième film se déroule au XVIe siècle. Ces deux œuvres sont en couleur, contrairement aux quatre autres qui sont en noir et blanc et sont des gendaigeki – films dont l’action se déroule, elle, dans le Japon contemporain.

Pour se lancer dans l’aventure de la réalisation, Tanaka obtient le soutien de plusieurs cinéastes dont Mikio Naruse, sur un film duquel elle travaille comme assistante, en 1952, et de Yasujirō Ozu. Mais pas celui de Kenji Mizoguchi. C’est probablement son refus, et l’appréciation négative qu’il porta sur Lettre d’amour, qui provoquèrent une sérieuse discorde entre les deux personnalités.

Tanaka est considérée comme la deuxième réalisatrice du cinéma japonais. Avant elle, Tazuyko Sakane (1904-1975), qui a été assistante et monteuse de Mizoguchi, a réalisé plus d’une dizaine de documentaires et un long métrage de fiction, en 1936, mais elle a été coupée dans son élan par les studios de production. Le parcours de Tanaka constitue un exploit, car, à son époque, le monde du cinéma est dirigé par des hommes et organisé exclusivement pour les réalisateurs.
À noter par ailleurs, comme le fait Pascal-Alex Vincent dans le livret qu’il a consacré très récemment à Tanaka, l’importance de l’actrice Takako Irie qui est la première femme à avoir créé une maison de production : la Irie Production. Irie produit 12 films entre 1932 et 1936, dont 4 films de Mizoguchi. Vincent écrit : « Faut-il y voir un hommage ? Takako Irie fait une apparition dans Lettre d’amour (1953), première réalisation de Kinuyo Tanaka » (1).

Les films de Kinuyo Tanaka n’ont que très rarement été projetés en France. Ils sont pourtant magnifiques. Maternité éternelle est un chef-d’œuvre. Que grâce soit donc rendue à la société de distribution Carlotta de leur offrir une sortie en salles, qui plus est dans des versions restaurées en 4K.

© 1953 Kokusai Hoei. Tous Droits Réservés.

En accord avec Ichiro Nagashima, le Président de la société Shintōhō, qui le produit, le premier film de Tanaka est une adaptation d’un roman de Fumio Niwa (1904-2005) : Lettre d’amour. L’édition de ce texte date de 1953, mais il est d’abord publié sous forme de feuilleton. L’écrivain soutient la cinéaste (2), ainsi que Keisuke Kinoshita, le scénariste travaillant sur ce projet et qui est également réalisateur. Tanaka et Kinoshita se connaissent bien. L’actrice a déjà tourné dans plusieurs de ses films et continuera à le faire, notamment dans la première version du très fameux Ballade de Narayama (1958). En 1954, Kinoshita sera récompensé au pays du Soleil-Levant pour son travail sur cette œuvre, ainsi que sur Le Coeur sincère de Masaki Kobayashi et sur La Tragédie du Japon qu’il réalise lui-même.

Nous sommes à Tokyo, cinq ans après la fin de la guerre. Reikichi vivote, dans une position instable. C’est qu’il attend une femme qui ne vient pas. Une femme nommée Michiko, qu’il a aimée et qui l’a aimé, mais que la vie a éloignée de lui. Avant de se marier avec un autre homme, quelques années auparavant, elle a écrit une lettre d’adieu à Reikichi. Régulièrement, celui-ci se rend sur la place principale de Shibuya, à la station de métro, pour tenter de l’apercevoir. Tanaka a la merveilleuse idée de filmer plusieurs fois le protagoniste à côté de la statue de bronze érigée en 1934 en l’honneur du chien Hachikō réputé pour avoir accompagné et attendu son maître quotidiennement à la gare, y compris après la mort de celui-ci, en 1925.
Reikichi travaille dans la petite échoppe d’écrivain public que tient un certain Naoto. Les deux hommes rédigent principalement des lettres pour des femmes qui ont fréquenté des soldats américains et qui attendent d’eux de l’argent, après qu’ils sont rentrés au pays. Un jour, Reikichi retrouve Michiko qui vient faire rédiger, elle aussi, une lettre.
La jeune femme est prête à vivre aux côtés de Reikichi, mais lui ne pardonne pas ce qu’il considère être un péché. Désespérée, pensant ne pouvoir se rédimer, elle tente de se suicider…

© 1953 Kokusai Hoei. Tous Droits Réservés.

Hiroshi, le frère de Reikichi, tente d’aider Michiko, mais il le fait mal, avec son regard d’homme qui ne comprend pas ou ne veut pas comprendre le drame des femmes qui se prostituent ou se sont prostituées, souvent pour survivre, rarement par plaisir.
Un homme a un beau rôle, cependant. C’est Naoto. Il secoue Reikichi, lui reproche sa rigidité, le met face à son égoïsme et sur la voie de la réconciliation avec Michiko. Naoto est celui qui évoque la responsabilité du Japon dans la guerre, dans la situation sociale que celle-ci a créée.

Lettre d’amour est en bonne partie tourné dans des décors naturels, avec des acteurs sans véritable charisme, ou qui le cachent bien. La touche néo-réaliste est sensible. On parle à propos de ce type de film japonais de Shomingeki – ou Shōshimin-eiga ; littéralement : cinéma de citoyen moyen.
Le regard féminin, voire féministe de Tanaka se perçoit d’emblée. Elle apparaît dans le rôle d’une prostituée, et il faut savoir qu’elle souhaitait que la scénariste Yōko Mizuki – une femme, donc – écrive l’adaptation du roman de Fumio Niwa, mais que celle-ci a refusé (3). On entrevoit aussi les motifs chrétiens qui traverseront son travail de metteuse en scène et en images.

Notes :

1) Pascal-Alex Vincent, Kinuyo Tanaka – Réalisatrice de l’âge d’or du cinéma japonais, Carlotta, Paris, 2021, p.17. Ouvrage publié à l’occasion de la Rétrospective Kinuyo Tanaka qui s’est tenue du 9 au 17 octobre 2021 à Lyon : Histoire permanente des femmes cinéastes, Festival Lumière.
2) Ibid., pp.17 et 18.
3) Dans un ouvrage collectif qui lui est consacré, Irene González-López et Ashida Mayu interrogent le regard de Tanaka dans Lettre d’amour. D’une manière qui n’est pas inintéressante, mais qui est peut-être un peu trop radicale, elles lisent le film comme un « mélodrame masculin », considérant que davantage de place et d’importance est donné au personnage de Reikichi par rapport à celui de Michiko. Selon elles, celui-ci n’est pas assez creusé. Cf. « The First Female Gaze at Post-war Japanese Women », in Tanaka Kinuyo – Nation, Stardom and Female Subjectivity, Edited By Irene Gonzales-Lopez and Michael Smith, Edinburgh University Press, 2018, pp.113 et 114.


© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Enrique SEKNADJE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.