Si vous avez aimé “Dimanche” du même auteur, “Automne” vous plaira tout autant sinon plus. Dans les mêmes teintes bleutées et orangées, “Dimanche” approfondit cette douceur poétique dans un format plus grand et plus détaillé. Moins elliptique, il propose deux histoires de l’aube à la tombée de la nuit, une temporalité favorable ici encore au travail d’ombres, où décidément le dessinateur excelle.
Dans la première partie, on suit le trajet et la journée d’un jeune aide-cuisinier dans une maison de retraite. Quelques bulles de dialogues se font discrètes, toujours au profit des petits bruits de cuisine sur fond de radio et télévision. Là aussi, l’attention porte sur le déroulé du quotidien dans ce qu’il a de plus ordinaire et paisible. Des bulles de produit vaisselle à la vapeur d’un pot-au-feu, l’eau qui coule dans l’évier ou les épluchures de pommes de terre, le temps s’écoule tranquillement. Toujours abordés avec malice et ironie, quelques petits incidents ne troublent que ponctuellement cette immuabilité : un papillon qui se brûle contre les néons, la publicité intempestive, l’aigreur de certains pensionnaires… Imperturbables, les oiseaux cui-cui-tent et tchif-tchaf-ent, les écureuils sautent d’une branche à l’autre, pendant que la saison s’écoule.
La seconde histoire montre la fin de journée d’un collégien qui livre des journaux. Le contraste entre la nature environnante et notre monde moderne perce davantage dans les conversations du personnage avec un copain sur le dernier jeu vidéo à la mode, la nouvelle Volkswagen et dans la présence d’annonces publicitaires, le long d’un bus, sur un panneau de ville, des emballages… On croise ici un écureuil mort écrasé sous une voiture, encore la même recherche graphique dans la façon d’aborder la ville et la nature, d’autres bruitages, mais toujours l’évocation du rêve, jusque dans le jeu vidéo de la fin.
Trop réalistes pour se contenter d’une contemplation, les récits de Jon McNaught témoignent d’un regard poétique sur chaque détail de notre monde sans opposer nature et culture. Mélancolique sans être nostalgique, c’est un dessinateur qui vit avec son temps et suscite l’apaisement.
Paru le 22/10/12 aux Editions Nobrow.

 

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Sarah DESPOISSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.