Figure inquiétante aperçue dans Sailor et Lula, sous les traits d’une Isabella Rossellini méconnaissable, Perdita Durango est devenue le personnage éponyme d’un nouveau livre de Barry Gifford, fausse suite de son polar mis en image par David Lynch qui remporta la Palme d’Or en 1990. 7 ans plus tard, le producteur Vicente Gómez engage Álex de la Iglesia, après le désistement de Bigas Luna, pour donner sa version du roman en confiant une partie de l’écriture à son scénariste attitré, David Trueba. Le jeune espoir du cinéma espagnol, qui s’est alors forgé un petit nom auprès d’un public jeune et branché avec Action mutante et Le Jour de la bête, s’exile temporairement aux Etats-Unis et signe l’un de ses films les plus ambitieux et réussis qui, hélas, s’est vu privé d’une sortie salle dans l’hexagone, étant seulement édité en DVD dans une version malheureusement tronquée. Après 24 ans, Perdita Durango refait surface dans son montage « uncut » dans les circuits art et essai grâce au distributeur Splendor et se voit même offrir une très attendue réédition en combo Blu-ray/DVD chez nos amis d’Extralucid films.

Perdita Durango

Copyright Splendor Films

Qui est cette anti-héroïne qui porte le patronyme d’un personnage de western italien mais aussi le nom d’une ville du Colorado ?  Vêtue de noir, Perdita Durango revêt le costume d’un oiseau de mauvais augure qui va pervertir le très infantile et influençable Romeo, jouisseur invétéré pour qui la transgression n’est qu’un jeu futile. Intelligemment, Álex de la Iglesia induit le spectateur en erreur : l’apparition folklorique de Romeo avec ses longs cheveux raides, ses bottines de cow-boy et son sourire gentiment sadique, le positionne, de façon trop caricaturale pour être pris au sérieux, du côté du Mal. Or, ce n’est qu’un déguisement, un costume carnavalesque pour endosser l’apparence d’un diablotin d’opérette, plus ridicule que terrifiant. Il n’a d’ailleurs encore assassiné personne même s’il trimballe un cadavre dans sa camionnette. Mais, au contact de Perdita, il bascule pour aller « danser au clair de lune avec le Diable », phrase célèbre provenant du Batman de Tim Burton, claironnée judicieusement par Romeo à un moment clé du film. Perdita s’est éloignée des humains, les observe avec cynisme et sans aucune empathie. Elle corrompt sans peine cet enfant de Romeo même lorsqu’il s’adonne à des rites proches du vaudou, la santeria. Avant sa rencontre, il ne faisait que tricher, s’exhiber, truquer, ou au pire cambrioler une banque sans manquer de demander à une secrétaire de montrer sa poitrine au risque de se faire prendre. Un bouffon pour qui la vie est un grand cirque. Mais Perdita a le don de le pervertir. Les deux amants vont kidnapper des jeunes adultes américains avant de les torturer et les violer avec comme issue possible, la mort. Comme si cela ne suffisait pas, Romeo est engagé pour transporter des fœtus jusqu’à Los Angeles.

Perdita Durango: Javier Bardem, Rosie Perez

Copyright Splendor Films

Par sa – surprenante – sensibilité à fleur de peau, Perdita Durango dépasse son statut un peu galvaudé de film culte post Tarantino à la sauce mexicaine.  A contrario d’un Robert Rodriguez, archétype du cinéaste fun mais décérébré, Álex de la Iglesia n’est pas un simple faiseur, un geek qui réalise des potacheries sans conséquence. Derrière une bonhomie amusante se dissimule un angoissé, un véritable auteur à la fois terrifié et fasciné par le mal qui contamine ses personnages principaux. La grande force, même morale, du film, tient à l’évolution de Perdita ; là où Romeo s’enfonce dans une joyeuse perversité, elle, à l’inverse, retrouve, presque par lassitude, une humanité perdue. Diffuser les mauvaises ondes à son entourage ne l’amuse plus. Elle évolue à l’écran et devient sous nos yeux un beau personnage de cinéma, désabusé et mélancolique.

La balade sanglante des deux psychopathes amoureux ne va pas en crescendo. Elle démarre sur les chapeaux de roue : enlèvement de deux jeunes adolescents bien sous tous rapports qui vont dans un premier temps subir les sévices très incorrects des anges de la mort. Mais quelque chose s’enraye, empêche le spectacle de s’envoler vers des excès irréversibles.

Perdita Durango

Copyright Splendor Films

Plus le film avance, plus il dessine les contours cabossés d’un road movie déceptif. Pas de cynisme chez de la Iglesia mais une saine méchanceté, un esprit frondeur plaçant le spectateur dans une position inconfortable en nous faisant ressentir davantage d’empathie envers les bourreaux que les victimes. Un tour de force baignant dans une amoralité à peine tempérée par une rédemption finale, un rachat qui tient plus de l’humanisme du cinéaste que d’un moralisme bêta. Véritable déclaration d’amour au cinéma, du film noir aux westerns, citant ouvertement le génial Vera Cruz comme référence ultime, Perdita Durango se permet aussi le luxe d’emballer de formidables scènes d’action démontrant une parfaite gestion de l’espace et du temps grâce à un découpage précis et lisible. En dépit d’une baisse de rythme à mi-parcours et de certains axes narratifs traités superficiellement, le film d’ Álex de la Iglesia s’est bonifié avec le temps. Derrière le trip rock’n’roll plein de bruit et de fureur, de baise et de morts violentes, peuplé de seconds rôles démentiels incarnés par une pléiade de personnalités issues de la contre-culture (Screamin’Jay Hawkins, Alex Cox, Santiago Segura), se cache un film plus secret, celui réalisé par un clown triste profondément attaché à son couple improbable de tueurs, magnifiquement incarné par la sensuelle Rosie Pérez et le fou furieux Javier Bardem.

(ESP/MEX-1997) de Álex de la Iglesia avec Rosie Pérez, Javier Bardem, Harley Cross, Aimee Graham, James Gandolfini, Screamin’Jay Hawkins, Alex Cox, Santiago Segura, Demián Bachir

 

 

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Emmanuel Le Gagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.