Revue – “Bifrost numero 100”

Soyons honnêtes : quel amoureux de ce qu’on appelle pudiquement littérature de l’imaginaire ou SFFF (l’un comme l’autre imparfaits, excluants, réducteurs, absurdes) peut les yeux dans les yeux de la machine, oser affirmer n’avoir jamais eu vent de l’excellente revue Bifrost, créée il y a maintenant quelques décennies (1996, cela ne rajeunit personne) par Olivier Girard, toujours à la tête du navire, et publié par les éditions du Bélial ?

Au programme de cette stimulante publication d’aujourd’hui 100 numéros, qui tire son nom fort à propos de l’arc-en-ciel reliant ciel et terre dans la mythologie nordique ?

Un cahier critique, des nouvelles, un regard scientifique, et un roboratif dossier sur les plus grands auteurs du genre / des genres, dans un appétit gargantuesque : Philip K. Dick, Ursula K. Le Guin, Isaac Asimov, Neil Gaiman, Richard Matheson, Christopher Prist, Roger Zelazny, J. R.R. Tolkien, Robert Silveberg ou encore Stephen King, certes, mais aussi Richard Canal, Yves et Ada Remy, Thierry Di Rollo, Jacques Goimard, Philippe Curval, Laurent Genefort, Léo Henry, Pierre Pelot, Michel Jeury…

Alors quoi faire pour ce premier numéro à 3 chiffres ? Regarder dans le rétro ? Ficeler un numero anniversaire ?

Que nenni : dans un geste dont l’élégance se perpétue, c’est à l’un de leurs premiers compagnons de bord, et parmi les plus fidèles contributeurs, que la rédaction a décidé de rendre hommage : Thomas Day, le prolifique !

La fête s’ouvre avec une nouvelle inédite et puissamment impressionniste du grand invité du numéro, « La bête du Loch Doine », qui verra dans un univers de hard fantasy, feu de tourbe et nom gaelique, un jeune rabbin obtenir une initiation tout à la fois mystique, sensuelle, animiste et fantastique, dont on vous laisse découvrir la sensualité trouble et le saisissement final avant d’effectuer un grand écart vers le jeune prodige Rich Larson (traduit par Pierre-Paul Duranstanti et extraite du recueil « La Fabrique des lendemains » sur laquelle nous espérons revenir bien vite) pour un fantomatique voyage dans un train infini sur une terre désolée (« Circuits »), puis délaisser son ambiance hantée (quoique) vers un conte émouvant de femmes puissantes et libres, chez Catherine Dufour, « Des millénaires de silence nous attendent », dont on a déjà dit dans ces pages à quel point elle constitue une voix singulière de la production francaise.

Enfin, la boucle se bouclera encore en spirale, avec une nouvelle de Thomas Day, « Décapiter est la seule manière de vaincre » qui en quelques pages denses tracent la fascination de l’auteur pour le Japon, en plongeant dans une prospective ébouriffante qui verra demain gouverné par d’immenses corporations et un univers virtuel blockchain, lesdites corporations s’affrontant selon des rituels samouraïs qui voient les maisons Sony et Futjisu se battre à mort pour la domination du monde moderne.

Tout un programme, en somme, qui jette son regard aussi bien dans le passé que le futur, la prospective et l’émotion, et résume bien l’éclectisme de la revue et de la maison, et leur rigueur.

Car après un panorama critique habituel, et une interview de Nicolas Mangin (« La méthode scientifique » sur France Culture), c’est le gros du numéro qui s’ouvre : 47 pages d’entretien (excusez du peu !) bibliographiques et biographiques passionnantes avec le touche-à-tout Thomas Day, qu’accompagne un corpus critique absolument délectable de l’ensemble ou presque de son œuvre, sur 18 pages : des dragons, de l’historique, de la fantasy, de la SF, un peu d’érotisme cru, de la violence, de l’humour.

On ajoute une pincée de réflexion sur l’antimatière (l’excellente rubrique Scientifiction), et on vous laisse vous delecter de ce cocktail explosif, vaguement punk, et diablement stimulant.

Longue vie au Bifrost !

Editions Le Bélial’, 11, 90 euros. En librairie.

Le sommaire :

NOUVELLES

  • La Bête du loch Doine, de Thomas DAY
  • Circuits, de Rich LARSON
  • Des millénaires de silence nous attendent, de Catherine DUFOUR
  • Décapiter est la seule manière de vaincre, de Thomas DAY

RUBRIQUES ET MAGAZINE

  • Objectif Runes : les bouquins, critiques & dossiers
  • Le coin des revues (et fanzines), par Thomas Day
  • Paroles de journaliste : Nicolas Martin, la méthode holistique, par Erwann Perchoc

AU TRAVERS DU PRISME : THOMAS DAY

  • Thomas Day : des visages, des figures, par Olivier Girard
  • Stairways to hell(s) : un guide de lecture dans une forêt de cendres
  • Ugo Bellagamba, à l’école du double corps, par Org
  • Bibliographie des œuvres de Thomas Day, par Alain Sprauel

SCIENTIFICTION

  • Vers les étoiles grâce à l’antimatière, par Roland Lehoucq

INFODÉFONCE ET VRACANEWS

  • Paroles de Nornes : pour quelques news de plus, par Org
  • Prix des lecteurs : appel au vote

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Jean-Nicolas Schoeser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.